De nouveaux souffles dans la musique kurde : Les femmes reviennent en force

0
381
Après la naissance et la prolifération des chaînes de télévision diffusant en kurde dès les années 90 et jusque dans les années 2000 et les possibilités offertes par la technologie numérique ont fait que la musique kurde est devenue très populaire. Cependant, le fermeture des ces médias en Turquie, l’arrestation des politiciens kurdes, même l’interdiction des activités culturelles et artistiques par les administrateurs nommés a eu un impact direct sur la musique kurde.
Mais le long silence de la musique kurde s’est fissuré avec plusieurs récents albums, dont nombreux sont réalisés par des femmes. D’où vient la musique kurde, où s’étendra son chemin et son horizon ? Les musiciennes kurdes Tara Mamedova, Ruşen Alkar et Rewşan parlent de leurs nouveaux albums, récemment sortis, qui vont du rock au jazz avec différents styles musicaux et gardent leurs liens avec la tradition musicale kurde…
 
Le dengbêjî* est l’institution historique, culturelle et artistique la plus forte de la société kurde, tant sur le plan musical que narratif. Le Dengbêj, de tradition orale, que nous pouvons appeler poète, a porté les histoires d’amour, la pauvreté et l’héroïsme de génération en génération ainsi que les conditions de guerre au Kurdistan. Les palourdes qui se sont développées dans la langue de Dengbêj ont également créé une base culturelle importante pour les musiciens kurdes d’aujourd’hui.
 
Les musiciens kurdes ont eu l’occasion de rencontrer les images politiques de gauche et les possibilités de la musique occidentale dans les années 1970, inspirées par cette accumulation culturelle. C’est durant cette période que les thèmes politiques se sont reflétés dans la musique et la musique est devenue importante en termes d’activités politiques. Avec la tradition pop-rock des années 1970, les genres de protestation de gauche après 1980 ont également affecté la musique politique kurde après 1990.
 
La fin des années 80 et les années 90 ont été les années où les conflits entre l’Etat turc et le mouvement de libération kurde se sont intensifiés, les bureaux des journaux ont été bombardés, des meurtres politiques ont été commis et des pressions ont été exercées sur les responsables des partis kurdes. Les cercles politiques kurdes, essayant de surmonter l’influence de la violence de l’État au cours de ces années, ont également évalué les études culturelles et artistiques afin de communiquer avec leurs propres bases.
 
«Pour des personnes sans patrie, écrire devient un lieu de vie»
 
Ces œuvres rappellent les mots du penseur, compositeur et musicologue allemand Theodor W. Adorno, «Pour des personnes sans patrie, écrire devient un lieu de vie». Parce que c’était une nouvelle forme d’écriture de musique pour les Kurdes, dont le territoire était constamment en guerre et dont la patrie était divisée en quatre.
 
C’était une période où l’ère des cassettes cachées sous le manteau des années 2000 a pris fin, les chaînes de télévision satellitaires se sont multipliées et des images politiques sont entrées dans les maisons pour la première fois à travers les écrans de télévision. Au cours de ces années, les œuvres kurdes ont commencé à être diffusées sur les plateformes numériques, les interdictions sur la langue kurde ont été partiellement levées et de nouvelles expansions ont émergé en politique. Dans la même période, les noms de nombreux musiciens de premier plan donnant des concerts en kurde en Turquie est devenu une référence pour les chaînes télévisées turcs. Ces développements rapides ont permis de combiner la musique kurde populaire avec la pratique de la «libération».
 
Tara Mamedova: «La boîte de nos richesses n’a pas encore été ouverte»
 
Des artistes femmes tels que Ayşe Şan, Mizgîn Tahir, Meryem Xan, Gülistan Perwer et Aynur Doğan servent la musique kurde depuis de nombreuses années, jouant un rôle important dans le transfert de la langue et de la culture. Les musiciennes kurdes, qui n’ont jamais pris de retard dans la production contre la mentalité dominée par les hommes, ont donné l’exemple à la prochaine génération.
 
Des femmes kurdes, héritières de cet important héritage culturel, ont créé un nouveau style dans leurs albums en apportant le blues, le jazz, la pop-rock et le rock progressif avec le kurde. La majorité du travail effectué ces dernières années appartient aux femmes. En plus d’Aynur Doğan, qui a récemment publié son nouvel album nommé Hedûr, les femmes tels que Rojda, Rewşan Çeliker, Tara Mamedova, Ruşen Alkar ont présenté leurs albums kurdes dans différents styles de musique.
 
Déclarant que la société va changer à mesure que la voix des femmes augmente dans les études culturelles et artistiques, la musicienne kurde de Russie, Tara Mamedova a de nouveau rejoint ses fans en 2019 avec son album intitulé Performance Live dans le style du jazz ethnique.
 
De nombreux autres dengbê tels que Karapetê Xeco, Şakiro, Mihemed Arif Cizrewî, Meryem Xan, Ayşe Şan, Mizgîn Tahir, Aynur Doğan, Gülistan et Şivan Perwer, Tahsin Taha, Aram Tigran, Ciwan Haco, Hozan Serhad, Evil Dilan Nilamiz et des artistes de nouvelle génération influencés par ces musiciens ont donné un souffle à la musique kurde avec des interprétations et des styles différents durant cette période.
 
Tara Mamedova: Anadilim benim kırmızı çizgim
Tara Mamedova
 
Mamedova, qui a un bagage multiculturelle au Kurdistan, a déclaré : «La boîte qui a donné naissance à notre richesse n’a pas encore été ouverte. Nous devons l’ouvrir tous ensemble», et ajoute, en soulignant l’importance des femmes musiciennes, : «Le rôle des femmes musiciennes dans la production est très différent. Alors que les femmes musiciennes se multiplient et continuent de produire, il y aura un changement dans la société. Ces dernières années, des albums très précieux ont été réalisés par des femmes musiciennes, ce qui indique que quelque chose va changer dans la musique kurde. La création d’une nouvelle pièce pour les musiciens kurdes est aujourd’hui beaucoup plus difficile qu’auparavant et nous voyons que de nombreux artistes continuent leur travail sans soutien. C’est très précieux. »
 
Bien sûr, un autre aspect des relations de production des musiciens est le goût du public. Selon Mamedova, les artistes ne devraient pas se plier à cette échelle: « Le public achetait des albums ou des cassettes et écoutait la musique plusieurs fois dans la journée. Ces mélodies auraient donc été dans l’esprit du peuple. Aujourd’hui, nous vivons à une époque complètement différente. Les gens ont la possibilité d’accéder facilement à la musique, alors les musiciens poursuivent parfois des quêtes qui peuvent attirer l’attention du public en renonçant à leurs propres principes. C’est une grosse erreur. »
 
Ruşen Alkar: «Un voyage complémentaire»
 
Résultat de recherche d'images pour "Ruşen Alkar"
Ruşen Alkar
 
La musicienne kurde, Ruşen Alkar déclare qu’une période de musiciens essentiellement féminins s’est ouvert depuis l’automne et ajoute que c’est une période plus énergique pour les artistes kurdes après une stagnation nette observée auparavant: «J’observe que les artistes qui représentent le changement et les femmes ont un effet précieux sur le public. Je pense que les femmes luttent mieux avec des étapes socialement difficiles. Le processus productif dans lequel nous nous trouvons soutient cette détermination.»
 
Alkar croit que les femmes innoveront avec tout ce qu’elles produiront, et cela réfléchira à la vie sociale. «Parce que nous vivons dans une société dominée par les hommes, quiconque est en retard en termes de statut social produira une innovation. Parce qu’il sort du modèle vivant imposé à tous points de vue. Surtout si la femme fait sa propre parole, compose et arrange, cela en fait une menace pour son œil souverain. Des commentaires désagréables et non soutenus sur les femmes artistes kurdes sur les réseaux sociaux récemment peuvent être donnés à titre d’exemple. Les femmes ouvrent de nouvelles portes avec leur production et savent très bien survivre dans les moments difficiles. (…) La femme est la vie elle-même. Tant que vous pouvez arriver à un point de courage qui peut exporter votre monde intérieur.»
 
Alkar déclare que le silence de la musique kurde pendant une certaine période est lié à la conjoncture politique : «En fait, la musique est extrêmement liée aux développements politiques. Nous avons tendance à chercher la faute dans la musique, mais le blocage est en fait politique et social. Lorsque nous considérons les périodes où la musique ouvre de nouveaux horizons, nous observons une situation dans laquelle des discours plus démocratiques et pluralistes pourraient exister dans les médias traditionnels ou sur le plan politique. Si cette atmosphère est absente, quelle que soit la nouveauté du musicien, elle ne peut à elle seule surmonter cet obstacle. Nous pouvons y arriver de la manière suivante: les artistes qui ont fait une percée pendant un certain temps produisent toujours aujourd’hui, mais ces productions ne créent pas les mêmes sentiments chez le public. Parce qu’ils ne sont pas dans un confort social et politique où ils ressentiront cet enthousiasme.»
 
Ruşen Alkar, dont le deuxième album , Hêdî Hêdî, est sorti fin novembre après Sebr en 2015, a déclaré : «J’ai toujours ressenti le manque d’une pièce importante dans ce domaine lorsque j’ai commencé à écouter de la musique kurde. Pour moi, faire des chansons kurdes et composer a été impossible pendant longtemps (…) avec l’idée que ce n’était pas le moment pour moi. Mais la vie à un moment donné vous donne cette responsabilité. À un moment, je me suis retrouvée avec cette responsabilité et cette excitation. Un voyage complémentaire a donc commencé. Ma mission était d’échapper aux stéréotypes qui me viennent à l’esprit quand on parle de la musique kurde, mais aussi en touchant la mémoire de l’auditeur sur l’identité. Bien sûr, avec l’encouragement d’exemples comme Koma Wetan, Nûbûn.»
 
Rewşan Çeliker : «L’inspiration des temps anciens»
 
Rewşan Çeliker
 
Rewşan Çeliker qui évoque les changements dans la musique kurde et l’importance des possibilités de la technologie numérique pour les musiciens, « Les essais sont précieux, et il est important que le public à atteindre soit prêt pour cela ».
 
«Je pense que les facteurs tels que le lien de la nouvelle génération avec la musique du monde, la capacité à être conscient des différentes cultures, la commodité de la technologie et la facilité à être en contact avec les différentes cultures sont déterminants. C’est donc une rencontre. Lorsque les deux ailes sont en place, l’oiseau est ailé. L’innovation n’est pas un phénomène difficile. Elle se produit spontanément lorsque les conditions sont réunies.»
 
Rewşan a retrouvé ses fans avec son premier album Axe Lê Wesê en février 2018, avant de sortir son deuxième album TOV (« Semence »). Les parties des chansons de TOV , qui nécessitent des études préliminaires telles que la compilation, la recherche et la composition, ont pris environ quatre ans. Selon Rewşan, ils ont attendu quatre ans car ils voulaient que ces œuvres soient partagées sur un seul album avec un son commun:
 
«TOV se nourrit de la mémoire poétique du passé; tantôt il raconte les reproches d’un jeune homme au regard timide, tantôt les conseils d’un père émigré à sa fille, tantôt l’épreuve d’un chef religieux avec son âme et ses convictions.»

(…)
Publié en turc ici
 
*Le Dengbêj est un genre musical kurde et/ou un chanteur du genre musical Dengbêj. Les dengbêjs sont des conteurs chantants. Ils chantent sur la géographie kurde, l’histoire, les événements récents, mais aussi des berceuses. Ils chantent principalement sans instruments pour les accompagner. Traditionnellement, les Dengbêjs doivent d’abord apprendre les chants des ancêtres Dengbêj avant d’interpréter leurs propres chansons. Les Dengbêjs les plus connus sont Karapetê Xaço, Evdalê Zeynikî et Sakîro. Dans les années 1980, les Dengbêjs ont été persécutés pour avoir chanté en kurde, car il était interdit en Turquie de chanter en langue kurde. En 1991, Turgut Özal a légalisé l’utilisation de la langue kurde, sauf pour la radiodiffusion, les publications, l’éducation et la politique. Les Dengbêjs ont donc pu à nouveau se produire avec plus de liberté. À partir de 1994, les Dengbêjs ont été soutenus par des politiciens kurdes pour participer à des festivals et des émissions de télévision en dehors de la Turquie et, à partir des années 2000, également à l’intérieur de la Turquie. La musique de Dengbêj s’est donc politisée et est devenue un signe de kurdisme, ce qui a confronté le nationalisme turc. Les Dengbêjs sont considérés comme un moyen de transmettre les traditions de leurs ancêtres kurdes à une époque où il n’était pas possible de publier en kurde ou sur l’histoire kurde.
 
En 2003, un premier Mala Dengbêjan (La Maison des Dengbêjs en kurde) a été inauguré à Van. En mai 2007, la municipalité de Diyarbakır a soutenu la création du Mala Dengbêjan à Diyarbakır. Dans plusieurs autres villes, des maisons Dengbêj ont également été fondées.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici