The Times : Le Royaume-Uni vend du phosphore blanc à la Turquie alors que les preuves d’attaques chimiques contre les Kurdes se multiplient

0
1245
ROJAVA – Le 27 octobre, le journal The Times a révélé que le Royaume-Uni vend du phosphore blanc à la Turquie qui est actuellement en guerre contre le Rojava et qui utilise des armes interdites contre les Kurdes syriens.
 
Voici un extrait du Times au sujet des ventes de produits militaires britanniques, dont le phosphore blanc, à la Turquie :
 
« Des inquiétudes ont été soulevées au sujet des ventes britanniques de produits à base de phosphore à la Turquie, alors qu’il est prouvé que ce produit chimique incendiaire a été utilisé contre des Kurdes dans le nord-est de la Syrie.
 
Les ministres ont délivré plus de 70 licences d’exportation de produits militaires pouvant contenir du phosphore à Ankara au cours des deux dernières décennies, selon le Times.
 
Un éminent expert britannique en produits chimiques a déclaré hier soir que des échantillons prélevés sur les lieux d’attaques chimiques présumées et sur les brûlures de victimes pourraient être analysés pour identifier le pays d’origine de tout phosphore blanc trouvé.
 
Les articles militaires vendus par la Grande-Bretagne à Ankara comprennent des munitions fumigènes et pyrotechniques, du matériel de leurre et de contre-mesure et des dispositifs de signalisation et d’éclairage. Bien que le phosphore blanc ne soit pas un produit chimique interdit, il doit être utilisé conformément aux normes internationales… »
(…)

Citant une expert britannique en chimie, l’article indiquait que des échantillons prélevés sur les lieux d’attaques chimiques présumées et de brûlures de victimes pourraient être analysés pour identifier le pays d’origine de tout phosphore blanc découvert.

« Les Kurdes qui ont subi des blessures graves ont présenté des preuves convaincantes de brûlures par le phosphore blanc dans le nord-est de la Syrie au cours de la semaine dernière. Le Times a été témoin des brûlures de Mohammed Hamid, un Kurde syrien âgé de 13 ans, qui, selon des témoins, a été brûlé lors d’une attaque par un avion turc dans la nuit de 16 octobre.”

Le quotidien britannique a noté qu’un médecin d’un hôpital de campagne à Tal Tamir avait déclaré la semaine dernière qu’il avait soigné au moins 15 personnes présentant des traces de brûlures chimiques incendiaires. L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques étudie actuellement l’utilisation possible d’armes chimiques et incendiaires lors de l’offensive du président Erdogan dans le nord-est de la Syrie.

« Le phosphore est couramment utilisé comme composant clé des écrans de fumée et des fusées éclairantes dans les armées de l’OTAN, y compris dans l’armée britannique. Les traités multilatéraux autorisent cet usage des produits chimiques – dans les grenades, les munitions aériennes et les obus d’artillerie », continue l’article et ajoute que le déploiement de phosphore dans une attaque incendiaire dirigée contre des personnes est toutefois limité par les Conventions de Genève encadrant les armes chimiques.

 
Image de Mohammed Hamid, un enfant kurde gravement brûlé à la suite de l’assaut de la Turquie contre le Rojava

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici