TURQUIE. L’épouse de Demirtas transmet un message de son mari emprisonné

0
463
TURQUIE – Basak Demirtas a tweeté samedi qu’elle avait rendu visite à son mari, le politicien kurde emprisonné, Selahattin Demirtas qui a été hospitalisé après un malaise cardiaque survenu en prison.
 
L’ancien coprésident du Parti démocratique des peuples (HDP) a perdu connaissance après avoir eu des difficultés respiratoires et des douleurs thoraciques le 26 novembre, ont déclaré des sources proches de lui.
 
« Nous avons visité Selahattin hier. Il était furieux et attristé à cause des récents développements. Encore une fois, il a envoyé ses sincères salutations », a-t-elle écrit.
 
Initialement, les autorités turques ont refusé de transférer Demirtas à l’hôpital, malgré les recommandations du médecin de la prison. Mais il a finalement été autorisé à être hospitalisé pour un bilan de santé suite aux critiques du public à l’encontre des autorités turques pour ne pas avoir accordé à Demirtas l’accès aux soins d’urgence.
 
Cependant, il a été renvoyé en prison quelques heures après des examens à l’hôpital.
 
Dans son message, elle a déclaré que des milliers de familles n’ont pas la possibilité de rendre visite à leurs proches emprisonnés, car ils sont à des centaines, voire, à des milliers de kilomètres de leurs proches.
 
Depuis l’effondrement d’un processus de paix entre le gouvernement et le Parti des travailleurs du Kurdistan en 2015, 16300 membres du HDP ont été arrêtés et 3500 d’entre eux ont été emprisonnés, selon le HDP.
 
Samedi, quatre autres maires kurdes d’HDP ont également été remplacés par des maires nommés par le gouvernement.
 
« Il y a des vieux parents qui n’ont pas vu leurs enfants depuis des années. Nous espérons que les politiciens et l’opinion publique seront sensibles afin de mettre fin à cette oppression », a-t-elle déclaré.
 
Le gouvernement turc accuse le HDP d’avoir des liens étroits avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une allégation qu’il a utilisée pour justifier sa répression contre les politiciens kurdes. Le HDP dément les liens avec le PKK.
 
Le 4 novembre 2016, la police turque a arrêté Demirtas ainsi que 10 autres députés HDP lors de raids nocturnes simultanés dans plusieurs provinces, accusés de terrorisme et de séparatisme sur la base de divers discours publics qu’ils avaient prononcés.
 
Dans une affaire plus vaste et en cours, les procureurs ont demandé jusqu’à 142 ans pour lui dans différentes enquêtes, y compris une accusation d’avoir insulté le président Recep Tayyip Erdogan, mais aucune condamnation n’a été prononcée.
 
« La 19e cour d’assises d’Ankara a statué à l’unanimité le 2 septembre pour la libération de l’ancien coprésident du HDP », a déclaré le parti sur sa page Twitter à l’époque.
 
« Demirtas devrait être libéré immédiatement », a-t-il ajouté, notant que le politicien avait été emprisonné illégalement.
 
Mais ce même mois, les procureurs turcs ont lancé une nouvelle enquête demandant son maintien en détention.
 
Basak Demirtas a remercié samedi tous ceux qui «ont transmis leurs messages» en soutien à Demirtas.
 
« Vous m’avez donné du moral; vous m’avez donné de la force. Merci. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici