IRAN. 2 kolbars kurdes tués par les gardes iraniens le 3 et 4 avril

0
779
IRAN / ROJHILAT – Le 3 et 4 avril, les gardes iraniens ont tué 2 kolbars* kurdes dans la région frontalière d’avec le Kurdistan d’Irak.
 
Condamnés à la pauvreté par le régime iranien, la majorité des Kurdes du Rojhilat (Kurdistan d’Iran), vivent du transport de marchandises à travers les frontières du Kurdistan d’Irak et d’Iran en empruntant des routes dangereuses dans des zones montagneuses pour gagner leur vie grâce au commerce entre les Kurdistan du Nord (Bakur), du Sud (Bashur) et de l’Est (Rojhilat). Ils sont massacrés impunément par les gardes du régime iranien quotidiennement.
 
Selon Kolbarnews, Mahmoud Moradi, 22 ans, a été abattu dimanche par des gardiens révolutionnaires iraniens dans la zone frontalière irano-irakienne près de la ville de Bane. Moradi s’est marié il y a seulement trois semaines et gagnait sa vie grâce au commerce frontalier. La ville de Bane est à seulement 21 kilomètres de la frontière du Kurdistan irakien.
 
Samedi soir, les forces du régime iranien ont ouvert le feu sur un groupe de kolbars dans la zone frontalière entre les villages de Nokan et Kanî Zerd près de la ville d’Urmiya. Mohamad Ebrahim Zade, père de trois enfants, a été tué lors de l’attaque.
 
 
*Un kolbar ou kolber est un travailleur qui est employé pour transporter des marchandises sur son dos à travers les frontières de l’Iran, de l’Irak, de la Syrie et de la Turquie légalement ou illégalement. La plupart des kolbars vivent au Kurdistan iranien, où les provinces kurdes sont parmi les plus pauvres du pays.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici