ROJAVA. Un responsable de l’ONU accuse les gangs de la Turquie d’avoir tué des enfants à Tal Abyad

0
312

SYRIE / ROJAVA – Le porte-parole de l’ONU pour les droits humains a déclaré que des groupes soutenus par la Turquie sont à l’origine de la frappe qui a tué 8 enfants kurdes à Tal Rifaat le 2 décembre.

Vendredi, le porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme (HCDH), Rupert Colville, a déclaré que « des frappes au sol menées par des groupes armés affiliés à la Turquie » près d’une école à Tal Rifaat ont fait au moins 12 morts parmi les civils, dont des enfants âgés de 3 à 15 ans originaires d’Afrin.

Rupert Colville a déclaré que les États qui soutiennent les parties au conflit, même lorsqu’elles ne sont pas directement engagées dans des hostilités, sont tenus de respecter et de faire respecter le droit international humanitaire.

Par ailleurs, le porte-parole du HCDH a déclaré que les combats intermittents se poursuivaient malgré un cessez-le-feu dans le nord de la Syrie. Colville s’est dit préoccupé par l’utilisation aveugle d’attaques par engin explosif improvisé (EEI) dans les quartiers résidentiels et les marchés.

Depuis l’accord de cessez-le-feu américano-turc du 22 octobre, le HCDH a enregistré une augmentation des attaques d’engins piégés, y compris avec des engins explosifs improvisés (VBIED), dans des zones peuplées comme les quartiers résidentiels et les marchés animés de Hasakah, Raqqa et Alep, Ajouta Colville.

Entre le 22 octobre et le 3 décembre, le HCDH a déclaré avoir enregistré au moins 49 attaques, dont 43 dans les forces affiliées à la Turquie dans la région. Dans ces 43 attaques, au moins 78 civils ont été tués, a-t-il précisé.

« Ces attaques ont été principalement menées dans des zones sous le contrôle des forces turques et des groupes armés affiliés », a souligné Colville.

« Une telle utilisation peut constituer une attaque aveugle, une grave violation du droit international humanitaire et constitue un crime de guerre », a-t-il ajouté.

Le HCDH a appelé toutes les parties au conflit à «cesser immédiatement et à s’abstenir de diriger des attaques contre des civils… et à enquêter sur tous ces incidents».

« Les États qui soutiennent les parties au conflit, même lorsqu’ils ne sont pas directement engagés dans des hostilités, sont tenus de respecter et de faire respecter le droit international humanitaire, en toutes circonstances. »

Kurdistan 24

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici