Le Rojava apporte assistance aux déplacés d’Idlib et appelle les ONG à faire de même

0
382
SYRIE / ROJAVA – Des civils fuyant les combats à Idlib se dirigent vers les régions autonomes de la Syrie du Nord et d’Est / Rojava. Plus de 1 500 familles sont d’ores et déjà accueillis par l’administration autonomes qui manque de tout et qui fait face aux attaques turco-jihadistes visant le déplacement des Kurdes syriens.
 
La co-responsable de la commission des affaires sociales de l’administration autonome de la Syrie du Nord et d’Est, Jihan Muhammed, a déclaré que l’administration accueillait 1 500 familles de déplacés d’Idlib dans ses régions. Elle a appelé les organisations humanitaires à reprendre leur travail dans la région et à participer au soutien aux personnes déplacées.
 
Jihan Muhammad a acordé une interview à l’agence de presse Hawar, au sujet du dossier sur l’accueil des déplacés d’Idlib qui est témoin de batailles entre les mercenaires et les forces du régime.
 
« Nous avons reçu nos déplacés d’Idlib. C’est un devoir humanitaire, que nos valeurs et principes de notre administration nous imposent, dans ces conditions très difficiles, et à l’international et aux pays qui causent cette tragédie.
 
« Nous avons fourni toutes les installations et construit un camp pour eux au sud de Manbij sur leur désir de loger des milliers de déplacés; en particulier la plupart d’entre eux sont logés dans des maisons de location ou des maisons qui ne sont pas habitables », a expliqué Jihan.
 
Jihan a souligné que le camp avait été choisi pour être à Manbij en raison du grand nombre de familles déplacées, tandis que de petits nombres se trouvaient à Al Raqqa et Al Tabeqqa.
 
Environ 1 500 familles Idlib sont entrées par le passage «Al Dadat» dans les zones de Manbij de l’administration autonome, comme l’a indiqué Jihan.
 
Les chiffres sont en constante augmentation en raison des tensions persistantes à Idlib.
 
Le codirecteur des Affaires sociales et du Travail a confirmé qu’ils fournissaient au camp les besoins essentiels de la vie à partir de tentes, couvertures, eau potable et sols meublés et les protégeaient également.
 
Elle a noté que l’administration autonome n’a reçu jusqu’à ce jour aucune réponse de la part des ONG actives dans la région.
 
Elle a terminé son discours en appelant les ONG à cesser de suspendre leur travail et à considérer la situation des personnes déplacées et à leur fournir de l’aide.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici