La Turquie s’apprête à annexer les territoires syriens occupés

0
983
SYRIE / ROJAVA – La Turquie s’apprête à annexer les territoires qu’elle a occupés dans le nord de la Syrie. A cette fin, des fonctionnaires turcs sont nommés aux conseils municipaux et aux organes administratifs subordonnés dans les zones envahies où elle change la démographie en remplaçant les Kurdes par des Arabes, des Turkmènes et d’autres peuples originaires d’Asie centrale.
 
Comme pour l’annexion d’Hatay en 1939 – et comme Jarablus, Afrin, Azaz et al-Bab ces dernières années, la Turquie commence à institutionnaliser l’annexion de Serêkaniyê (Ras al-Ain) et Girê Spî (Tal Abyad). Abdullah Erin, gouverneur de la province d’Urfa, dans le nord du Kurdistan, a annoncé vendredi, lors d’une conférence de presse, la nomination de responsables turcs au poste de gouverneur des districts de Serêkaniyê et Girê Spî.
 
Après avoir chassé quelque 300 000 personnes des deux villes et des régions avoisinantes à la frontière turque dans le cadre du nettoyage ethnique, l’État turc s’efforce à présent de s’installer dans ces régions occupées avec des personnes venant de différentes régions syriennes et même de l’Asie centrale.
 
Mise en place d’une administration d’occupation
 
Le gouverneur d’Urfa a fait valoir ce qui suit lors de la conférence de presse d’hier : « L’approvisionnement en eau potable, en énergie, en médicaments et en infrastructures a commencé et les gens rentrent rapidement chez eux. » Il a avoué que l’Etat turc prévoit une présence permanente dans la région.
 
Le même jour, Hami Aksoy, porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, a déclaré : « Nous nous réservons le droit de continuer l’opération « Source de Paix ». Comme l’a dit notre Président, nous ne quitterons pas la Syrie tant qu’elle n’aura pas été nettoyée des terroristes. »
 
La phase actuelle est tout à fait comparable à ce qui s’est passé à Hatay en 1938. A cette époque, sous la pression de la Turquie, la région a d’abord été déclarée « Etat indépendant », puis annexée par la Turquie. L’annexion a été précédée d’une politique de colonisation massive pour obtenir un référendum sur l’annexion de Hatay. Un processus similaire est en cours dans le nord de la Syrie. Le régime de l’AKP tente d’installer des « Turkmènes » du monde entier à Girê Spî et Serêkaniyê.
 
La colonie « turkmène »
 
Dans ce contexte, une réunion appelée « 5e Congrès ordinaire du Conseil turkmène syrien » s’est tenue le 24 octobre 2019 dans la ville d’Azaz occupée par la Turquie. L’Etat turc a appelé les « Turkmènes » des autres régions à « retourner » dans les territoires occupés. Le vice-ministre turc des Affaires étrangères Yavuz Selim Kıran a également pris part à la réunion et a déclaré : « La cause turkmène doit être encore renforcée. Nous poursuivrons notre lutte déterminée pour leur fournir une zone de sécurité et la rendre aux véritables propriétaires de la région et aux personnes déplacées. »
 
Muhammed Vecih Cuma, président du Conseil turkmène en Syrie, qui est contrôlé par la Turquie, a déclaré : « Si une zone sûre est établie, nous sommes prêts à retourner dans notre pays très rapidement et en masse. Nous sommes prêts à prendre notre destin en main. »
 
Le soi-disant gouvernement de transition
 
L’État turc a formé un « gouvernement de transition syrien », dirigé par Abdulrahman Mustafa. Ce gouvernement de transition a légitimé les crimes de la Brigade du sultan Murad en affirmant que les critiques résultaient de l’inquiétude de la communauté internationale quant à leur succès.
 
Quatre partis unis
 
Le Président du Parlement turc, Mustafa Şentop, a adressé un message de félicitations à la réunion au cours de laquelle le Parti du Mouvement national turkmène syrien, le Parti de la masse turkmène syrien, le Parti Nahda syrien-turkmène et le Parti Vefa ont formé l’alliance susmentionnée. Des délégués d’Alep, de Lattaquié, de Lattaquié, de Tartous, d’Idlib, de Hama, de Homs, de Damas, du Golan et de Raqqa ont participé à ladite réunion lors de laquelle la délimitation du territoire « turkmène » en Syrie a été discutée, et même un drapeau et un hymne ont été diffusés.
 
Les milices de l’Etat turc
 
L’Etat turc a stationné des groupes « turkmènes » à des endroits stratégiques dans la région de la frontière nord syrienne. Il s’agit de la Brigade du sultan Murad, de la Brigade du sultan Sulaiman Shah, de la Brigade Fatih Sultan Mehmet, de la Brigade Muntassir Billah et de la Brigade Samarkand. Les groupes arabes, quant à eux, sont envoyés au front pour envahir la région.
 
Certaines familles de mercenaires islamistes radicaux venus du Turkistan oriental, du Turkménistan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan, de l’Azerbaïdjan et de l’Afghanistan sont installées dans ces régions sous le nom de « Turkmènes ».
 
Actuellement, ces groupes se trouvent au poste frontière de Jabal Akrad, Jabal Turkman, Bab al-Hawa, Antarib, dans les districts d’Afrin de Jindires, Bilbilê et Shera, au poste frontière de Bab al-Salama à Azaz, dans les zones proches de la frontière à Jarablus et dans la bande de cinq kilomètres de large à Girê Spî et Serêkaniyê à la frontière.
 
Installation de personnes originaires d’Asie centrale au Rojava
 
Quelques semaines seulement après l’occupation de Serêkaniyê et Girê Spî, la « turkification » de la région a commencé. Selon les informations actuelles, la Direction générale de l’Autorité turque des migrations a commencé à préparer la réinstallation des familles des « États turcs » en Asie centrale dans les deux villes du nord de la Syrie.
 
A Istanbul, Hatay, Antep et Urfa, la Direction générale turque des migrations, coordonnée par les services secrets turcs (MIT), a commencé à préparer la réinstallation dans des abris pour réfugiés dans le corridor occupé de Serêkaniyê à Girê Spî.
 
Selon les informations actuelles, le MIT rencontre des islamistes radicaux qui ont émigré en Turquie en provenance d’Etats dits turcs tels que le Turkistan oriental, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, l’Azerbaïdjan et même l’Afghanistan, afin de les convaincre pour s’installer dans les zones occupées en Syrie.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici