TURQUIE. Les élues kurdes Sebahat Tuncel et Gültan Kışanak restent en prison

0
131
TURQUIE / BAKUR – Le procès contre les politiciennes kurdes Sebahat Tuncel et Gültan Kışanak a commencé à Malatya. Les deux femmes ont qualifié le procès de coup d’État postmoderne contre le système judiciaire.
 
L’audition de l’ancienne co-présidente du Parti des régions démocratiques (parti kurde – DBP), Sebahat Tuncel, et de l’ancienne co-maire de la municipalité métropolitaine d’Amed (DBB), Gultan Kısanak, s’est tenue lundi au tribunal pénal de Malatya. Accusées de terrorisme, les deux politiciennes kurdes qui sont en prison depuis novembre 2016 ont été condamnées à de longues peines de prison en février 2019.
 
L’ancienne maire d’Amed (Diyarbakir), Gültan Kışanak, a été condamnée à 14 ans et trois mois et la co-présidente du DBP Sebahat Tuncel à 15 ans de prison pour « avoir fondé et dirigé une organisation [terroriste] » et « propagande d’organisation [terroriste] ». Il y a six mois, une cour d’appel turque a annulé la condamnation de Sebahat Tuncel et Gültan Kışanak.
 
Sebahat Tuncel, qui a été élue au Parlement turc en 2007, a déclaré qu’elle savait que sa défense ne changerait rien au résultat du procès. Néanmoins, elle a déclaré qu’il était important d’enregistrer certains faits pour l’historiographie: « Ce procès n’est pas conforme aux normes juridiques internationales. Je parle du système d’un seul homme, qui est un coup d’État postmoderne contre le système juridique. Il y avait une procédure similaire à l’époque hitlérienne. Le pouvoir judiciaire, le Parlement, les droits de l’Homme – tout est suspendu. Quiconque s’oppose est traduit en justice. Les intellectuels, les artistes, les journalistes, les écologistes, les travailleurs et les universitaires sont jugés. »
 
En outre, la politicienne, emprisonnée à nouveau depuis 2016, a rappelé que 25 millions de Kurdes vivent en Turquie et souffrent de problèmes politiques, culturels et économiques. Le mouvement politique kurde est prêt à résoudre ces problèmes: « Mais ce mouvement est terrorisé et réprimé. Et que se passe-t-il ? Le mouvement se développe. Il représente six millions de personnes au Parlement [turc]. Il est prêt à résoudre les problèmes (…) de la démocratie, des femmes et de l’écologie. La réponse est: « Si vous n’obéissez pas, vous n’avez aucun droit et vous êtes mis dans des prisons qui ressemblent à des camps de concentration. »
 
Gültan Kışanak, qui, à l’âge de 19 ans, a résisté à la torture dans la célèbre prison d’Amed (Diyarbakir) dès 1980 après le coup d’État militaire en Turquie, a déclaré devant le tribunal, qu’elle ne se laisserait pas interdire de parler: « Bien sûr, je continuerai de m’exprimer. Le fait que, en tant que politicienne, je participe aux activités de mon parti n’est pas un crime, mais un droit inscrit dans la constitution ».
 
Le procès a été observé par les députées du HDP, Leyla Güven et Saliha Aydeniz, ainsi que par de nombreux autres politiciens. Le parquet a exigé le maintien du mandat d’arrêt. L’audience a été ajournée jusqu’au 9 mars 2020.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici