L’OSDH dénonce les violences commises à Afrin où les Kurdes sont devenus une proie facile pour les gangs alliés à la Turquie

0
463
SYRIE / ROJAVA – AFRIN – « Cela fait un et demi que la Turquie et ses factions syriennes ont pris le contrôle d’Afrin et sa région, mais la situation en matière de sécurité continue de se dégrader face aux innombrables violations commises par des factions favorables à Ankara et au mépris délibéré des autorités turques à propos des violations de ces factions. Malgré ces violations et malgré les avertissements de l’OSDH et d’autres ONG internationales de défense des droits humains; le monde n’a jusqu’à présent rien fait pour sauver les citoyens d’Afrin des violations dont ils sont victimes et pour protéger leurs antiquités et l’ensemble de la région des processus de changement démographique en cours dans ce pays. »

 

L’Observations syrien des droits de l’Homme (OSDH / SOHR) a compilé dans un rapport un grand nombre de crimes commis par l’occupation turque au cours de 18 mois à Afrin, canton kurde du nord de la Syrie.

 

Voici son rapport :
« Au cours des 18 mois au cours desquels les forces turques et leurs factions syriennes loyales ont contrôlé la région syrienne d’Afrin, dans le cadre de l’opération dite «rameau d’olivier»; la situation s’est aggravée dans la ville syrienne, qui était sous le contrôle de l’autonomie autonome au nord et à l’est de la Syrie, où pillages, arrestations et insécurité sont devenus des opérations quasi quotidiennes, ainsi que des tentatives de changement démographique et réformer la région en fonction des intérêts du pays turc.
Depuis l’occupation complète d’Afrin le 18 mars 2018, les factions fidèles à la Turquie n’ont pas hésité à prendre tous les moyens et mesures pour atteindre leurs intérêts personnels au détriment des citoyens, qui souffrent d’extorsion généralisée, le vol, et les pillages, et la situation ne s’est pas arrêtée là, mais ont atteint un point où les réfugiés syriens en Turquie ont été déportés et réinstallés dans Afrin et des zones de contrôle du «rameau d’olivier», en plus du vol de l’huile d’olive au profit des factions armées loyales à la Turquie.
Isolement, déplacement forcé et changement démographique… la Turquie viole les lois internationales
Une fois que les factions du Rameau d’Olivier soutenues par la Turquie ont pris le contrôle de la ville, elles ont lancé leurs opérations et leurs violations contre les premiers habitants de la ville, cherchant à contraindre les personnes qui refusaient d’être déplacées vers d’autres régions à quitter leurs régions. Selon les informations obtenues par l’OSDH : les forces turques et leurs factions fidèles réenregistrent actuellement les biens immobiliers à Afrin, afin de priver les Kurdes déplacés de leurs terres (…) en plus du nombre d’habitants dans chaque village et des ethnies auxquelles ils appartiennent, dans le cadre de l’opération de changement démographique menée par la Turquie dans la région.
Selon des informations fiables, les factions soutenues par la Turquie comptent les biens des citoyens kurdes à Afrin, dans le but de taxer les biens selon ces statistiques (…). Selon les sources de l’OSDH les factions armées entendent imposer une taxe de 50 lires turques sur chaque dounam de terre. Selon des sources bien informées, des combattants de la faction «Al-Sultan Suleiman Shah» ont rassemblé les citoyens devant leur QG, qui est la maison d’un déplacé kurde saisi par la faction et l’a confiée à l’état-major de l’armée – à Khalil Ushag (…) et leur demandé de payer différentes sommes d’argent sous prétexte qu’ils ont des parents appartenant aux unités kurdes des YPG (…).
Selon des informations fiables, le chef de la faction «Ashmat», surnommé «Abu Ashma», a publié une circulaire interdisant aux citoyens de rendre visite à leurs voisins et proches dans les zones contrôlées par ses factions à Afrin et dans ses campagnes. Des sources ont indiqué que la circulaire d’Abu Ashma s’inscrivait dans le cadre des politiques systématiques visant à expulser » Afrin « les citoyens restants, tandis que la faction a coupé l’électricité dans les habitations de civils kurdes dans les villages de Khalil, Alkana, Hajj Bilal et Habbo, ainsi que dans d’autres villages de » Sheikh Hadid ”sans raison, tandis que les maisons prises par les nouveaux colons restent alimentées à l’électricité.
L’année dernière, des dizaines de milliers de nouveaux déplacés ont été installés dans des maisons de civils et dans des fermes appartenant à des citoyens kurdes. L’OSDH a également surveillé les autorités turques installant des personnes déplacées de l’Est de la Qalamoun et de la Ghouta orientale dans la région d’Afrin, dans le cadre d’un processus global de changement démographique dans le surface.
Redevances, pillages, vols et enlèvements… Les citoyens d’Afrin sont en proie aux factions armées
Il ne se passe pratiquement pas une journée sans que les citoyens d’Afrin soient victimes d’abus des factions armées soutenues par la Turquie. Ils sont désormais sous la merci de ces factions et ne peuvent pas exprimer leurs opinions par peur d’être soumis aux royalties, aux pillages, aux vols et aux enlèvements et extorsion de fonds et selon des témoins oculaires de l’OSDH, lorsqu’un homme âgé d’Afrin a interrompu le chef de la faction «al-Sultan Suleiman Shah» et l’a accusée d’avoir brûlé et volé les terres, les cyprès et les oliviers ; la faction a imposé 50000 livres syriennes aux personnes âgées à cause de son discours, tandis que la faction a imposé une taxe de 700 dollars américains à une autre personne, après l’avoir accusé de recevoir de l’argent de la ville de Qamishli et d’être responsable de sa distribution aux Kurdes de la zone. (…)
Le 23 e de Juillet 2019, plusieurs factions turques adossés à Afrin imposé de nouvelles redevances sur les citoyens kurdes, où l’Observatoire syrien a appris de sources fiables que « al-Ashmat » faction forcé les habitants de « Dermeshkanli » pour nourrir les combattants qui sont Sous le prétexte de « les protéger et de protéger leurs cultures », la même faction a confisqué la culture des Sumacs des habitants du village « Kakhara » dans le canton de « Maabatli », afin de les vendre à des commerçants proches et d’imposer des redevances. en tant que « commission » pour eux, les sources ont également révélé que la faction « Sultan Murad » s’était emparée des moyens de subsistance des citoyens du village « Darkir » du canton de « Maabatli » et avait également volé la récolte de Sumac.
L’OSDH a également appris que la faction «al-Ashmat» avait publié un décret sur l’imposition de taxes aux propriétaires de tracteurs et de machines agricoles, allant de 50 à 150 000 livres syriennes dans les villages et les villes du bourg de Sheikh Hadid. Des redevances énormes représentaient la part des personnes kidnappées par les Factions du «Rameau d’Olivier », où les factions exigeaient des sommes énormes en dollars des parents des personnes enlevées et des personnes qu’elles détenaient, parfois jusqu’à 200 000 USD, ont confirmé des sources fiables. Selon l’Observatoire, un certain nombre de Kurdes coopèrent avec les factions loyales à la Turquie et font régulièrement rapport à ces factions dans le but d’enlever et d’arrêter des civils en échange d’argent.
Le 24 e d’Août 2019, l’OSDH a appris qu’une faction de l’Opération « Rameau d’Olivier » a kidnappé un citoyen kurde dans le quartier Ashrafieh de la ville Afrin, et l’ont emmené vers une destination inconnue sans raisons claires, et sur la 15 e des villages mêmes mois de campagne Afrin ont été témoins d’ arrestations et d’enlèvements sous divers prétextes et charges, « contact préalable avec l’auto-administration » notamment, alors que les sources fiables ont indiqué que ces arrestations et enlèvements visaient principalement à obtenir des rançons financières en échange pour libérer les détenus. En août 2019, des sources fiables ont révélé que des membres de la Faction d’Al Hamza, soutenue par la Turquie, imposaient de l’argent aux citoyens des régions de Basutah, Burj Abdalo et Aindara dans la campagne de la ville d’Afrin sous le nom de « Eid cadeau al-Adha », et le montant imposé était de 5000 livres syrienne sur chaque famille possède des fermes qui ont été récoltés, et le 5 août, la faction Sultan Murad qui contrôle village Koblak dans la banlieue de Sharan, dans la campagne d’Afrin, a imposé une redevance financière de 200 dollars américains aux personnes résidant dans des maisons qui ne leur appartiennent pas, même si elles vivaient dans des maisons de leurs parents ou si elles étaient louées conformément à des contrats certifiés, alors que expulsez-les et arrêtez-les s’ils refusent de payer l’argent.
Sur le 3 e d’Août 2019, l’OSDH a documenté les arrestations arbitraires par les factions pro-turques dans Afrin, et ils ont arrêté 70 citoyens sur diverses accusations allant de réclamations personnelles, l’espionnage, et ancienne affiliation à l’auto-administration, mais la majorité d’entre eux ont été libérés après avoir payé une rançon comprise entre 100-250000 livres syriennes par personne, des sources bien informées ont également documenté les enlèvements de 3 citoyens du village « Jwayq » au nord – ouest d’Afrin par les factions pro-turques, et le 25 e En juillet 2019, des factions armées ont enlevé un médecin de la ville d’Afrin dans le quartier d’Achrafieh, puis ont contacté sa femme résidant dans un pays européen, lui demandant de payer une rançon de 3 000 dollars et de l’envoyer dans un endroit désigné de la province d’Idlib en échange de sa libération.
L’OSDH a documenté plusieurs violations commises par les factions loyales à la Turquie, où la faction «Ahrar al-Sharqiyyah» a saisi une maison de citoyen à «Afrin» sous prétexte qu’il se trouve à «Alep» et ont menacé de tuer sa mère si elle a porté plainte contre eux, alors que le nombre de personnes enlevées et de détenus détenus par les factions armées soutenues par la Turquie atteignait 2 090 personnes sur 3 000 000 personnes arrêtées ou enlevées depuis le contrôle total de la région par la Turquie et par l’Observatoire syrien des droits de l’homme surveillé les factions envoyant des clips audio ou vidéo à des proches des personnes enlevées, leur demandant de payer de l’argent alors qu’ils menaçaient de liquider leurs proches si cet argent n’était pas payé.
Le 10 e d’Août 2019, le Bureau des médias du Parti démocratique kurde d’al-Wahda en Syrie a publié des photos montrant le harcèlement, les violations, les arrestations, les pillages et le vol, où deux personnes âgées de la ville Raju ont été soumis, ils sont Ismail Mustafa et Maryam Dawood, ils ont été sévèrement battus et le tireur a volé un kilogramme de bijoux en or et environ 40 000 dollars américains.
Les reliques et les olives, la richesse d’Afrin une source de profit pour les factions soutenues par la Turquie
Au cours des derniers mois, l’OSDH a obtenu des informations confirmant que les factions pro-turques poursuivaient leurs violations à Afrin, en tentant d’effacer l’histoire de la région. Des sources ont révélé que ces factions procédaient à des fouilles, volaient des antiquités, et les vendre en Turquie, où les excavateurs reçoivent de l’argent provenant de la vente d’antiquités pour financer leurs factions.
Le 10 e d’Août 2019, l’OSDH a surveillé les fouilles et le dragage du sol dans le district « Bulbul » dans la campagne Afrin au nord -est d’Alep, utilisant des machines lourdes de Bulldozer et excavateurs à la recherche d’antiquités, en plus de déraciner des centaines d’oliviers des arbres sous le regard des forces turques présentes dans la région.
Le 16 e de Mars 2019, l’OSDH a surveillés dans la campagne sud – ouest de Afrin l’arrivée de l’équipement turc, des mécanismes et des véhicules à la Colline Jandairis, afin de chercher des trucs enfouis et reliques à l’ intérieur de cette colline, alors que Des sources fiables de l’OSDH ont indiqué que ces opérations avaient été précédées par la fermeture complète des routes proches de la colline qui y conduit. L’Observatoire syrien des droits de l’homme a également obtenu des informations d’autres sources indiquant que des fouilles sont en cours dans la campagne de Maabatli, commune située dans le secteur ouest de la campagne d’Afrin, plus précisément dans les zones de Tal Ali Aisha et Tal Zarafkeh.
Le pillage des antiquités a provoqué la colère des habitants d’Afrin et de ses personnes déplacées, certains exprimant leur cynisme à propos de ce qui se passe, affirmant que: « La Turquie est venue avec des allégations selon lesquelles elle libérerait et protégerait Afrin, mais son protecteur en était devenu le voleur », et selon des sources fiables de l’observatoire syrien : un chef du corps islamique al-Sham, proche des autorités turques, procède à des fouilles dans les zones de Midanki et d’al-Nabi Hori, où ils pillent les antiquités découvertes lors de la perquisition, comme les Turcs fermer délibérément les yeux et laisser les factions agir à leur guise dans l’évolution de l’histoire de la région, une fois que son présent et son avenir ont été transformés.
Selon le service de presse du Parti démocrate kurde d’al-Wahda en Syrie, les factions pro-turques ont poursuivi le forage pendant 10 jours, en poursuivant des travaux de machinerie lourde sur une ancienne colline située au nord du village de Marwaniyyeh Tahtani – Jandairis -, tout en fouillant à la recherche d’antiquités Il y a trois mois, dans l’ancien «Tal Harnaz», à l’ouest des villages de Sennara et d’Anqala, à Cheikh al-Hadid, où une quantité de trésors et d’antiquités ont été mis au jour, sans parler du la destruction par des bulldozers du Mazar (sanctuaire) islamique d’Ali Dada et de sa tombe avec environ 300 tombes et établi une base militaire.
Les reliques ne sont pas la seule richesse d’Afrin sujettes à des abus, des pillages et des vols constants, où les oliveraies subissent également de graves violations en volant de l’huile d’olive à Afrin et en la vendant en Turquie. L’OSDH a obtenu des photos et des informations confirmées, indiquant que les factions pro-turques avaient saisi de l’huile d’olive à Afrin et introduit clandestinement des camions sur le territoire turc. L’OSDH avait révélé que « des milliers de réservoirs d’huile d’olive avaient été volés à Afrin par le biais de membres de l’opération du « Rameau d’olivier », et ont été vendus sur divers marchés.
Les forces turques et les factions qui leur sont fidèles n’en ont pas eu assez. En légalisant le vol des moyens de subsistance du peuple d’Afrin par une série de résolutions publiées et diffusées concernant la récolte des olives, ces décisions prévoient l’imposition de redevances dans des proportions différentes. la récolte des olives, où les résidents propriétaires des terres agricoles de la région ont été contraints de payer 10% de leurs produits, mais en cas d’absence des propriétaires des terres agricoles de la région, leurs agents agissent en leur nom; et les pourcentages les plus élevés ont été déterminés comme suit :
15% de la récolte est payée si les agents sont des parents de première classe des propriétaires terriens (père, mère, frère, sœur).
Si les agents proviennent de la région mais n’ont aucun lien de parenté avec les propriétaires fonciers, la redevance sera de 25% de la production agricole totale.
35% de la production agricole totale est versée si les agents sont des «partisans» de YPG, selon la circulation de la faction Sultan Shah.
Combats internes, assassinats et insécurité… la Turquie perd le contrôle de la situation
Les forces turques et les factions qui leur sont fidèles à Afrin la contrôlaient à peine jusqu’à ce que les différences et les affrontements internes émergent entre les factions soutenues par la Turquie, en plus de l’insécurité et une augmentation des assassinats et de meurtres. Le 26 e En août 2019, l’OSDH a appris que la police militaire, des factions du 1er corps, al-Jaysh al-Watani (armée nationale), Ahrar al-Sharqiyyah, Jaysh al-Sharqiyyah, al-Sultan Murad et d’autres factions soutenues par la Turquie ont mené une «nouvelle opération de sécurité» dans leurs zones contrôlées dans la campagne d’Alep, où elles ont arrêté tout un groupe du mouvement Nour al-Din al-Zenki qui avait récemment rejoint le front al-Shamiyyah, après de violents affrontements entre les deux parties dans le quartier d’al-Ashrafyyeh à Afrin. Ils ont également arrêté un chef de la division d’al-Hamzat et d’autres combattants d’autres factions.
Le 18 novembre 2018, l’OSDH avait appris de sources fiables que des affrontements internes entre des factions fidèles à Ankara avaient tué au moins 11 membres des deux parties à Afrin, a déclaré le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahman, selon lequel la plupart des factions ont tué 11 membres des deux parties et en a blessé 27 autres. (…) Les affrontements se sont déroulés dans le cadre du « Conflit d’influence locale », après une rébellion de Shuhada’a al-Sharqiyyah contre plusieurs décisions rendues par les forces turques, outre le fait d’être accusée d’avoir commis plusieurs violations dans la ville. Le but des affrontements à l’époque était d’éliminer complètement cette faction.
Le 22 août 2019, l’OSDH documenté le phénomène du chaos de la sécurité dans les zones contrôlées par les factions turques soutenues, en bonne place manifesté en ciblant les membres des factions par des bombardements et des assassinats, où des inconnus ont lancé une grenade sur le poste de contrôle de Deir Ballut, dans la région de «Jandairis», qui appartient à un corps proche de la Turquie, qui a gravement blessé un membre au moins, en même temps que des tirs nourris qui ont semé la panique parmi les habitants de la région, et deux jours avant l’incident, un engin explosif a explosé dans la zone industrielle de la ville al-Bab au nord -est d’Alep, qui a causé des dégâts matériels sans causer de blessures jusqu’au moment, tandis qu’une explosion a été entendue à l’ est de la ville d’ al-Bab dans la campagne nord -est d’Alep le 18 ed’août 2019, il a été causé par l’explosion d’un engin piégé près de la jonction de la ville de «Qabasin», contrôlée par les factions pro-turques, qui a provoqué des dégâts matériels, mais il n’y avait aucune information disponible sur les victimes.
Selon des sources de l’OSDH, un corps a été retrouvé dans un puits à la périphérie de village « Qebb al-Cheikh » dans la campagne al-Bab, le 9 e d’Août 2019, dans le cadre de l’insécurité de contrôle d’ Alep campagne sous le contrôle des factions turques soutenues, et le 7 e du même mois, l’Observatoire syrien a appris de sources fiables que des assaillants inconnus ciblés par des grenades sur des hommes de la charia du Corps Turquie-fidèles d’al-Sham dans « Jandairis » ville dans la campagne de Afrin, qui a causé des dégâts matériels mais aucune information sur les victimes, et un jour plus tôt, un poste de contrôle militaire a été ciblé dans la campagne Afrin, qui a tué 3 membres de point de contrôle, y compris un soldat turc. Le 5 août 2019, un commandant central d’un corps pro-turc est mort suite aux blessures qu’il avait eu dans l’explosion d’un engin explosif improvisé dans sa voiture dans la campagne nord -est d’Alep. Le 19 juillet 2019, un citoyen est mort après un vol armé commis par des assaillants inconnus à son domicile. Tout cela s’inscrit dans le chaos sécuritaire qui sévit dans la région.
Le 28 juillet 2019, l’OSDH a suivi l’explosion d’une moto piégée dans le quartier al-Mahmoudiya dans la ville Afrin, qui est contrôlé par les factions «Rameau d’olivier», qui a tué un enfant et blessé 9 d’autres. L’explosion faisait partie du chaos sécuritaire qui sévit dans les zones de contrôle des factions loyales à la Turquie, où des sources de l’OSDH ont révélé une série d’attentats à la bombe dans plusieurs zones contrôlées par les factions pro-turques et à intervalles rapprochés, lorsqu’un engin piégé a été planté à l’intérieur d’une voiture dans la ville d’al-Bab a explosé près de la mosquée al-Omar, parallèlement à l’explosion de deux 2 motos en même temps, l’une à al-Ghandoura et l’autre à Tal Battal village situé dans la campagne nord-est d’Alep en juillet 2019.
L’OSDH documenté le 26 juillet 2019 le meurtre d’un membre des factions pro-turques, où son corps a été retrouvé jeté au bord de la rivière Afrin, au nord – ouest d’Alep, à la lumière du ciblage continu de faction combattants dans la région tandis que l’Observatoire syrien des droits de l’ homme a suivi le meurtre du citoyen « Azaz » après que des tireurs inconnus ont tiré sur lui alors qu’il travaillait sur le marché de la ville. Le 21 juillet, l’OSDH a documentée la découverte d’un membre de la «police» abattu et de son corps jeté à la périphérie de la ville d’al-Rai, dans la campagne du nord d’Alep.
Cela fait un et demi que la Turquie et ses factions syriennes ont pris le contrôle d’Afrin et sa région, mais la situation en matière de sécurité continue de se dégrader face aux innombrables violations commises par des factions favorables à Ankara et au mépris délibéré des autorités turques à propos des violations de ces factions. Malgré ces violations et malgré les avertissements de l’OSDH et d’autres ONG internationales de défense des droits humains; le monde n’a jusqu’à présent rien fait pour sauver les citoyens d’Afrin des violations dont ils sont victimes et pour protéger leurs antiquités et l’ensemble de la région des processus de changement démographique en cours dans ce pays. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici