« Un nettoyage ethnique est planifié contre les Kurdes en Syrie »

0
1154
La politologue allemande, spécialiste de la Turquie, Elke Dangeleit, a écrit qu’un nettoyage ethnique était planifié contre les Kurdes en Syrie.
 
« Le plan d’Erdogan d’utiliser les succès de la politique étrangère pour détourner l’attention des problèmes intérieurs de son pays a échoué. »
 
Dans son article « Erdogan veut un sommet sur les réfugiés avec Merkel, Macron et Poutine », publié sur le site Telepolis, Dangeleit déclare que l’installation des réfugiés syriens au nord et l’est de la Syrie [au Rojava] vise le nettoyage ethnique des Kurdes syriens par la Turquie. »
 
Concernant ce qu’Attend Erdogan par un tel sommet, Dangeleit écrit : « Il veut obtenir d’eux un soutien pour l’installation de 3 millions de réfugiés syriens dans la zone autonome du nord de la Syrie. Sinon, [la Turquie] ouvrirait les portes de l’Europe. Il a menacé d’aller aux Etats-Unis si les Etats-Unis ne marchaient pas avec la Turquie dans les 2 semaines, la Turquie le ferait toute seule. »
 
Dangeleit poursuite : « Dans l’intervalle, les délégations européennes des ministères des affaires étrangères [en visite] dans les régions, qui sont autogérées par les populations kurdes et arabes, se tiennent mutuellement la poignée de la porte. Dernièrement, une délégation des ministères français et allemand des Affaires étrangères était sur place pour des entretiens.
 
Les Etats-Unis ont assuré les FDS (Forces démocratiques syriennes) en fourniture d’armes et de véhicules supplémentaires dans la lutte contre l’Etat islamique (DAECH /ISIS). Le plan d’Erdogan visant à détourner l’attention des problèmes intérieurs par des succès en politique étrangère a échoué. De plus en plus de députés de l’AKP quittent le parti. »
 
La politologue allemande a également rappelé qu’Erdogan n’avait pas contacté le régime syrien pour le renvoi des Syriens actuellement en Turquie, ajoutant que les responsables kurdes étaient d’accord pour que les réfugiés retournent à leurs foyers dans les régions d’où ils étaient partis.
 
Au lieu de cela, le régime turc veut occuper le reste du Rojava et y installer des Syriens originaires d’autres régions afin de modifier la démographie de la région, comme il l’a fait à Afrin en 2018. Tout est de savoir si la communauté internationale se rendra de nouveau complice de crimes de guerre et crimes contre l’Humanité que la Turquie veut commettre contre les Kurdes du Rojava.
 
Voici la suite de l’article :
 
Erdogan menace l’UE
 
Compte tenu du nombre croissant de migrants – y compris de plus en plus de citoyens turcs – les États membres de l’UE sont préoccupés par l’évolution de la situation au Proche-Orient. Erdogan y voit une (dernière ?) chance d’accéder à son occupation de l’ensemble du nord de la Syrie. Il organise actuellement une conférence avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emanuel Macron. En ce qui concerne les flux craints de réfugiés d’Idlib, il appelle à soutenir sa conquête souvent annoncée des régions autonomes arabo-kurdes du nord-est de la Syrie.
Il aimerait y accueillir les trois millions de Syriens qui se trouvent en Turquie. Ce qu’il ne dit pas, c’est que cela entraînerait une nouvelle guerre et au moins autant de réfugiés kurdes, chrétiens, yézidis. Outre la population multiethnique et multiconfessionnelle, plus d’un million de personnes déplacées à l’intérieur du pays ont fui DAESH et 300 000 personnes du canton d’Afrin, occupé par la Turquie, vivent dans la région – fuyant le pillage, la torture, le meurtre des Turcs et de leurs alliés islamistes.
 
L’objectif d’Erdogan est, dans l’esprit du dictateur Hafiz al-Assad, le père du Bachar al-Assad, d’établir une ceinture arabo-sunnite à la frontière de la Turquie et d’expulser la population oppositionnelle kurde, mais aussi tous les autres groupes ethniques et minorités religieuses. On ne peut qu’espérer que les Européens verront à travers le compte (…) d’Erdogan : Il se débarrasse de 3 millions de réfugiés, crée une ceinture frontalière sous son protectorat qui lui convient bien, apaise ses citoyens insatisfaits chez lui et génère au moins autant de réfugiés qui vont ensuite rentrer en Europe.
 
Sa menace pour l’Europe : Si l’Europe ne joue pas le jeu, il rouvrira les portes aux contrebandiers. Il y a eu un petit avant-goût ces derniers jours, quand soudain des centaines de réfugiés de Turquie débarquèrent à nouveau quotidiennement sur les îles grecques. Rien qu’en août, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a compté environ 9 300 nouveaux arrivants qui ont débarqué sur les îles grecques via la Turquie. C’est le nombre le plus élevé depuis l’entrée en vigueur de l’accord de réfugiés euro-turc en mars 2016, selon le Tagesspiegel.
 
Le commandant général des FDS, Mazlum Abdi Kobane, explique ainsi la tactique d’Erdogan :
 
« Il veut diviser la Syrie et changer sa structure démographique… Nous voulons tous que les fugitifs retournent… là où ils ont fui. Mais pour cela, il doit y avoir la paix et un cessez-le-feu. Ce que dit Erdogan est différent. Il veut se débarrasser des trois millions de réfugiés syriens en Turquie, dont seulement dix pour cent viennent du nord de la Syrie, et les installer dans la bande frontalière. Il veut s’emparer des terres de la population ancestrale et construire des maisons pour les réfugiés.
 
Il veut aussi leur fournir des terres arables pour qu’ils puissent s’installer. La terre est déjà cultivée par ses propriétaires légitimes, la population locale. Dans notre région, il n’y a pas d’espace libre d’un pied de largeur. Les pays ont leurs propriétaires, qui sont tous des agriculteurs. Mais comme en Afrique, l’objectif d’Erdogan est d’occuper cette région, de faire fuir la population ancestrale et de diviser la terre entre autres. Nous n’accepterons à aucun moment le changement démographique qu’il vise à provoquer.
 
Erdogan affirme que 300 000 personnes sont « retournées » à Afrin. C’est vrai, c’est vrai. Il a chassé 300 000 personnes d’Afrin et les a remplacées par 300 000 autres. Cela ne se reproduira plus. Les personnes de notre région qui n’ont pas été impliquées dans des crimes et qui n’ont pas rejoint DAESH ou Al-Nosra peuvent revenir. Ceux qui ont commis des crimes seront jugés par le pouvoir judiciaire… »
 
Si M. Erdogan souhaitait vraiment permettre aux fugitifs de rentrer chez eux, il pourrait contacter les autorités syriennes pour savoir comment organiser un retour ordonné et faire en sorte que les personnes rentrent effectivement chez elles.
 
Parce que le Président Assad a décrété une amnistie générale qui s’appliquera également aux déserteurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les hommes qui se sont échappés du service militaire obligatoire doivent sortir « impunis », mais il reste à voir s’ils devront encore faire leur service militaire. Les crimes tels que les actes armés contre l’État, la collaboration avec des États étrangers, l’appartenance à des groupes armés, les condamnations pour contrebande de drogue et/ou d’armes ont été exclus de la dérogation d’amnistie.
Il n’est pas clair où le gouvernement syrien situe les habitants de l’autonomie gouvernementale, si la coopération avec l’alliance anti-EI et les Etats-Unis est interprétée comme une « collaboration avec des Etats étrangers », par exemple. Toutefois, si l’on peut supposer que 90 % des fugitifs syriens en fuite viennent de la région gouvernée par Assad, il n’est pas nécessaire d’occuper et d’établir 3 millions de fugitifs dans le nord et l’est du pays…
 
Erdogan espère la versatilité de Trump
 
La semaine prochaine, Erdogan veut rencontrer le président américain Trump en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Là, il veut convaincre Trump qu’il imaginait la « zone de protection » au nord-est de la Syrie comme étant différente : pas les 5 kilomètres, où ses soldats ne sont autorisés à patrouiller sous la supervision de l’armée américaine et des conseils militaires de l’autonomie sur des routes étroitement définies, il veut contrôler tout le nord-est de l’Afrin à Derik sur une largeur d’au moins 40 km par lui-même.
A Ankara, M. Erdogan a déclaré : « S’il n’y a pas d’accord avec Washington dans les deux prochaines semaines, l’armée turque marchera seule en Syrie et établira la zone comme bon lui semble ».
Lors d’un événement à Istanbul, M. Erdogan a déclaré que la Turquie ne pouvait accepter une solution qui ne prévoyait pas un contrôle direct par ses soldats. Les Etats-Unis restent toutefois attachés à la zone de sécurité négociée entre eux, la Turquie et l’autonomie gouvernementale du nord de la Syrie.
 
Mercredi dernier, un responsable du ministère américain de la défense a confirmé que les États-Unis continueraient à fournir des armes et des véhicules aux forces armées kurdes (FDS) dans le nord-est du pays. « Nous continuerons à fournir aux FDS des armes et des véhicules appropriés », a déclaré Chris Maier, directeur de la Task Force djihadiste du ministère de la Défense. Il a déclaré que tout était très transparent, car la Turquie recevait un rapport mensuel sur les armes et les véhicules impliqués.
L’objectif est d’empêcher une résurgence de DAESH », a expliqué Maier. Il y avait déjà eu cinq vols d’hélicoptères communs des militaires américains et turcs et une première patrouille au sol commune le 8 septembre, Maier s’est opposé aux demandes turques.
 
Des délégations de parlementaires européens se rendent dans le nord-est de la Syrie
 
Lentement, l’Europe semble aussi comprendre qu’il ne peut y avoir de paix sans l’autonomie autonome arabo-kurde du nord et de l’est de la Syrie. Après la France, le gouvernement danois a également décidé de stationner des troupes dans le nord de la Syrie dans le cadre de la coalition anti-DAECH. C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre danois Mette Frederiksen lors d’une conférence de presse. Cela impliquerait des tâches de transport, d’assistance médicale et de services secrets.
 
La diplomatie semble également progresser lentement. De nombreuses délégations se sont rendues dans la région ces dernières semaines. A la mi-septembre, une délégation britannique de parlementaires du Parti conservateur, du Parti travailliste et des syndicats s’est rendue à Ain Issa pour s’entretenir avec des représentants de l’autonomie gouvernementale. Ils ont également visité la ville de Kobanê, qui est devenue célèbre dans le monde entier parce que les unités d’autodéfense kurdes YPG/YPJ avaient défendu avec succès la ville contre DAESH en 2015 avec le soutien des Etats-Unis.
La Turquie, à la frontière de laquelle se trouve la ville, a interdit toute aide et a plutôt soutenu DAECH avec des armes et de la logistique. A Kobanê, la délégation s’est entretenue avec des représentants de l’administration de la ville sur les menaces d’attaque de la Turquie et le danger que représentent les cellules activées de DAESH. A Qamishlo, ils ont eu des entretiens avec l’organisation de la société civile « Le Mouvement pour une société démocratique » (TEV-DEM), des représentants de diverses associations professionnelles, des bureaux de femmes et des organisations de défense des droits humains.
Les co-présidents du TEV-DEM ont informé la délégation de la manière dont l’administration autonome organise la coexistence des différents peuples et religions. Après les entretiens, Lloyd Russell-Moyle, membre du Parlement du Parti du Travail, a expliqué :
 
« Nous sommes ici aujourd’hui en tant que représentants de deux grands partis de Grande-Bretagne… Nous sommes tous d’accord sur les actes héroïques des peuples de cette région pour protéger le monde du danger. Nous présenterons notre point de vue sur les membres de DAECH détenus ici au Parlement britannique. Nous appuyons la création d’un tribunal international dans la région. Nous soutiendrons l’administration autonome dans son travail de développement et ses services. Il y a beaucoup à apprendre de l’administration autonome. »
Début septembre, une délégation du ministère nigérian des Affaires étrangères se trouvait à Ain Issa. Ils ont rencontré Abdulkarim Omar et Emel Dada, les deux coprésidents du Département des affaires étrangères de l’Administration autonome, et Cihan Xidro, président du Comité des femmes. La réunion a également porté sur la création d’un tribunal international pour les membres de la société de l’information détenus dans la région et sur le rapatriement des familles de la société de l’information.
Dès le mois de juin, John Phillip, représentant du ministère australien des Affaires étrangères, a visité le département des Affaires étrangères de l’administration autonome à Qamishlo. Toujours en juin, une délégation du ministère suédois des Affaires étrangères s’est rendue dans le nord de la Syrie et s’est entretenue avec l’administration autonome, l’organisation de femmes Kongreya Star et une institution pour les personnes handicapées de guerre. Parmi les délégués figurait un représentant de l’Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA).
 
L’article en allemand à lire ici et en turc

Dangeleit a travaillé sur la Turquie pendant de nombreuses années. Elle est connue pour son travail dans les domaines de la migration et en tant qu’ethnologue. Elle mène également des activités politiques au sein du parti de gauche allemand (Die Linke).

 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici