TURQUIE. Erdoğan amnistie un responsable du massacre de Sivas

0
1238
TURQUIE – En 1993, 35 personnes, pour la plupart de confession alévie, ont été brûlées vives dans l’hôtel Madımak de Sivas lors d’un incendie criminel perpétré par une foule islamo-nationaliste. Ahmet Turan Kılıç, une des personnes derrière l’attaque a été graciée par Erdoğan.
 
Le 2 juillet 1993, 33 participants d’un festival alévi et deux employés de l’hôtel Madımak où des participants étaient logés été assassinés dans un incendie criminel dans la province de Sivas. L’attaque a été menée par une foule islamiste, qui s’est rassemblée devant l’hôtel pendant la journée et a ensuite applaudi l’incendie de l’hôtel. Les victimes, pour la plupart de confession alévie, étaient des intellectuels, des poètes, des auteurs et des musiciens tels que le chanteur kurde Hasret Gültekin (22 ans), Metin Altıok, Edibe Sulari, Nesimi Çimen, Behçet Aysan et Muhlis Akarsu. Aujourd’hui, l’un des coupables, initialement condamné à mort et dont la peine a été commuée en réclusion à perpétuité après l’abolition de la peine de mort, a été gracié par le président turc Recep Tayyip Erdoğan.
 
Le chef de l’AKP a justifié l’amnistie du criminel de 86 ans par « considération » pour son état de santé. Non seulement les Alévis et les personnes endeuillées des victimes du pogrom, mais aussi les associations de défense des droits humains et les organisations de la société civile en Turquie sont scandalisés. Surtout en ce qui concerne les plus de 1 330 prisonniers malades – souvent des prisonniers politiques – dont près de 500 sont dans un état extrêmement critique et ne sont pas libérés malgré leur statut d’inaptitude à la détention.
 
Il y a à peine une semaine, le prisonnier politique Hüseyin Polat est décédé dans une prison de Tekirdağ. Polat, emprisonné depuis 24 ans, souffrait de saignements d’estomac mais n’a pas été soigné à l’hôpital. Des proches de prisonniers malades ont qualifié le sursis d’Erdoğan de « inhumain et immoral » et ont annoncé des protestations.
 
Pogrom de Sivas
 
À l’occasion d’un festival culturel commémorant le savant et poète alévi Pir Sultan Abdal, qui avait été exécuté à la fin du XVIe siècle dans l’Empire ottoman, de nombreux intellectuels, poètes, écrivains, artistes et érudits de confession alévie pour la plupart se sont réunis dans le ville de Sivas – ville natale de Pir Sultan Abdal – le 1er juillet 1993.
 
Le 2 juillet, après la prière du vendredi, une foule islamiste (le nombre de personnes est estimé à 20 000) s’est rassemblée devant l’hôtel Madımak où logeaient les intellectuels, a encerclé l’hôtel, scandé des messages de haine et finalement y a mis le feu. 33 intellectuels et deux employés d’hôtel ont perdu la vie dans les flammes. Deux assaillants sont également morts.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici