Aveux d’un ancien soldat turc: « L’exécution des Kurdes était autorisée »

0
229
TURQUIE / BAKUR – K, qui a servi comme soldat à Van, près de la frontière iranienne, a raconté l’exécution des Kurdes à la frontière, les explosifs militaires qui tuent les enfants kurdes et les réfugiés afghans qui traversent sans difficulté la frontière turco-iranienne.
 
180 villageois kurdes ont été tués par les forces turques dans les provinces de Van, Özalp, Saray et Başkale, entre 2002 et 2012, au motif qu’ils étaient des « contrebandiers » (kolbars).
 
Malgré ces meurtres, pas une seule personne n’a été punie, tandis que toutes les enquêtes ouvertes ont été closes par un verdict de « non lieu ».
 
K, qui a effectué son service militaire à la frontière entre l’Iran et le Van entre 2009 et 2010, a raconté son expérience et a déclaré que tuer des Kurdes à la frontière était autorisé et couvert.
 
Ne donnant pas son nom pour des raisons de sécurité, K a dit qu’il avait fait son service militaire en 2009-2010 dans ce qui s’appelait alors la caserne du général Mustafa Muğlalı.
 
Il a dit avoir été témoin de la mort de 3 civils en un an et de 5 enfants à Özalp qui sont morts à cause des explosifs laissés par les forces turques. Il a déclaré que les chevaux pris aux villageois ont été vendus aux villageois à nouveau, a déclaré K : « Les chevaux ont ensuite été emmenés au ruisseau et abattus. »
 
Combien de personnes ont été tuées pendant que vous étiez là-bas ?
 
Je sais que 3 personnes ont été tuées pendant que j’étais là-bas. Ils les appelaient « contrebandiers » et ils appelaient cela « violation de la frontière ». La partie iranienne disait « la Turquie les a frappés », la partie turque disait « l’Iran les a frappés » et les incidents étaient clos. Si un examen balistique avait été fait, il aurait révélé qui les avait frappés, mais cela n’a pas été fait.
 
A-t-on bien compris qui avait donné l’ordre de tirer ?
 
Il n’y a pas eu d’ordre de tir. Les soldats avaient déjà l’autorisation de tirer. Il y a un millier de personnes dans l’armée. Ils tiraient et tuaient des gens. Ils savaient que tuer des Kurdes resterait impuni, donc ils pouvaient tirer sans sommation. Les personnes qui ont été tuées étaient innocentes. […]
 
Les familles se sont plaintes après les meurtres. Une enquête a-t-elle été ouverte ?
 
Quand j’y suis allé, le sergent [membres des forces spéciales turques] a tué un adolescent de 16-17 ans. Les familles cherchaient celui qui avait tiré. On nous a dit de dire ceci : « Vous ne direz pas le nom du sergent, vous direz qu’il a été muté ailleurs et qu’il est parti. » Cette famille est venue, est partie, a téléphoné pendant des jours, et tout le monde a dit à la famille que le sergent était parti. En l’état actuel des choses, le sergent a été emmené dans un autre poste de police de la même zone et mis sous protection. Vous, les journalistes, devriez éclairer cet incident.
 
Lorsque vous y serviez, 5 enfants sont morts à Özalp suite à l’explosion d’une grenade près d’un bataillon. Qu’avez-vous entendu sur cet incident ?
 
Bien sûr que j’étais là à ce moment-là. Ils nous ont dit que des enfants étaient entrés par des grillages et étaient morts à cause d’un engin explosif qu’ils avaient emporté avec eux. L’événement a donc été clos. Cependant, si une arme est perdue, les responsables militaires ne peuvent pas rester silencieux, encore moins lorsqu’il manque un millier d’explosifs. Ces enfants ont été victimes soit d’une négligence, soit d’une situation consciente, je ne sais pas.
 
Actuellement, on parle beaucoup des Afghans qui traversent la frontière iranienne à Van. Comment était ce passage, quand vous y étiez. N’était-il pas possible de l’empêcher ?
 
Il est possible de l’empêcher si on le souhaite, mais certains soldats à l’intérieur et certains gangs à l’extérieur travaillent ensemble. Il y a beaucoup d’argent à tirer de la traite des êtres humains. Ils se partagent l’argent entre eux.
 
Avez-vous été témoin des négociations entre les militaires turcs et iraniens ?
 
Ils se rencontraient souvent. La Turquie et l’Iran s’étaient mis d’accord sur une limite et tout était rendu public. Mais je ne connais pas le contenu des réunions.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici