La Turquie utilise l’épidémie du COVID19 comme arme de guerre contre le Rojava et les Kurdes

0
278
COVID19, « Partout dans le monde, les pays peinent à lutter contre le coronavirus (Covid-19). Mais un pays de l’OTAN, la Turquie, utilise la pandémie comme arme de guerre et outil de répression », écrit la journaliste Emily Apple dans cet article de 5 avril.
 
À la fois au niveau national et dans sa guerre dans le nord-est de la Syrie (Rojava), la Turquie saisit l’opportunité du coronavirus pour poursuivre sa guerre contre les Kurdes.
 
Couper l’approvisionnement en eau pendant une pandémie
 
La station d’eau d’Allouk, située près de la ville de Ras al-Ain (Serekaniye), dessert 460 000 personnes dans le gouvernorat d’al-Hasakeh, y compris la ville d’al-Hasakeh et trois camps de déplacés. Des organisations humanitaires ont déclaré à Human Rights Watch que les autorités turques avaient interrompu plusieurs fois le pompage de l’eau depuis le début de l’année, la dernière interruption ayant eu lieu le 29 mars.
 
Cette coupure d’eau a été dénoncée par l’UNICEF également…
 
Le coronavirus est déjà présent en Syrie. Et un tweet du Rojava Information Center souligne à quel point la situation est désastreuse pour ceux qui y vivent:
 
 
 Des prisonniers « menaçants »
 
Selon un Human Rights Watch 2019 rapport sur la Turquie:
 
« On estime que 8 500 personnes – y compris des politiciens élus et des journalistes – sont en détention provisoire ou condamnés pour des liens présumés avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK / KCK) et bien d’autres en procès mais en liberté, bien que les chiffres officiels n’aient pas pu être obtenus. »
 
Le Reporters sans frontières décrit la Turquie comme « étant le plus grand geôlier du monde pour les journalistes professionnels ».
 
Mais non seulement la Turquie exclut les prisonniers politiques – [dont Selahattin Demirtas ou encore la chanteuse Nûdem Durak] de ses plans de libération de 90 000 prisonniers en raison de la pandémie, mais elle utilise également le virus comme menace. Le Morning Star a rapporté que la Fédération des associations de solidarité avec les familles arrêtées et condamnées (Med Tuhad-Fed) a déclaré que les autorités avaient dit aux prisonniers:
 
« Vous devez respecter les règles, sinon nous ferons venir quelqu’un qui a le coronavirus. »
 
Med Tuhad-Fed a averti que: « Un manque d’hygiène et un refus de diriger les détenus présentant des symptômes vers les unités médicales risquent de provoquer une grave épidémie de Covid-19 parmi la population carcérale turque. »

[Hier, les autorités turque ont envoyé par la poste les restes d’Agit İpek, un combattant du PKK tombé le 23 mai 2017, à sa famille.]
 
Funérailles attaquées
 
La pandémie n’a pas non plus stoppé ce que beaucoup de gens considéreraient comme la répression «normale» des communautés en Turquie. Le 3 avril, la chanteuse Helin Bölek était décédée après 288 jours de jeûne de la mort. Bölek faisait partie de Grup Yorum, un groupe de musique contestataire qui est victime de harcèlement et de répression de la part de l’État turc.
 
Le 4 avril, la police turque a attaqué le cortège funèbre de la musicienne du Grup Yorum, Helin Bölek. Nombreuses personnes ont été arrêtées. Les personnes en deuil n’étaient même pas autorisées à pleurer leurs morts. Elles ont été attaquées avec du gaz lacrymogène et des canons à eau.
 
La résistance continue
 
Bien que le coronavirus signifie que de nombreuses formes de mobilisation ne sont pas disponibles pour les personnes, il existe toujours une résistance. En particulier, le 4 avril, les utilisateurs des réseaux sociaux ont profité de son 71e anniversaire pour rappeler à la population la situation du leader kurde Abdullah Öcalan.
 
Öcalan a cofondé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte pour la liberté et l’autonomie des Kurdes depuis les années 1970. Il a été condamné à la réclusion à perpétuité et emprisonné par la Turquie pendant plus de 20 ans. Il est détenu en isolement sur l’île de la prison d’Imralı.
(…)
L’utilisation de la pandémie du coronavirus comme arme et menace est hideuse. Bien que vu le dossier humanitaire de la Turquie, ceci n’est peut-être pas surprenant. Et cela signifie que maintenant, plus que jamais, nous devons élever la voix pour ceux qui sont dans les prisons, et pour ceux qui sont réprimés, tués et menacés par l’État turc.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici