PKK à Trump : Nous ne sommes pas coupables de terrorisme ; nous sommes victimes du terrorisme d’État

0
438
« Nous ne sommes pas coupables de terrorisme ; nous sommes victimes du terrorisme d’État. Mais nous sommes coupables de défendre notre peuple », a déclaré le PKK dans sa lettre adressée au peuple américain et au président Trump.
 
La commission des relations extérieures du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a écrit une lettre adressée au peuple américain et au président Donald Trump en réponse aux comparaisons faites entre le mouvement kurde et DAECH dans le cadre de la campagne génocidaire de l’Etat turc contre le peuple kurde au Rojava et dans d’autres parties du Kurdistan.
 
Voici la lettre du PKK :
 
« Au peuple américain et au président Donald J. Trump,
 
Nous refusons que des comparaisons soient faites entre notre mouvement et les voyous inhumains de DAECH. Notre réponse est la suivante : Plus de 40 millions de Kurdes vivent aujourd’hui au Moyen-Orient. À la fin de la Première Guerre mondiale, les puissances extérieures les divisèrent en quatre États autocratiques : L’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie, où notre mouvement a commencé.
 
Pendant des années, le peuple kurde n’avait demandé à ces gouvernements que les droits démocratiques fondamentaux dont vous jouissez chaque jour : le droit d’exister, de parler sa propre langue, de pratiquer sa propre culture, de participer à la politique en tant que citoyens libres et égaux.
 
« PKK A ÉTÉ FONDÉE POUR RÉSISTER À LA VIOLENCE DE L’ETAT TURC »
 
Chaque fois, ils ont été brutalement soumis: bombardés avec des armes perfectionnées, arrachés de leurs maisons au milieu de la nuit et disparus, emprisonnés et torturés, leurs villages aplatis, et leur langue et leur culture même interdites. Jusqu’à la fondation du PKK en 1978 pour résister à la violence de l’Etat turc contre le peuple kurde, il avait déjà massacré des centaines de milliers de Kurdes dans les régions kurdes de Turquie. Il n’est pas nécessaire de remonter trop loin dans le temps, dans les années 90, l’Etat turc a détruit 4 000 villages kurdes et tué 17 000 Kurdes de manière extrajudiciaire.
 
« NOS EFFORTS ONT ÉTÉ IGNORÉS »
 
Les dirigeants turcs croyaient, comme tant de tyrans à travers l’histoire, qu’ils pouvaient écraser le désir humain fondamental d’une vie libre par la violence et la terreur. Ils nous ont qualifiés de terroristes et de criminels et ont dépensé des centaines de millions de dollars pour amener d’autres pays comme les États-Unis d’Amérique à faire de même, même si leurs forces ont commis des atrocités indicibles en violation de tous les principes du droit international. Nous avons signé les Conventions de Genève et demandé des négociations de paix à plusieurs reprises depuis 1993, sachant que la guerre pouvait mettre fin aux droits des Kurdes. Ces efforts ont été ignorés.
 
« PKK N’A JAMAIS CIBLÉ LES ÉTATS-UNIS NI AUCUN AUTRE PAYS »
 
Le PKK n’a jamais ciblé les États-Unis ni aucun autre pays. Nous n’avons jamais hésité à quitter la table des négociations pour résoudre ce conflit pacifiquement et politiquement. En fait, nous avons déclaré pas moins de huit cessez-le-feu depuis 1993 pour ouvrir la voie aux négociations. Le projet politique du PKK est fondé sur les droits de l’homme et les libertés fondamentales, la libération du genre, le pluralisme religieux et les droits écologiques.
 
Lorsque DAECH a commencé sa campagne de terreur en Syrie et en Irak, nous savions que nous devions réagir. Le groupe a menacé non seulement les idéaux pour lesquels nous nous sommes battus pendant tant d’années, mais aussi la sécurité de dizaines de millions de personnes. Les États bien armés et bien financés de la région et du monde ont été lents à réagir, pesant le coût de l’action alors que des millions de personnes tombaient sous l’emprise de l’extrémisme.
 
En août 2014, nous avons mené une campagne humanitaire à Sinjar, en Irak, où DAECH commettait des atrocités contre la communauté yézidie que les Nations Unies allaient reconnaître comme un génocide. Les Yézidis avaient été laissés sans défense par le monde, face à un ennemi que les forces régionales n’avaient jusqu’alors pas été en mesure d’arrêter. Notre première unité militaire envoyée dans la région ne comptait que sept personnes. Dès ces débuts, nous avons pu ouvrir un corridor humanitaire vers le nord-est de la Syrie, permettant à 35 000 civils assiégés sur le mont Sinjar d’atteindre la sécurité. Nous avons ensuite uni nos forces pour libérer la région du contrôle de DAECH.
 
« LA TURQUIE N’A RIEN FAIT POUR ARRÊTER LES EXTRÉMISTES DE DAECH »
 
Alors que notre mouvement et notre peuple ont donné des milliers de vies dans ce combat, l’État turc qui nous traite de  » terroristes  » n’a rien fait pour arrêter les extrémistes de DAECH qui terrorisaient des civils innocents dans le monde. L’État turc a attaqué le nord-est de la Syrie avec plus de férocité aujourd’hui qu’il ne l’a jamais fait lorsque DAECH a lancé des attaques internationales à partir d’un territoire situé juste au-delà de sa frontière. Ils ont envoyé des gangs terroristes affiliés à Al-Qaïda pour torturer et assassiner les personnes qui ont vaincu DAECH. Ils voient la simple articulation de l’identité kurde comme une plus grande menace que les groupes qui ont ciblé des innocents non seulement à Sinjar et Kobanê, mais aussi à Paris, Manchester et New York.
 
Beaucoup d’Américains ont vu en mai 2017 comment le président turc Erdogan a ordonné à ses gardes du corps d’attaquer brutalement des manifestants kurdes pacifiques dans votre capitale ; imaginez ce qu’ils font au Kurdistan. Nous ne sommes pas coupables de terrorisme ; nous sommes victimes du terrorisme d’État. Mais nous sommes coupables de défendre notre peuple. Nous pensons que le peuple américain pourra juger par lui-même qui sont les dangereux terroristes de ce monde. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici