Le Conseil des femmes syriennes condamne l’agression brutale de la politicienne Lina Abdulvahab

0
666
SYRIE – Le Conseil des femmes syriennes a condamné l’attaque sauvage de la politicienne Lina Abdulvahab et a appelé les organisations internationales de femmes à agir.
 
Le Conseil des femmes syriennes a fermement condamné l’attaque brutale contre la politicienne Lina Abdulvahab. Cette « attaque inhumaine et traître » fait partie de la chaîne des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité auxquels le peuple du nord-est de la Syrie a été soumis chaque jour depuis le début de l’invasion de la Turquie et de ses troupes auxiliaires djihadistes, ce qui est contraire au droit international », a déclaré le Conseil des femmes.
 
Lina Abdulvahab est l’une des responsables du parti Avenir de la Syrie, qui est dirigé par un principe d’initiative démocratique populaire, et siège au Conseil exécutif de la région de Deir ez-Zor, dans l’est de la Syrie. Le 17 novembre, deux hommes masqués ont pris d’assaut sa maison et ont ouvert le feu. Abdulvahab a été frappée violemment au visage, à la tête et au bras par des canons de pistolet – elle a pu survivre à l’attaque. Sa maison a été fouillée par les assaillants.
 
Le Conseil des femmes syriennes a souligné que l’invasion turque du Rojava présente toutes les caractéristiques d’un génocide. En outre, les troupes d’occupation ont mené une guerre systématique contre les femmes, a déclaré le Conseil des Femmes.
 
« Les crimes contre les femmes comme Havrin Khalaf, co-présidente du parti Avenir de la Syrie, qui a été exécutée le 12 octobre 2019 par les membres d’Ahrar al-Sharqiya, qui fait partie de l’armée mandataire de la Turquie alliée de l’OTAN dans la guerre d’agression contre le Rojava, et Amara Rênas, une combattante des YPJ, dont le corps a été mutilé et filmé de manière dégradante par un groupe d’islamistes pro-turcs, est un délit de féminicide », a déclaré le Conseil des femmes et a appelé les Nations Unies et les organisations internationales des femmes à agir.
 
Près de 500 civils tués
 
Depuis que la Turquie a lancé une guerre d’agression contre les territoires autonomes du nord et de l’est de la Syrie le 9 octobre 2019, plus de 480 civils ont péri dans des attaques génocidaires. Près de 1 100 autres personnes ont été blessées. Environ 300 000 civils ont été déplacés.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici