Bahram Rahmani: « Le Rojava donne de l’espoir aux opprimés »

0
290
STOCKHOLM – L’auteur iranien Bahram Rahmani souligne l’importance de l’alternative démocratique au Rojava pour les opprimés du monde et appelle à la solidarité avec la résistance contre l’invasion turque.
 

Bahram Rahmani, ancien président de l’Association des écrivains iraniens et de la section iranienne de l’association des écrivains du PEN, a parlé à l’ANF de la politique turque au Moyen-Orient et de la « politique kurde » de la Turquie en Syrie. Rahmani souligne l’importance de l’alternative démocratique au Rojava pour les opprimés du monde et attribue à la Turquie et à Erdoğan une responsabilité cruciale dans la guerre en Syrie.

Astana doit faire l’objet d’une enquête

L’auteur et journaliste iranien considère l’abattage d’un avion russe par la Turquie en 2015 comme un tournant décisif. « Ankara s’est éloignée des États-Unis et de l’OTAN et a commencé à coopérer avec la Russie et l’Iran. Cependant, ces forces étaient de différents côtés en Syrie. Alors que la Russie et l’Iran ont pris parti pour Assad, la Turquie a continué de soutenir les jihadistes. Il faut regarder de près comment ces pays, bien que soutenant différentes factions, travaillent ensemble sur l’avenir de la Syrie. Ils se réunissent à Astana et prennent des décisions. Mais ni le gouvernement syrien ni le peuple syrien ne sont présents à la table. Trois pays décident de l’avenir d’un autre pays. »

La position de la Turquie est affaiblie

« Malgré les intérêts différents concernant la Syrie, les deux pays ont donné leur feu vert à l’occupation turque du nord de la Syrie. Le but d’Erdoğan était d’installer des Arabes syriens dans la zone frontalière afin d’empêcher les relations entre les Kurdes du Kurdistan du Nord [territoire turc] et le Rojava. Mais cela n’a pu être réalisé jusqu’à aujourd’hui. La Turquie n’est pas économiquement en mesure de le faire La Turquie se trouve également dans une situation difficile à Idlib. Ici, les groupes de l’Etat islamique et d’Al-Qaïda soutenus par Ankara sont au pouvoir. Pour toutes ces raisons, la position de la Turquie est affaiblie », poursuit Rahmani.

Le plan d’Erdoğan pour la Libye

Rahmani rappelle qu’Erdoğan a armé et soutenu des djihadistes pendant la guerre en Syrie. Comme ils ne pouvaient pas être hébergés sur les territoires occupés par la Turquie dans le nord-est de la Syrie, Ankara prévoit d’envoyer ses alliés islamistes dans la guerre civile libyenne. « Indépendamment de ce qu’a fait Erdoğan, la Turquie occupe en fait une position clé au Moyen-Orient. Erdoğan et l’État turc craignent que les systèmes changent. Il y a un fort mouvement populaire contre les mollahs en Iran. Si le régime iranien s’effondre, cela aura une forte influence sur la Turquie. Erdoğan ne pourra pas rester au pouvoir. »

Erdoğan et Khamanei adoptent une approche idéologique

« Alors que la Russie mène une politique pragmatique conforme à ses intérêts politiques et économiques, Erdoğan et Khamenei ont adopté une approche idéologique et soutiennent les islamistes proches d’eux. Ainsi, Erdoğan soutient également le gouvernement des Frères musulmans en Libye », explique Rahmani.

Erdoğan redoute les gains territoriaux des Kurdes

« L’État turc attaque le peuple kurde et le PKK depuis 40 ans. Mais le peuple kurde a ses revendications. Erdoğan a paniqué lorsque les Kurdes sont devenus plus forts pendant le processus de paix et que le HDP [le parti démocratiques des peuples] a pu envoyer 80 députés au Parlement. Malgré tous les répression, le HDP a également pu envoyer 50 députés au Parlement lors des dernières élections. Erdoğan a encore plus peur des événements en Turquie et dans le nord du Kurdistan qu’au Rojava. Il a peur du peuple kurde dans le nord du Kurdistan. Depuis huit ans, la Turquie ne représente aucune menace pour la Turquie depuis le Rojava. Erdoğan craint que le système démocratique du Rojava ne soit étendu au Kurdistan et au Moyen-Orient.

Le Rojava ne convient pas aux États réactionnaires et impérialistes

Ce n’est pas seulement la Turquie qui est contre le Rojava, mais l’Iran, l’Arabie saoudite, le Qatar, Israël, l’UE, les États-Unis et d’autres pays sont contre l’autonomie gouvernementale, a déclaré Rahmani. « Pendant huit ans, aucun pays n’a reconnu le système au Rojava. Ils prétendent être contre l’invasion turque du Rojava, mais en même temps ils n’aiment pas le système là-bas. Des armes allemandes et suisses ainsi que celles d’autres pays occidentaux sont utilisées au Rojava. Ces pays ne veulent pas que le peuple se gouverne par lui-même. »

Le système du Rojava est réussi car il est basé sur les gens

« Lorsque l’EI a attaqué Shengal, les Peshmergas ont abandonné les Yézidis et se sont retirés. L’aide est venue du Rojava et l’Etat islamique a été empêché d’entrer dans les zones autonomes du nord de la Syrie. Les habitants du Rojava résistent maintenant à l’invasion turque. Le système du Rojava donne de l’espoir aux pauvres du monde entier. Tous les peuples opprimés devraient soutenir la résistance du Rojava contre l’État turc. »

 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici