Le génocide d’Anfal. « Toutes les fosses communes de Samawah doivent être fouillées »

0
929
IRAK / KURDISTAN DU SUD – Les fosses communes de Samawah en Irak ont ​​commencé à être fouillées en juillet. En tout, il y aurait des dizaines de fosses communes à Samawah où des civils kurdes, dont des enfants, déportés ont été enterrés lors du génocide d’Anfal ordonné par Saddam Hussein en 1988.
 
Jusqu’à présent, une seule fosse commune de Samawah – ville située à mi-chemin entre Bagdad et Bassorah – a été fouillée et 171 corps ont été exhumés. Après l’ouverture de la première fosse commune, il a été décidé d’ouvrir les autres fosses communes. Cependant, la décision n’a pas encore été mise en œuvre.
 
Hawrê Pêşrew, président de l’Association pour la protection des droits des victimes des familles d’Anfal, a confié à Rojnews: « Teymur, qui a survécu à l’Anfal, a fait venir de l’extérieur une connaissance experte qui connaît très bien les fosses communes. Quand nous y sommes allés pour examiner la fosse ouverte à Samawah en juillet, ils ont constaté que les preuves étaient insuffisantes et ont réagi en déclarant que les fosses communes n’étaient pas ouvertes de manière délibérée. Ils se sont ensuite plaints auprès du gouverneur de Samawah et de son équipe, qui ont ouvert les fosses communes. L’ouverture des fosses communes a été retardée ».
 
Hawrê Pêşrew, le président irakien et le ministère des Martyrs et d’Anfal, ont déclaré qu’ils souhaitaient que les charniers soient ouverts sous la supervision d’une délégation du tribunal de La Haye et de représentants des droits de l’homme. « Les fosses communes n’ont peut-être pas été ouvertes à cause de cela », a déclaré Pêşrew.
 
Hawrê Pêşrew a ajouté: « Un examen sera effectué sur les ossements. Cependant, le gouvernement irakien et le gouvernement de la région du Kurdistan ne sont pas encore parvenus à un accord en vue de recueillir des échantillons de sang des familles des victimes de l’Anfal [pour] prélever des échantillons de sang afin de déterminer l’identité des corps. »
 
Selon le tribunal pénal irakien, il existe trois fosses communes à Samawah et une seule a été fouillée jusqu’à présent.
 
Le gouverneur de Samawah a déclaré qu’il existe des dizaines de charniers non ouverts dans la région. « Nous voulons que toutes les fosses communes soient fouillées », a déclaré Pêşrew.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici