ROJAVA. L’écologie en temps de guerre

0
304
« Pas d’écologie quand il y a la guerre ». Réagir de cette manière fait partie de la mentalité qui produit la pensée « Pas de démocratie quand il y a la guerre », une pensée qui est apparue tout au long de l’histoire, même dans le camp socialiste, légitimant l’autorité hiérarchique et fixant l’organisation d’une société démocratique à plus tard, afin de créer un front uni plus fort contre les attaques fascistes ou impérialistes. Cela, comme nous le savons, a ouvert la porte à la prise de contrôle des révolutions socialistes par des tyrans ayant une mentalité d’État, comme cela s’est produit récemment au Nicaragua, par exemple. »

Face aux conséquences sanitaires, et en voyant l’impact des armes sur la planète, on pourrait penser qu’il n’est pas pertinent de se soucier de l’écologie quand il y a la guerre, mais les combattants de la liberté [de la Syrie du Nord et d’Est] nous montrent qu’il y a plus dans la guerre et l’écologie que ce qu’il semble à première vue. Creusons dans le troisième pilier de la révolution du Rojava, et voyons comment il est lié à la lutte pour la liberté.
 
La compréhension de l’écologie qui nous est donnée par la modernité capitaliste, à travers les publicités, les campagnes gouvernementales et la culture libérale, est généralement de prendre soin de l’environnement d’une manière individuelle et immédiate. Par exemple, en ne jetant pas les ordures par terre, mais en les mettant à la poubelle, afin qu’elles soient (peut-être) recyclées plus tard. Ou en éteignant toutes les lumières au moment d’aller au lit.
 
Cette façon de penser implique que ce que nous voulons réaliser par l’écologie (avec un peu de chance, un environnement de vie sain sur toute la planète) peut être fait par ces étapes simples, que tout individu peut faire (et devrait donc se sentir responsable de le faire).
 
Mais si nous définissions qu’une planète vivante et saine ne peut être atteinte qu’en organisant notre société par une auto-administration démocratique, avec une autonomie complète des femmes, et en organisant notre autodéfense, en nous tenant prêts à utiliser des mitrailleuses à fort impact environnemental face aux menaces fascistes ?
 
Cette définition de l’écologie implique une mentalité où le souci de la planète vivante nous pousse à nous organiser collectivement, et où la réflexion à long terme prévaut sur le court terme lorsqu’il s’agit de défendre et d’améliorer notre environnement, tant social qu’écologique. C’est aussi une définition où la domination des hommes sur les femmes et la nature est confrontée d’une manière qui aborde les deux questions en même temps, ce qui en fait une approche éco-féministe radicale de la vie et de la société, où les femmes et les hommes apprennent à vivre ensemble à nouveau, en dehors des schémas traditionnels et modernes de maître et d’esclave.
 
Une telle proposition est faite ici, et constitue le paradigme de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et d’Est. Bien sûr, bien que la partie d’autodéfense soit souvent mise en avant, comme une proposition relativement nouvelle pour le mouvement de libération des femmes et les luttes écologiques, l’accent principal dans la construction d’une société écologique n’est pas du tout celui-ci, mais plutôt la diversité et la profondeur de nos interactions sociales, avec tout un écosystème d’institutions et d’approches de la vie à l’intérieur de la société elle-même.
 
Dans ce paradigme, le bien-être de l’environnement est fixé sur deux calendriers distincts bien qu’entrelacés : en général, les comités écologiques lancent et gèrent activement des projets, mais lorsqu’ils sont attaqués, l’autodéfense de la société démocratique vient en premier, afin d’arrêter le plus tôt possible la destruction menée par le capitalisme et de défendre les prémisses de la société écologique (c’est-à-dire la société qui détient les graines de l’écologie en son sein). La société a donc un mécanisme de défense similaire à celui de nombreux animaux et plantes : elle alloue toutes ses ressources pour se rétracter et attaquer lorsqu’elle est sous pression, tout en continuant à vivre normalement lorsqu’elle n’est pas sous pression, ce qui inclut la construction d’une défense.
 
L’art de la guerre écologique : connaissez votre ennemi
 
Les guerres actuelles sont menées par des forces impérialistes représentant les intérêts d’individus patriarcaux et de sociétés capitalistes qui ont, par définition, une devise anti-écologique de « croître ou mourir », à laquelle ils sont liés par le mécanisme du marché. Comme le dit l’écologiste Murray Bookchin : « La maladie sociale actuelle ne réside pas seulement dans la perspective qui imprègne la société actuelle ; elle réside avant tout dans la structure et la loi même de la vie dans le système lui-même, dans son impératif, qu’aucun entrepreneur ou société ne peut ignorer sans faire face à la destruction : la croissance, plus de croissance, et encore plus de croissance ». En effet, les individus qui veulent dominer (« réussir ») doivent se placer dans un marché où toute leur production ne cesse de perdre de la valeur à la seconde où elle est produite, les concurrents exerçant une pression de plus en plus forte pour continuer à croître, afin de continuer à être au top. Ce processus amène finalement chaque élément des domaines matériel et social à être transformé dans une relation de maître à esclave ou de sujet à objet, de l’existence à la marchandise, de la liberté et de l’égalité à la domination permanente.
 
Comme le montre l’histoire, en particulier lorsqu’on prête attention à l’importance du symbolisme dans son déroulement (notamment à travers la mythologie), c’est la mentalité patriarcale qui a généré les environnements clos (émotionnel, psychologique et physique) dans lesquels la domination a été maintenue, qui a donné naissance aux premières cités-États et qui a servi de base à la civilisation capitaliste telle que nous la connaissons. La domination sociale allait très vite trouver ses expressions dans la domination physique et la domination économique, conduisant, ville après ville, empire après empire, au capitalisme moderne et à l’esclavage, perpétuant la domination patriarcale à l’échelle mondiale.
 
Le cours de cette histoire, qui mine son histoire, ne mène à rien d’autre qu’à la mort, puisque la marchandisation infinie, idéologiquement et matériellement maintenue, ne connaît pas de barrière éthique ou physique, comme le montrent les récents scandales de l’Amazonie en feu et de la pédophilie organisée, et les destructions industrielles et les mariages d’enfants qui se produisent constamment. A l’intérieur du paradigme masculin, on ne peut pas arrêter cette compétition auto-propulsée de domination entre les éléments, dont les principales entités actuelles sont les Etats-nations et les entreprises supranationales.
 
Il n’est pas surprenant, au vu de cette évolution historique, que le Pentagone soit le plus grand utilisateur institutionnel de pétrole au monde et, par conséquent, le plus grand producteur de gaz à effet de serre (GES). Il ne devrait pas non plus nous surprendre d’apprendre que 100 entreprises sont responsables de 71 % des émissions mondiales. Leur domination de la nature est une conséquence logique de leur domination politique et économique. Ou, pour le formuler autrement, la destruction de la nature est l’entreprise la plus fructueuse, à l’intérieur du capitalisme, après l’exploitation des femmes, qui est la base de toute industrie. Et ne nous laissons pas tromper en pensant que cela aurait pu être une autre voie, que d’autres États, entreprises ou individus se seraient comportés différemment à l’intérieur de ce paradigme ou pourraient le faire à l’avenir, car tant que nous ne proposerons pas radicalement de combattre la domination dont ils sont issus, nous continuerons à y participer et nous finirons par devenir le nouvel oppresseur principal, voire par mourir en essayant de le faire. Ne pas se lancer dans la lutte contre l’hégémonie de la mentalité masculine dominante et du pouvoir physique, c’est lui donner le pouvoir en lui accordant le temps de rassembler ses forces.
 
L’écologie et l’esprit : un miroir auto-réfléchissant
 
Un aspect dans lequel l’écologie est liée à la guerre est dans la mentalité générée par les combats. En utilisant le concept d’écologie mentale introduit par Felix Guattari [psychanalyste et philosophe français, auteur de « Qu’est-ce que l’écosophie?« ], nous pouvons comprendre l’esprit humain comme une entité flexible qui interagit avec son environnement, y projetant des idées et des émotions, et réagissant à celles qu’il reçoit. Au fur et à mesure que les interactions entre l’esprit et l’environnement se poursuivent, elles finissent par se façonner mutuellement. D’une part, bien sûr, l’esprit humain est apparu comme une création de la nature, et il en fait partie, comme un animal. D’autre part, c’est par l’esprit humain que nous pensons à la nature, et que nous finissons par agir sur elle, en coupant un arbre par exemple, si cet arbre ne correspond pas au plan que nous avions en tête.
 
Une autre compréhension de l’écologie mentale est que nos idées et nos émotions actuelles sont un héritage de toutes les idées et émotions antérieures portées par les individus au cours de l’histoire. Cela fait de notre propre conscience une philosophie vivante héritée de toutes les interactions de l’univers qui ont conduit à ce moment précis. Et pour donner un sens à la quantité incommunicable d’informations et de possibilités que cette réalisation nous permet d’envisager, on peut retracer l’histoire des idées qui font de nous ce que nous sommes, c’est-à-dire l’histoire des mythologies, des philosophies et des idéologies – en fin de compte, des sociétés dont elles sont le reflet. Pour ce faire, retrouver les origines de nos pensées, c’est faire sens, comme lorsque l’on découvre l’étymologie d’un mot, comme « berxwedan » – résistance en kurde : « dan » – donner, « xwe » – soi-même, « dan » – devant, donc la résistance c’est se donner face à quelque chose. Ou « Jiyan » – la vie : une déclinaison directe de « Jin » – la femme. En faisant cette auto-éducation sur notre histoire, voire sur nous-mêmes, nous pourrions trouver des outils, tels que des chansons et des dessins, pour renforcer notre position contre l’hégémonie masculine dominante, renforçant l’autodéfense de notre esprit, ce qui donnera naissance à une société plus résistante et plus écologique, une société où les conflits sont résolus par la réconciliation au lieu de l’anéantissement.
 
Dans le contexte de la guerre, l’esprit est placé dans des conditions extrêmes car il est confronté à l’extinction à tout moment, et pour continuer à avancer et ne pas commencer à fuir le danger, il a besoin de quelque chose à quoi s’accrocher. Cela donne lieu à des expériences transcendantes de « guerre sainte », et on peut sûrement trouver un fort sentiment de camaraderie dans le fait d’aller ensemble au front pour combattre les fascistes. Mais cela ouvre aussi la voie à une compréhension limitée de la réalité qui se réduit, au moment crucial, à un simple « nous contre eux ». Cette écologie de l’esprit, réduite à deux facteurs, se projette alors dans toute la société, quand celle-ci est centrée sur la guerre. Dans une société patriarcale ou, dit autrement, dans le contexte d’une guerre contre les femmes, la mentalité dominante masculine finira par réduire toutes les relations, toutes les situations de la vie, à cette pensée fondamentale : j’ai besoin de dominer « ceci » ou « cela » pour réaffirmer en permanence ma masculinité, ma domination des femmes.
 
C’est donc là que commence la guerre. Dans l’état d’esprit que nous avons face aux développements actuels de la modernité capitaliste. Sommes-nous, surtout les hommes, prêts à changer nos comportements afin d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés (souvenez-vous, ici, un environnement de vie sain sur toute la planète) ? Sommes-nous prêts à laisser d’autres personnes commenter nos pratiques individuelles, à l’intérieur de cercles communautaires et démocratiques, en acceptant la critique et en faisant une autocritique significative ? Sommes-nous prêts à laisser les femmes mener la voie de leur propre émancipation, en dehors de nos fantasmes et de nos étreintes physiques, et à travailler ensemble à notre libération commune ? Sommes-nous prêts à faire la paix avec les autres hommes, à sortir des schémas malhonnêtes et compétitifs de l’homme et de la fraternité que nous connaissons ? Sommes-nous prêts à lutter contre la mentalité de guerre qui règne en nous ?
 
La révolution biologique
 
Féministe libertaire Françoise d’Eaubonne, qui est à l’origine du concept d’«écoféminisme», a proposé une compréhension de la révolution comme des mutations du code « génétique » social. Dans une société donnée, si un nouvel élément vient perturber le cours homogène de celle-ci, on peut dire qu’il est un peu semblable à un gène qui est remplacé dans l’ADN de la société, par mutation. Comme c’est le cas biologiquement, ces mutations peuvent apparaître lors de la naissance de nouveaux individus au sein d’une espèce, la nouvelle génération défiant alors l’ancienne, la jeunesse étant une force révolutionnaire constante, et peut-être simplement évolutive lorsqu’on considère les sociétés.
 
De même qu’un nouveau gène dans une entité biologique, un nouvel ensemble de règles peut apparaître à l’intérieur d’une société, lorsqu’un nouveau groupe, une nouvelle organisation se forme. Mais ce nouveau gène n’est pas nécessairement prédominant, il peut rester présent sans prendre le dessus. Comme par exemple avec les yeux verts, ou les anarchistes. Et même quand il prend le dessus, il continue à faire partie de la même entité biologique, qui s’est transformée – on ne peut pas dire qu’une nouvelle espèce soit née de nulle part. Appliqué au monde politique, cela peut être une leçon précieuse pour la gauche de reconnaître qu’il n’est pas logique de se voir séparée de la société, elle en a toujours fait partie. C’est peut-être une pensée révolutionnaire pour elle de considérer qu’elle est la totalité de la société, afin d’impulser un mouvement général de changement. Par conséquent, à l’intérieur d’une société capitaliste et patriarcale, les gauchistes devraient travailler pour changer la société entièrement, et pas seulement dans les cercles de gauche – qui essaient d’être des sociétés parfaitement horizontales, à l’improviste.
 
Voir les humains et la société dans une telle perspective sociobiologique conduit également à brouiller les limites entre eux et les autres espèces et avec la nature elle-même. Dans ce sens, il est intéressant de noter, à partir des statistiques, que la guerre civile syrienne a tué beaucoup plus d’animaux non humains que d’animaux humains. S’il n’est pas possible de comparer l’importance des différentes vies, et encore plus lorsqu’elles sont d’espèces différentes, ce que l’on peut dire au moins est que la guerre qui est menée contre les Kurdes, les Arabes, les Assyriens, les Yézidis, les Arméniens et les Turkmènes de la région, est également menée contre les chèvres, les moutons, les vaches, les poules et les chiens d’un même territoire, ainsi que contre les plantes, avec des mercenaires turcs ou dirigés par des djihadistes qui mettent le feu aux champs de blé et aux oliviers du Rojava. Ce qui est attaqué, c’est tout l’écosystème.
 
Et que serait une révolution, en termes biologiques ? Une révolution ne peut pas être la simple mutation d’un des gènes, ce serait du réformisme, la plus grande partie de la chaîne génétique restant la même. C’est plutôt le changement de tout le code génétique de notre société, qui pourrait en d’autres termes concerner le changement de la civilisation dans son ensemble.
 
Le confédéralisme démocratique, avec son approche holistique et ses concepts globaux, est une telle proposition, d’un nouveau code génétique pour une société organique, incorporant un système immunitaire fort dans son ADN, et avec l’autonomie des femmes faisant de la dynamique du mouvement une puissante double hélice. Mais bien que l’autonomie des femmes puisse être une caractéristique forte de cette révolution, il est également important de voir que la perspective des femmes ne s’y limite pas. Pour continuer avec la métaphore biologique, nous pouvons dire que le noyau du nouveau code génétique, les gènes très importants et fondamentaux qui ont empêché l’ancien code génétique de se corrompre complètement, sont les valeurs sociales de soins, de reproduction et de défense, que les femmes, principalement, avaient protégées. C’est pourquoi la nouvelle proposition ne met pas seulement en avant l’autonomie des femmes, elle fait des femmes le nouveau centre de la société, sa colonne vertébrale même, pour renforcer et dévoiler le rôle qu’elles avaient réellement joué dans le maintien de la société en vie jusqu’à présent.
 
Abandonner l’écologie face à la guerre : une approche patriarcale
 
« Pas d’écologie quand il y a la guerre ». Réagir de cette manière fait partie de la mentalité qui produit la pensée « Pas de démocratie quand il y a la guerre », une pensée qui est apparue tout au long de l’histoire, même dans le camp socialiste, légitimant l’autorité hiérarchique et fixant l’organisation d’une société démocratique à plus tard, afin de créer un front uni plus fort contre les attaques fascistes ou impérialistes. Cela, comme nous le savons, a ouvert la porte à la prise de contrôle des révolutions socialistes par des tyrans ayant une mentalité d’État, comme cela s’est produit récemment au Nicaragua, par exemple.
 
Et comme mesure commune à la plupart des luttes de ces 5000 dernières années, il y a la pensée du « pas de féminisme quand il y a la guerre », exprimée par le viol et le meurtre systématique des femmes tout au long de l’histoire de la guerre jusqu’à ce jour. Mais cette observation ne peut pas s’arrêter là. En comprenant d’où vient la guerre dans notre société, nous comprenons que c’est en fait la guerre contre les femmes qui est le point de départ fondamental de toutes les guerres.
 
Comme l’analysent Abdullah Öcalan et d’autres écrivains féministes, il fait partie de la culture masculine de placer la guerre comme un absolu, auquel tout le reste est soumis. Récemment, Bese Hozat a décrit la guerre comme « la plus terrible invention de l’esprit masculin ». Elle dit : « Les guerres sont l’invention masculine dominante. L’homme dominant a fortifié et maintenu son pouvoir par des guerres. L’État est l’incarnation du pouvoir dominé par les hommes. La guerre est la nourriture qui maintient ce corps en vie. Alors que cette nourriture est la principale source de vie pour l’homme dominant, elle est un poison mortel pour les femmes, la société et la nature ».
 
C’est donc un effort naturel pour nous de défendre la possibilité d’une société démocratique, égalitaire entre les sexes et écologique, non pas par la guerre, mais par l’autodéfense contre la guerre qui nous est imposée. C’est la seule guerre légitime à mener. De plus, notre compréhension de la guerre ne devrait pas se limiter à la confrontation sur la ligne de front, mais nous pouvons la voir comme une guerre intérieure pour tenir tête à nos croyances radicales tous les jours, pour aller devant la société et s’engager dans l’action, comme s’organiser dans la communauté de notre quartier. La guerre qui nous est faite par la modernité capitaliste est autant une guerre psychologique, émotionnelle que physique, alors ne perdons pas notre moral, et affirmons fortement : oui, notre lutte est écologique, car c’est la guerre populaire écologique, c’est la guerre populaire révolutionnaire.
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici