Chansons féminines d’une artiste kurde qui a fuit les persécutions judiciaires turques

0
706
Heja Turk, artiste kurde pluridisciplinaire qui a fui les persécutions judiciaires en Turquie pour des fausses accusations liées au terrorisme – sort bientôt son premier album et annonce que d’autres projets créatifs basés sur ses expériences de vie sont en préparation.
 
Hêja Turk, 32 ans, est originaire de Mardin, du Kurdistan de Turquie. Stranên Neşuştî (Chansons non-lavées), son album composé de trois chansons et qui fusionne la musique kurde avec la folk-pop moderne et le rock folk, sortira en ligne très prochainement.
 
Chansons centrées sur l’oppression des femmes et la condition kurde
 
« L’une des chansons – NeNe (Je ne suis pas) met en lumière la vie d’une femme qui travaille 24 heures sur 24 en une journée, mais qui n’a aucun droit », explique Heja. « L’autre chanson – Derî Lêket (On a sonné à la porte) – parle de la vie d’une femme seule. J’ai composé moi-même les paroles et la mélodie de la chanson. La troisième chanson – Belkî (Peut-être) – parle de la solitude de la nation kurde. »
 
Bien que la musique soit une passion de longue date pour Heja, sa famille était inquiète quant à sa poursuite d’une carrière de chanteuse, « donc après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j’ai abandonné la musique et le chant et j’ai décidé de poursuivre des études supérieures. »
 
Heja a encore essayé d’enregistrer des chansons, mais son attention s’est tournée vers la poursuite d’études de troisième cycle en littérature. Elle dit qu’elle a été acceptée dans un programme de maîtrise en littérature comparée à l’illustre Columbia University de New York – mais ses plans d’études ont été interrompus lorsqu’elle a été détenue par les autorités turques.
 
Elle a été arrêtée pour la première fois en janvier 2016, accusée d’avoir hébergé une femme qui serait affiliée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), le mouvement armé kurde qui a combattu l’État turc dans une bataille de plusieurs décennies pour accroître les droits des Kurdes dans le pays.
 
« Ils ont accusé la femme d’avoir organisé une explosion à Istanbul », a déclaré Heja. « La suspicion de l’État envers nous a grandi après qu’ils aient su que j’étais la petite-fille d’Ahmet Turk. »
 
Son grand-père, homme politique chevronné et défenseur des droits des Kurdes, a été emprisonné à plusieurs reprises par les autorités turques au cours de sa carrière. Élu maire de Mardin en 2014, il a été démis de ses fonctions par les autorités turques et détenu pour terrorisme pendant trois mois en 2016. Réélu maire de la ville en 2019, il a de nouveau été destitué pour des accusations de soutien au terrorisme, à savoir le PKK.
 
Heja a purgé neuf mois de prison avant d’être libérée pour insuffisance de preuves pour la poursuite de sa détention.
 
Son séjour de neuf mois en prison n’a pas atténué son avantage créatif; au lieu de cela, elle a appris à jouer de la guitare et a écrit des chansons.
 
Sa libération de prison l’a poussée à prendre la carrière musicale plus au sérieux, l’encourageant à enregistrer des chansons «de manière professionnelle».
 
Après sa libération, elle a assumé son premier rôle d’actrice. Tourné à Istanbul en février 2018, Momê raconte l’histoire de la brutalité contre les Kurdes dans le sud-est de la Turquie et ses répercussions sur les Kurdes à Istanbul.
 
Les accusations sont revenues la hanter lors d’une audience en avril 2018, lorsqu’elle a été condamnée à cinq ans de prison.
 
Elle accuse les autorités turques d’avoir fabriqué des preuves dans son cas, dans le but plus large de ternir l’image des politiciens et militants politiques kurdes. « Les médias turcs se sont accrochés à la campagne », a-t-elle dit, appelant à ce qu’elle soit emprisonnée «jusqu’à 19 ans» au lieu de cinq.
 
Heja dit qu’elle a fui le pays avant d’être de nouveau arrêtée.
 
Heja donne peu d’explications sur la façon dont elle est venue en Europe, mais dit que l’histoire de son voyage passera par un film sur lequel elle travaille en collaboration avec la Hamburg Media School.
 
Alors que l’Allemagne lui a fourni un refuge contre la persécution et un espace pour poursuivre ses intérêts créatifs, elle dit qu’elle se sent toujours isolée et espère se connecter avec d’autres Kurdes de la diaspora dans le pays.
 
«Le plus désagréable pour moi en Allemagne, c’est que je n’ai pas d’amis musiciens. J’ai désespérément besoin d’artistes et de cinéastes kurdes en Allemagne pour m’aider et travailler avec moi.»
 
Malgré la renommée de sa famille, Heja veut être connue par son propre mérite.
 
«Oui, je suis la petite-fille d’Ahmet Turk. Mais je ne veux pas être connue à travers ma famille. Ahmet Turk est une personne et moi, une autre», explique Heja. « Ce que je dis et fais ne reflète que ma compréhension et mon opinion. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici