Du Kurdistan au Chiapas : une internationale d’espoir

0
487

« Il est temps pour une nouvelle alliance. Contre leur modernité capitaliste, une nouvelle culture de la diplomatie, une Internationale de l’espoir, qui rend possible un âge démocratique, une modernité démocratique. »

Michael Panser, nom-de-guerre Bager Nujiyan (anciennement Xelîl Viyan), était un révolutionnaire allemand, qui a rejoint le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) étant convaincu de la possibilité de révolution et de liberté. Il a commencé ses activités politiques à un âge précoce dans les luttes antifascistes et révolutionnaires en Allemagne. Sa rencontre avec le mouvement kurde de libération lui a permis de se familiariser avec la philosophie d’Abdullah Öcalan. Penseur et activiste enthousiaste, Bager Nujiyan s’est rapidement rendu au Kurdistan, où il a décidé de devenir un combattant de la liberté et de connecter les mondes par la lutte. Il a participé aux activités sociales et culturelles de la révolution du Rojava, ainsi qu’à la libération des communautés du Moyen-Orient, assiégées par l’Etat islamique.

Une transcription du compte rendu personnel de Bager Nujiyan sur son évolution politique a été publiée sur le site Internet de la Commune Internationaliste du Rojava et peut être consultée ici.

Le 14 décembre 2018, Bager Nujiyan est décédé lors d’une frappe aérienne turque dans les zones de défense de Medya tenues par la guérilla au Kurdistan.

Peu de temps avant sa mort, il a écrit la lettre suivante en l’honneur du soulèvement zapatiste.

« Des montagnes libres du Kurdistan au sud-est du Mexique: vers une culture révolutionnaire de la lutte mondiale pour la liberté

Dans un temps d’incertitude et de chaos, l’esprit de la révolution commence à réapparaître, et un temps commence où la force de l’imagination peut donner un nouvel espoir à la lutte.

Les deux temps de la révolution sont vivants, ils représentent notre mouvement, notre histoire qui continue. La seule fois est la longue file de la lutte pour la liberté pour une société libre qui a commencé avec Marx, la ligne de l’utopie socialiste, de la croissance lente et patiente, d’un rassemblement d’expérience et d’une conscience croissante. L’autre temps est le temps du soulèvement, le moment de la lutte, la fraction de seconde de l’histoire dans laquelle tout est possible et qui anticipe le monde à venir – notre moment de liberté, d’action. Ces deux temps forment une unité, notre unité, les deux côtés de notre histoire, notre chemin. Ce sont ces deux pôles de notre mouvement: la ligne de la socialité historique, l’héritage de la communauté néolithique et la recherche prophético-philosophique de la vérité d’une part, et le pouvoir créateur des événements d’autre part, qui, pendant un moment, a profondément ébranlé la réalité dominante, plus récemment lors du soulèvement de 1968 – un soulèvement qui n’est pas terminé, mais qui brille comme un feu secret jusqu’à aujourd’hui et est devenu le point de départ d’une nouvelle ligne de lutte. Cette ligne relie les mondes, les temps, crée des connexions du Vietnam au Mexique et au Kurdistan, car nous sommes tous les enfants de ce moment d’espoir.

Les grands champs de lutte qui définiront notre siècle sont balisés. C’est leur raison, la raison de leur système, qui aujourd’hui menace plus que jamais la vie sociale, la vie sur cette planète en général. C’est la raison de l’homme dominant, l’idée positive de l’esprit rationnel, qui a soumis la nature et façonne ce monde selon sa volonté – la création masculine du pouvoir. Non seulement à travers la dévastation de notre planète et l’horreur du meurtre de masse industriel par le fascisme, nous avons douloureusement vécu où la prédominance de la raison sans restriction, une raison patriarcale, la froide rationalité de l’homme blanc, face à la «nature sauvage», les « sociétés primitives » et le féminin, peuvent conduire. Nous savons que cette raison, qui divise, analyse, se divise en classes et hiérarchies, divise la diversité vivante et la transforme en objets morts et en matières premières, ce n’est pas le sommet de la création culturelle humaine mais sa fin; pas la société progressiste mais sa décadence.

C’est notre utopie d’une société libre – contre sa domination par les États-nations, le capitalisme et l’exploitation industrielle; contre l’isolement et la domination de l’argent – notre confédéralisme démocratique qui unit les communes. Contre leur manque de culture, d’assimilation et de génocide; contre l’exploitation, la destruction et l’aliénation, notre culture de la vie, l’esprit de la commune, notre parti mondial, nos partisans.

Ce qui est en jeu, c’est le développement d’une culture démocratique qui remplit ces pensées de vie. Parce que la société libre n’est pas une idée abstraite, mais notre façon concrète de vivre, notre façon de nous connecter au quotidien avec la lutte et l’utopie. Notre culture est sens, vie, créativité, conscience, empathie et compréhension; c’est la recherche, un processus d’action, de pause, de critique, de dépassement. Notre culture est l’auto-organisation, la légitime défense, une lutte commune, la création quotidienne – un rejet-et-création, une activité sociale au-delà de l’exploitation et du travail mort. La culture résistive doit aujourd’hui trouver son origine dans le rejet radical de cette modernité capitaliste, dans la conscience et la volonté de s’approprier nos vies – un rejet-et-création. L’être humain, pour nous, n’est pas un seul individu, et certainement pas l’homme solitaire. Nous savons que l’humain est la société, la vie communautaire, organisée autour de la femme, la conscience et l’égalité, un sentiment et une pensée, un travail et des combats communs, vivant dans la dignité. Nous sommes les enfants de la lignée maternelle, de la culture de la Déesse Mère, qui est la nature, qui est la société, qui est la vie, qui est l’unité – une croissance, une fin et un devenir, une profondeur, une expérience et une sagesse, un désir cela ne disparaît pas. Cette culture est un mythe, c’est un savoir et elle est millénaire plus ancienne que le système auquel nous sommes confrontés. Elle est aussi utopique que la force de notre imagination et aussi réelle que la résistance des sociétés historiques, des sorcières, des esclaves, des prophètes, des mouvements communaux de tous âges, aussi déterminée que les luttes des travailleurs, aussi dynamique que en ’68, aussi soutenus et dignes que les insurgés quelque part dans le sud du Mexique, portés par l’amour et la colère comme les guérilleros dans les montagnes libres; aussi timide et clair dans sa signification que la tentative de recherche d’un autre monde…

Il est vrai que nous sommes en guerre, mais ce n’est pas la guerre qui nous bat. Nous perdons dans la vie si nous ne parvenons pas à développer une culture de résistance et de vie auto-déterminée. Tout comme la guérilla n’est pas seulement la force de défendre un territoire ou la vie nue; il est le défenseur de la société et le porteur d’une culture de la vie libre, de la responsabilité et du sens, force de créativité. C’est aussi la raison pour laquelle l’EZLN [L’Armée zapatiste de libération nationale] est devenue le symbole de la recherche d’une vie différente et a inspiré les demandeurs de liberté sur tous les continents. Le jour du Nouvel An, les résistants de l’EZLN célèbrent le 25e anniversaire de leur soulèvement de la dignité. Leur lutte et nos luttes font partie, indivisible, d’une révolution mondiale qui, en ce sens, est une révolution culturelle: la lutte pour un mode de vie différent.

Il est temps pour une nouvelle alliance. Contre leur modernité capitaliste, une nouvelle culture de la diplomatie, une Internationale de l’espoir, qui rend possible un âge démocratique, une modernité démocratique. »

Bager Nûjiyan

Décembre 2018,

Zones de défense de Medya, Kurdistan du Sud

Publié par Komun academy

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici