La peur et l’incertitude persistent dans la ville légendaire de Kobanê qui a résisté à Daech

0
629

SYRIE / ROJAVA – L’armée syrienne est entrée dans la ville symbolique de Kobanê en octobre 2019 pour empêcher un assaut turc après le départ des forces américaines – une ville qui est devenue internationalement célèbre pour sa résistance contre l’État islamique en 2014. Cependant, les gens dans la région disent qu’ils ont toujours peur pour l’avenir.

Le marché local de Kobanê est maintenant rempli de tunnels et est plutôt vide en raison de la détérioration de la situation économique.

Des tunnels sont encore visibles sur le marché de Kobanê, le 11 décembre 2019. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

Des tunnels sont encore visibles sur les marchés de Kobani, le 11 décembre 2019. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

Le nom «Trump» a même été retiré d’un restaurant local du nom du président américain Donald Trump suite au retrait américain.

Le célèbre restaurant Trump Falafel à Kobani a changé de nom après le retrait des États-Unis du nord de la Syrie, le 10 décembre 2019. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

Restaurant Rojava dans la ville de Kobani. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

« L’augmentation de la valeur en dollars américains et le manque d’importations alimentaires ont tous aggravé les difficultés que les gens éprouvent dans leur vie quotidienne à Kobani », a déclaré Anwar Muslim, un haut fonctionnaire de Kobani.

Des ONG internationales qui employaient des locaux sont également parties.

«C’est une situation difficile; les récentes attaques [turques] ont affecté l’économie de Kobani. Avant cela, les gens construisaient leurs maisons, mais maintenant ils ont arrêté », a ajouté Muslim.

«Nous, en tant qu’auto-administration, continuons d’offrir assistance et services aux civils dans la mesure de nos ressources.»

Anwar Muslim, co-président du Conseil exécutif de l’administration démocratique autonome (DAA) de la région de l’Euphrate, sourit lors d’une interview avec Kurdistan 24 à Kobani, le 10 décembre 2019. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

Les journalistes visitent rarement la ville depuis que des groupes soutenus par la Turquie ont bloqué la route internationale M4, et il faut maintenant au moins huit heures pour se rendre à Kobani depuis Qamishli, ce qui a également affecté le commerce entre les deux villes.

« Regardez ma boutique, elle est presque vide, mais pourquoi je ne la ferme pas? », A demandé Soz Kobani, un commerçant de 30 ans. «Parce que j’attends que la situation devienne claire. Je ne peux ni l’améliorer ni la fermer avant cela. Nous sommes en grand danger à Kobani, d’autant plus que nous sommes à la frontière avec la Turquie.

Nous espérions que les États-Unis protégeraient les Kurdes en Syrie, et il y aurait une situation similaire à la région du Kurdistan où il y a de la sécurité, et il y a des entreprises européennes. Nous l’espérions, mais au final, le pétrole était plus important que la vie humaine. »

Ismet Sheikh Hassan, le chef aux cheveux gris du Conseil militaire de Kobani, a déclaré au Kurdistan 24 que la situation se compliquait.

« Nous ne savons pas à quoi ressemblera l’avenir lorsque différentes parties – les Américains, les Russes et le gouvernement syrien – se rapprocheront en tenant compte de leurs intérêts communs », a déclaré Hassan.

Ismet Sheikh Hassan, chef du Conseil militaire de Kobani, lors d’une interview avec Kurdistan 24 à Kobani, le 10 décembre 2019. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

«Et il y a des conflits partout autour de nous; il y a du chaos dans tout le Moyen-Orient. Par conséquent, nous ne pouvons pas prédire ce que l’avenir réserve à la région.»

Il a ajouté que les gens ont à juste titre peur lorsqu’ils «voient des enfants massacrés; lorsque des civils sont assassinés en grand nombre.»

Hassan a déclaré que les attaques turques en octobre ont rappelé aux habitants de Kobani les jours de mort et de destruction lorsque l’État islamique (DAECH / ISIS) a assiégé la ville il y a des années.

En conséquence, certains civils ont fui Kobani en octobre et ne sont pas revenus. D’autres sont rentrés ou sont simplement restés en ville. « Il y a encore des gens qui préfèrent mourir dans leur pays d’origine plutôt que de partir », a déclaré Hassan.

Une boutique à Kobani. (Photo: Kurdistan 24 / Wladimir van Wilgenburg)

Jusqu’à présent, l’administration locale de Kobani a poursuivi son travail et les forces de l’armée syrienne ne sont positionnées qu’à la frontière.

Muslim a déclaré que les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) avaient quitté Kobani et que les forces internes locales géraient la sécurité de la région.

«Les forces gouvernementales syriennes sont positionnées aux frontières. Mais les services civils sont toujours fournis par l’administration locale.»

Néanmoins, certaines personnes, comme Soz Kobani, craignent que le gouvernement syrien ne puisse «retourner et réimposer ses institutions» à l’avenir.

« Les jeunes partiront tous, personne ne restera. Ils n’hésiteront pas à m’enrôler – je connais des gens qui sont enrôlés depuis huit ans au sein des forces armées syriennes ! » a-t-il dit.

Soz Kobani a noté qu’il ne pouvait pas être enrôlé car il soutient financièrement trois familles.

De nombreux Kurdes ont de mauvais souvenirs de la domination de Bachar al-Assad dans la région avant que les Kurdes ne prennent le contrôle de la plupart des enclaves kurdes en 2012.

Hassan lui-même a été emprisonné «dans presque toutes les prisons syriennes» après avoir donné à ses enfants des noms kurdes. D’autres politiciens kurdes ont disparu dans les prisons du régime.

« Le peuple a à juste titre peur, mais nous avons 11 000 martyrs et 27 000 blessés, nous avons reconstruit la ville de Kobani après sa destruction », a déclaré Hassan.

«Par conséquent, nous n’accepterons pas un retour à l’époque où le parti Baas gouvernait et opprimait le peuple. Pourtant, nous craignons d’être de nouveau abandonnés.»

Wladimir van Wilgenburg pour Kurdistan 24 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici