Un commandant kurde demande à ce que toute la frontière du Rojava soit protégée

0
184

SYRIE / ROJAVA – « Un projet d’accord de zone de sécurité entre la Turquie, les Etats-Unis et l’administration kurde dans le nord-est de la Syrie doit couvrir la totalité du territoire situé entre l’Euphrate et le Tigre », a déclaré Mazlum Abdi, le commandant des forces démocratiques syriennes (FDS), dans une interview publiée hier par ANHA.

Concernant les pourparlers menés par les États-Unis pour établir une zone de sécurité, Mazlum Abdi (alias Mazlum Kobane) a déclaré qu’aucun accord ferme sur la nature et la portée précises de la zone n’avait été conclu.

Abdi a déclaré que les FDS n’accepteraient aucun plan de la Turquie qui n’inclurait pas la totalité du tronçon de la frontière séparant le nord-est de la Syrie, sous contrôle kurde.

Mais un haut responsable des FDS s’exprimant sous couvert de l’anonymat en raison de la nature délicate du sujet a déclaré à Al-Monitor : « La raison pour laquelle l’accord doit couvrir l’ensemble de la frontière est que sinon la Turquie continuera à menacer de prendre des mesures unilatérales contre les territoires qui en sont exclus. Nous n’avons aucune raison de croire que l’hostilité fondamentale de la Turquie envers nous a changé. »

Le responsable a toutefois noté que les États-Unis avaient fermement soutenu les Kurdes et que cet appui avait joué un rôle crucial dans la prévention d’une éventuelle incursion turque.

Un autre responsable affilié aux FSD était encore plus optimiste. Les États-Unis s’adressent actuellement à Ankara au nom des FDS, exprimant des revendications kurdes, et c’est en fait assez étonnant.

Abdi a confirmé dans l’interview que les Etats-Unis transmettaient les revendications de la Turquie aux FDS et celles des FDS à la Turquie.

« Ankara semble prête à accepter une présence des YPG dans le nord-est de la Syrie à long terme », a poursuivi le responsable affilié aux FDS. Un modus vivendi semble à portée de main. » Les YPG sont l’Unité de protection du peuple, la force armée kurde syrienne qui est la force motrice des FDS.

Le fonctionnaire a émis l’hypothèse qu’un dégel a été rendu possible lorsqu’un grand nombre d’officiers de l’armée turque qui auraient plaidé en faveur d’une intervention contre les YPG en Syrie et à Chypre en Méditerranée orientale ont été soit contraints à la retraite anticipée, soit promus lors de la réunion annuelle du Conseil militaire suprême, le 1er août. La prétendue purge a été rapportée par la presse turque.

Les commentaires belliqueux d’hier du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu laissent toutefois entendre que peu de choses ont changé. Cavusoglu a déclaré que la Turquie ne « tolérerait » aucune « tactique dilatoire » de la part des Etats-Unis. Il a réitéré les demandes de la Turquie pour que la zone de sécurité atteigne une profondeur de 32 kilomètres et soit débarrassée de tous les « terroristes des YPG et du PKK conformément à la promesse » du Président Donald Trump.

Cavusoglu a confirmé qu’une délégation militaire américaine dirigée par le commandant adjoint de l’EUCOM, le général Stephen M. Tweety, se rendait dans la province de Sanliurfa, dans le sud-est du pays, dans le cadre d’un projet de centre d’opérations conjoint pour superviser la mise en œuvre de la zone sûre. Il a ajouté que les drones turcs avaient commencé à survoler la région.

Abdi semble le contredire, affirmant que la demande de la Turquie aux Etats-Unis d’ouvrir l’espace aérien au-dessus de la région en négociation a été rejetée. « Nous n’étions pas d’accord et nous ne le serons jamais », a déclaré Abdi.

Les FDS déclarent qu’ils n’accepteraient pas une zone plus profonde que cinq kilomètres. La présence de troupes turques en dehors des patrouilles conjointes avec les forces américaines est une autre ligne rouge. « L’empreinte turque doit être légère et dans des endroits discrets, et toutes les patrouilles conjointes doivent être effectuées en coordination avec les FDS », a déclaré le responsable affilié aux FDS.

Abdi a cependant reconnu que les FDS avaient accepté de laisser la zone s’élargir jusqu’à 14 kilomètres dans le morceau de terre entre les villes de Ras al-Ain (Serê Kaniyê) et la majorité arabe de Tell Abyad. Il n’a pas expliqué la raison.

Le responsable des FDS a décrit la région comme une « zone pilote » où le projet de zone de sécurité serait lancé.

Il est vraisemblablement destiné à accueillir les milliers de réfugiés syriens en Turquie qui y vivaient auparavant. La Turquie a clairement fait part de son intention de renvoyer les Syriens indigènes dans la région, la qualifiant de « corridor de la paix ».

Abdi a indiqué qu’ils étaient les bienvenus en disant : « Nous les avons invités à revenir. Mais ceux qui appartenaient à l’Etat islamique ou à d’autres groupes extrémistes qui avaient soumis le peuple arabe, le peuple kurde et les autres peuples de cette région à la tyrannie peuvent revenir en étant sûrs qu’ils seront jugés par nos tribunaux », a-t-il averti.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici