TURQUIE. Le coronavirus a commencé à tuer dans les prisons

0
401
TURQUIE / BAKUR – Le premier décès de détenus lié au coronavirus a eu lieu en Turquie. La députée d’HDP, Meral Danış Beştaş, accuse le gouvernement d’ouvrir la voie au meurtre de masse en prison en interdisant la libération de plus  de 50 000 prisonniers politiques notamment.
 
Dans la province de Samsun, dans le nord de la Turquie, un prisonnier malade de 70 ans est décédé après avoir contracté le coronavirus. Il s’agit du premier décès connu lié au Covid-19 dans une prison turque. Le Parlement turc continuait aujourd’hui de débattre d’un projet d’amendement déposé par la coalition gouvernementale AKP / MHP. Le projet prévoit la libération de 90 000 prisonniers; les prisonniers politiques sont explicitement exclus de l’amendement.
 
Lors d’une conférence de presse à Ankara, la vice-présidente du groupe du Parti démocratique des peuples (HDP), Meral Danış Beştaş, a mis en garde contre une mort massive dans les prisons et a accusé le gouvernement d’avoir délibérément provoqué un massacre. « Jusqu’à soixante personnes vivent ensemble dans le même quartier des prisons. Elles n’ont aucune possibilité de prendre des précautions. Nous ne voulons pas de justice ennemie, mais d’un système juridique humain qui traite tout le monde de manière égale », a déclaré le politicien devant le Parlement.
 
Le changement de loi prévu va encore polariser la société et rendre la paix sociale impossible, a averti la députée kurde. Outre Mehmet Yeter, soixante-dix ans, décédé il y a cinq jours à Samsun et enterré secrètement sans en informer ses proches, de nouveaux cas d’infection dans les prisons de Yeşilyurt et Şakran sont connus.
 
« Alors que la mort se propage déjà, nous discutons des personnes qui devraient bénéficier d’une amnistie. Le projet est une amnistie spéciale pour certains prisonniers. Les meurtriers de Soma, Çorlu et Ermenek seront libérés, les élus resteront en prison. Les meurtriers des femmes et les violeurs seront également libérés sans conditions préalables. Des opposants comme nous seront appelés terroristes et abandonnés à la mort. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici