« La Turquie est contre les Kurdes, pas contre le terrorisme », dit un sociologue turc

0
174
KURDISTAN DU SUD – HEWLER – Le célèbre sociologue et auteur turc, İsmail Beşikçi a déclaré que, bien que la Turquie affirme qu’elle n’est pas contre les Kurdes, elle est en réalité opposée aux réalisations kurdes et a l’intention de réduire activement la population kurde du nord de la Syrie.
 
Beşikçi, qui a passé plus de 17 ans en prison pour avoir défendu les droits des Kurdes en Turquie, a fait ces commentaires lors d’un séminaire à l’Université du Kurdistan Hewler (UKH), située dans la capitale du Kurdistan.
Un sociologue turc dit qu'Ankara est contre les Kurdes et non contre le terrorisme
« La politique officielle de la Turquie était que les Kurdes n’obtiennent aucun résultat lors de l’évolution de la situation en Syrie », a-t-il déclaré.
 
Le 9 octobre, Ankara a lancé une offensive armée contre le Rojava contrôlé par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Ankara considère que la composante clé des FDS, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), est la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les qualifie d’organisations terroristes. Les FDS nient tout lien avec le PKK et ont accusé la Turquie de coopérer avec l’Etat islamique (DAECH / ISIS).
 
Le PKK est un groupe armé formé, il y a plus de 40 ans, par des Kurdes en Turquie après des décennies de répression anti-kurde de l’Etat.
 
Beşikçi a déclaré que l’argument utilisé par la Turquie était : « Nous n’avons pas de problème avec les Kurdes ; nous avons des problèmes avec le terrorisme. Il y a une tentative d’établir un État terroriste [dans le nord de la Syrie, et nous [la Turquie] voulons préserver l’unité territoriale de la Syrie. »
 
« Mais en réalité, ils font exactement le contraire », a-t-il dit.
 
« Quand on regarde l’époque où ils ont occupé Afrin, ils ont fait des actions similaires à ce qu’ils ont fait avec le remplacement des maires des villes kurdes de Turquie par des administrateurs. Par le biais d’une autorité politique, ils ont remplacé les dirigeants kurdes d’Afrin par des personnes nommées, et ils ont immédiatement fermé l’institution Ahmad Khani et d’autres centres qui travaillent pour la culture kurde.
 
En général, il y a un paradoxe entre ce que la Turquie dit et ce qu’elle fait. Leurs actions indiquent qu’ils sont contre les Kurdes parce qu’ils ont interdit la langue kurde et l’éducation kurde et empêché toute activité culturelle que le peuple kurde veut mener.
 
Après l’occupation d’Afrin en 2018, la Turquie s’est tournée vers l’Euphrate oriental et a prévu une zone profonde de 30 km. Mais ce n’était pas un intérêt commun de la Russie et des États-Unis d’Amérique. Par conséquent, la Turquie n’a pas été en mesure de réaliser immédiatement ses plans », a-t-il dit, ajoutant que les zones kurdes ont été occupées, la langue a été interdite, et les noms des localités kurdes ont été changés. La Turquie se concentre sur un programme d’études turc dans les zones qu’elle a occupées.
 
« Hafez Assad a tenté de changer la démographie du nord de la Syrie », a-t-il dit, faisant référence à l’ancien dirigeant syrien et père du président actuel, Bachar al-Assad. « Il y a eu d’autres tentatives. Et aujourd’hui, la Turquie veut achever ce qu’Hafez Assad, Nureddin al-Atassi et d’autres n’ont pu terminer. »
 
Beşikçi a déclaré à Kurdistan 24 après le séminaire que les partis kurdes organisent afin de travailler ensemble pour le Kurdistan. « Les Kurdes essaient de préserver leur identité kurde, et pour cela, ils doivent faire des concessions entre eux, et non pour la Syrie, l’Irak ou l’Iran. »
 
Cengiz Candar, chercheur à l’Institut d’études turques de l’Université de Stockholm (SUITS), a déclaré à Kurdistan 24, le 19 novembre, que les responsables turcs n’étaient pas honnêtes lorsqu’ils prétendaient qu’ils n’étaient pas contre les Kurdes, mais contre le terrorisme.
 
« Alors, pourquoi vous vous battez avec la langue kurde ? La langue kurde, c’est du terrorisme ? Soyons très sérieux et sincères.
 
Le moyen de le faire pour résoudre la question kurde [est] de reconnaître que les Kurdes ont des droits et comment ces droits doivent être appliqués. Vous devez parler au moins avec leurs représentants élus.
 
La Turquie devrait mettre fin à ce genre de pratiques et retourner à la table des négociations ».
 
Image prise lors de l’enterrement d’onze civils, dont 9 enfants, tués à Tal Rifaat le 2 décembre dernier par les forces armées de la Turquie.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici