CORONAVIRUS. Horreur dans une prison turque

0
230
TURQUIE / BAKUR – Avec la propagation de la pandémie du coronavirus, les prisons surpeuplées de la Turquie et du Kurdistan du Nord accueillant plus de 300 000 détenus sont en train de se transformer en un mouroir. Un détenu malade de 70 ans qui vient de décédé du coronavirus est un exemple pour mieux saisir la gravité de la situation carcérale turque.
 
Mehmet Yeter, 70 ans, détenu à la prison de Samsun Bafra, est décédé la semaine dernière après avoir contracté le coronavirus et a été enterré à l’insu de sa famille.
 
Mehmet Yeter, qui est en prison depuis trois ans, est décédé la semaine dernière à cause d’un coronavirus.
 
Selon une nouvelle publiée dans le journal Cumhuriyet, Yeter, qui était diabétique, a été hospitalisé du 19 mai le 16 mars. Sa jambe gauche a été amputée le 23 mars. Trois jours plus tard, Yeter a été renvoyé en prison pour être à nouveau emmené à l’hôpital alors que ses conditions se dégradaient. Cependant, il n’a pas pu être sauvé.
 
Dans une lettre envoyée par le procureur à la direction des cimetières de la municipalité métropolitaine de Samsun, il était indiqué: « Le prisonnier nommé Mehmet Yeter est décédé pour des raisons liées à la maladie du Covid-19 ».
 
L’article de Cumhuriyet affirme que la famille de Yeter n’a pas été informée du décès et son enterrement avait été ordonné en tenant compte des mesures dictées pour les enterrements lors de la pandémie du coronavirus.
 
Mehmet Yeter a été enterré par les équipes de la direction du cimetière après la lettre du parquet.
 
Ferhat Yeter, fils de Mehmet Yeter, a déclaré qu’il avait appris que son père était décédé de l’administration pénitentiaire.
 
Yeter a déclaré: « Bien que cinq jours se soient écoulés depuis sa mort, nous n’avons jamais été informés par la prison de Samsun ou toute autre institution. J’ai appris la mort de mon père par un autre prisonnier qui m’a appelé. »
 
À l’heure actuelle, plus de 50 000 journalistes, écrivains, politiciens – dont de nombreux kurdes comme Selahattin Demirtas, musiciens, universitaires, défenseurs des droits de l’homme, enseignants, médecins, avocats, étudiants, hommes d’affaires et femmes au foyer sont incarcérés pour terrorisme.
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici