ROJAVA. Le village des femmes libres, JINWAR évacué suite aux attaques turques

0
267
ROJAVA – Les femmes et les enfants du village JINWAR ont dû fuir temporairement vers les villages voisins à cause des bombardements et des attaques turques en cours.
 
JINWAR est un village où ne vivent que des femmes et leurs enfants. La région est située à quelques kilomètres de la ville de Qamishli.
 
« Les femmes de Jinwar nous ont dit qu’elles avaient été forcées de quitter leur village autonome féminin alors que l’invasion turque approchait, malgré le cessez-le-feu », a déclaré Thomas McClure, chercheur du Centre d’information du Rojava et basé en Syrie.
 
« Les forces soutenues par la Turquie continuent de progresser depuis l’est de Serekaniye vers Dirbesiye, avec Jinwar sur leur chemin – utilisant des drones armés et de l’artillerie ainsi que des troupes terrestres », a-t-il ajouté.
 
Avant l’opération militaire turque du 9 octobre, les femmes du village vivaient de l’agriculture écologique et obtenaient une éducation gratuite pour leurs enfants. Elles avaient également leur propre académie féminine pour éduquer les femmes vivant dans le village sur les droits des femmes.
 
Le village a été créé par des groupes de femmes originaires de la région et des volontaires internationales il y a quelques années dans le but de créer un espace paisible pour les femmes qui souhaitent vivre en dehors de rôles axés sur la famille et la société patriarcale.
 
JINWAR a également été créé pour venir en aide aux veuves démunies qui ont perdu leur mari dans la lutte contre le soi-disant État islamique.
 
Dans un message vocal reçu par le Kurdistan 24, Nujin, une volontaire étrangère de Jinwar, a déclaré que personne ne voulait quitter le village.
 
«Ce fut un moment très difficile et nous a tous rendus très tristes en colère. Jinwar fait partie de la réussite des femmes dans cette région et de la révolution des femmes qui a été réalisée par tant de femmes ici ces dernières années.»
 
Elle a ajouté que les habitants de Jinwar devaient partir temporairement et rester «dans d’autres villages, où se trouvent des réfugiés de Serekaniye, de Zarkan et d’autres lieux».
 
«Les gens ont beaucoup de soutien pour faire face à cette situation», a déclaré Nujin.
 
«Presque toutes les familles ont perdu des mères, des pères, des enfants ou des amis dans la lutte contre DAECH, et pour tout le monde, il est très pénible de voir comment les acquis de cette lutte sont attaqués en ce moment.»
 
Bien que les villageois aient été déplacés, les enfants de Jinwar retournent à l’école dans les villages qu’ils ont fui.
 
« La réouverture des écoles malgré la guerre fait partie de la résistance que nous pouvons dire car la guerre en Turquie vise à créer la peur et à détruire l’organisation de la vie quotidienne des gens. »
 
Bercem, une membre de Jinwar, a déclaré qu’elle n’abandonnerait pas le village. « Même si nous devions trouver un endroit sûr pour les femmes et les enfants en raison de la menace d’attaques, nous n’abandonnerons jamais Jinwar. »
 
« Dès que possible, nous retournons tous au village. Nous nous soutenons, nous continuerons à résister!”
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici