SYRIE : Lutte pour le pouvoir ou partage du pouvoir entre Arabes et Kurdes ?

0
109
SYRIE / ROJAVA – Stabiliser et reconstruire la région diversifiée et complexe du nord-est de la Syrie peut s’avérer encore plus difficile que de vaincre l’Etat islamique.
 
Par Amy Austin Holmes et Wladimir van Wilgenburg
 
La victoire des Forces démocratiques syriennes (FDS) sur le califat de l’État islamique en mars a permis aux FDS le contrôle effectif du tiers de la Syrie. Englobant 20 698 kilomètres carrés du nord et de l’est de la Syrie, il s’agit d’un vaste terrain de la taille de la Virginie occidentale, soit trois fois la taille du Koweït. Quelque cinq millions de personnes y vivent, dont des Arabes, des Kurdes, des chrétiens syriaques, assyriens et chaldéens, ainsi que des Yézidis et des Turkmènes. Stabiliser et reconstruire cette région diversifiée et complexe peut s’avérer encore plus difficile que de vaincre DAESH / ISIS.
 
Les défis sont nombreux. Assad continue de refuser toute concession à la région, bien que ses forces aient perdu le contrôle du nord il y a plus de sept ans. Erdogan continue de menacer de l’envahir. Les cellules dormantes de DAESH mènent régulièrement des attaques. Et de nombreux pays à travers le monde refusent de reprendre leurs propres citoyens qui ont volontairement adhéré à l’Etat islamique, forçant ainsi l’auto-administration à nourrir et à héberger des milliers de combattants étrangers arrêtés pour une durée indéterminée.
 
Compte tenu de l’énormité des défis et de la précarité de la situation, il est de la plus haute importance de bien calibrer et mettre en œuvre la politique américaine à ce moment décisif. Récemment, certains analystes se sont demandé si l’auto-administration était capable de gouverner efficacement. En un article intitulé « La lutte du pouvoir entre le pouvoir arabe et kurde dans le nord-est de la Syrie », Elizabeth Tsurkov et Esam Al-Hassan ont prétendu que les Kurdes ne souhaitaient pas partager le pouvoir avec leurs homologues arabes, que les FDS n’étaient pas en mesure de négocier la politique tribale et que l’auto-administration n’était pas dirigée par des professionnels expérimentés, mais par des cadres idéologiques. Sur la base de nos propres recherches approfondies dans le nord-est de la Syrie, nous estimons que ces affirmations offrent au mieux une compréhension superficielle de la réalité sur le terrain et, au pire, risquent d’attiser les tensions, plutôt que de les analyser de manière impartiale. En fin de compte, les auteurs recommandent que la Coalition internationale composée de soixante-dix-neuf membres utilise son influence pour faire pression en faveur d’une « véritable administration autonome ». Nous convenons que la coalition doit accroître son soutien à l’administration autonome.
 
Tsurkov et Al-Hassan utilisent des sources anonymes pour affirmer que certains commandants kurdes des FDS estiment que les Arabes sont « profondément tribaux, enclins aux conflits internes, sans principes et indignes de confiance ». Ils disent cela bien que les Arabes, les Kurdes et les Chrétiens aient combattu côte à côte au sein des FDS pour vaincre DAESH. Environ onze mille membres des FDS ont été tués au combat et sont enterrés côte à côte dans des cimetières de la région.
 
Les forces des unités de protection du peuple (YPG) ont coopéré avec des groupes armés exclusivement arabes ou à majorité arabe tout au long du conflit. Les YPG ont commencé à recruter activement des Arabes depuis au moins la fin de 2012, au cours d’une série de combats pour le contrôle de la ville de Ras al-Ayn (Serekaniye en kurde) le long de la frontière turque. Cet effort a commencé des années avant la création des FDS en octobre 2015. De plus, les Arabes ont continué à rejoindre le SDF même après la défaite du califat en mars. Actuellement, au moins plus de la moitié des combattants des FDS sont des Arabes. Un certain nombre de commandants régionaux sont également des Arabes, bien que la plus haute direction des FDS soit toujours kurde. C’est en partie parce que ce sont les Kurdes qui ont fourni le leadership initial dans la lutte contre l’Etat islamique à Kobanê. En conséquence, les FDS tentent actuellement de résoudre le problème du manque de leadership local en créant des écoles de formation militaire. Le commandant actuel du conseil militaire de Deir Ezzor est Abu Khawla (un arabe) qui dirige environ 4 000 combattants. Cependant, tout le commandant de la région orientale est Chia Firat (un Kurde). En outre, tous les commandants et commandants de bataillon à Deir Ezzor sont des Arabes, bien que des commandants kurdes les accompagnent.
 
Contrairement à ce que prétendent les auteurs, les dirigeants kurdes ont souvent été sensibles aux préoccupations des Arabes. Le nom même de l’entité dirigeante a même changé en conséquence: en décembre 2016, le terme kurde «Rojava» a été abandonné au profit de la Syrie du Nord, provoquant la colère de nombreux nationalistes kurdes. De plus, les colons arabes installés par le régime d’Assad dans les années 1970 dans la province de Hasakah pour remplacer des villages kurdes ont été autorisés à rester.
 
En 2018, le système fédéral a été aboli et le centre administratif ou la capitale a été déplacé de Qamishli vers la ville arabe d’Ain Issa. Le logo officiel de l’administration est en arabe, kurde, syriaque et turc. Les bâtiments importants sont gardés par les forces de sécurité arabes aux côtés des Kurdes. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles l’administration a utilisé un programme de régime modifié sans idéologie baathiste. L’opposition syrienne a fait de même dans les zones qu’elle contrôle et a modifié le programme scolaire baathiste.
 
Si les Kurdes se méfiaient des Arabes, comme le prétendent les auteurs, pourquoi ont-ils déplacé le centre administratif dans une ville arabe, recruté activement des Arabes au sein des FDS et utilisé les forces de sécurité arabes pour protéger des bâtiments et des installations critiques, même dans les villes à majorité kurde ? En revanche, l’opposition syrienne basée à l’étranger jusqu’à ce jour refuse de supprimer le mot «arabe» de la République arabe syrienne, maintenant ainsi l’idéologie baathiste qui non seulement marginalise mais nie l’existence même de non-Arabes en Syrie.
 
Politique tribale
 
Bien que les FDS soient accusés de ne pas comprendre le caractère tribal de Deir Ezzor par un chef de tribu cité anonymement dans l’article, M. Haian Dukhan affirme que les FDS ont été les plus efficaces pour traiter avec les tribus par rapport à la Turquie et au gouvernement syrien. Le 3 mai 2019, le Conseil démocratique syrien (DDC) a organisé un forum auquel ont assisté cinq mille dignitaires de soixante tribus syriennes. Même avant la création des FDS, les YPG travaillaient auprès des tribus Shammar, Jabbour, Amesayel et Sharabiyya et les recrutaient depuis début 2013. Le conseil militaire de Deir Ezzor est composé principalement de combattants de la tribu al-Shai’tat.
Pendant des décennies, les Kurdes syriens ont été soumis à de nombreuses formes de châtiments collectifs : Hafez al-Assad a dépouillé des centaines de milliers de Kurdes de leur citoyenneté, DAESH a émis une fatwa forçant tous les Kurdes à évacuer Raqqa car les YPG ont coopéré avec la coalition, et la Turquie a déplacé de force des Kurdes de leurs maisons en Afrin. Malgré ces antécédents de punition collective, les Kurdes refusent de se livrer à des actes de vengeance ou de punition collective contre d’autres. Les FDS refusent également de permettre aux tribus arabes de Deir Ezzor, dont certaines veulent punir collectivement d’autres tribus qu’elles considèrent comme coupables de collaborer avec DAESH, de le faire. C’est la raison pour laquelle les FDS ont restreint le rôle des combattants tribaux al-Shai’tat dans les derniers mois de l’opération Baghouz, car DAESH a massacré des centaines de ses membres en 2014. En juillet, des membres de la tribu al-Shai’tat ont exécuté une personne qui avait avoué le meurtre d’un membre de la tribu, un incident que les FDS n’ont pas pu empêcher.
 
Cadres
 
Le rôle des cadres du Parti des travailleurs kurdes (PKK) dans l’article est également exagéré. Depuis 2011, les cadres du PYD ont dirigé le processus de mise en place des auto-administrations locales. Beaucoup d’entre eux étaient des Syriens de la région qui n’avaient pas été formés à Qandil et qui ne se sont jamais battus en tant que guérilleros. De nouvelles académies ont été ouvertes pour former ce qu’ils appellent des «cadres locaux». Le système communal n’est pas dirigé par de simples cadres, mais par des Kurdes et des Arabes locaux sympathiques au nouveau système.
 
Le Conseil législatif de Deir Ezzor à lui seul compte trois cent membres (aucun d’entre eux n’est kurde), tous issus de Deir Ezzor et choisis par leurs tribus locales. Le conseil a été formé lors d’une conférence générale après des mois de réunions entre les communautés locales, y compris les deux principales confédérations tribales (Bagara à l’ouest et Agaidat à l’est), alors que des opérations militaires intensives étaient en cours contre les derniers fiefs de l’Etat islamique.
 
Bien que Tsurkov et Al Hassan présentent les cadres comme des étrangers qui ne connaissent pas bien la région, il existe de nombreux exemples de cadres qui ont réussi à faire la médiation lors de conflits. Par exemple, en juin 2019, un conflit entre les clans al-Bujamil et al-Buferio, qui a duré plus de trente-six heures, n’a été résolu que par l’ intervention des tribus et des FDS. Lorsque Deir Ezzor était dirigé par des factions rebelles, celles-ci n’ont pas pu empêcher les factions djihadistes rivales de prendre le contrôle d’une grande partie du gouvernorat. Sans les FDS, il existe un risque réel que des factions djihadistes telles que HTS (Hayat Tahrir al-Cham, ancien al-Nosra) et DAESH reviennent à Deir Ezzor. À Idlib, les factions rebelles n’ont pas pu résister à la domination de HTS.
 
Dans les zones sous contrôle turc, la Turquie a souvent été incapable d’arrêter les querelles internes entre rebelles. Par exemple, à Al-Bab, Ahrar al-Sharqiya, une faction originaire de Deir Ezzor, s’est battue contre d’ autres factions l’an dernier. En août 2017, ce groupe a menacé des soldats américains. Amener de tels groupes à Deir Ezzor ne mènerait pas à plus de stabilité. Compte tenu du nombre de factions rivales sur le terrain, une structure de commandement centralisée – que les FDS ont développée et adaptée aux conditions locales – est absolument nécessaire.
 
Éducation
 
Les auteurs affirment en outre que des professionnels instruits refusent de rejoindre l’administration pour des raisons politiques. Ils ne mentionnent pas d’incitations économiques telles que les disparités salariales. Bien que les salaires versés par l’administration autonome soient meilleurs que ceux offerts par le régime syrien ou la Turquie dans les mêmes secteurs, beaucoup préfèrent travailler pour des ONG ou pour le secteur privé car les salaires sont encore plus élevés. Par exemple, les employés de l’auto-administration gagnent entre 100 et 350 dollars par mois. En revanche, les ONG paient entre 500 et 2 100 dollars par mois.
 
En dépit de ces difficultés, l’auto-administration comprend en réalité de nombreuses personnes possédant un diplôme universitaire et plusieurs années d’expérience professionnelle. Le Conseil civil de Deir Ezzor (CDC) est co-dirigé par M. Ghassan Al Youssef, titulaire d’un doctorat. en économie, et Layla Hassan, diplômée en littérature arabe. Lors d’une visite à Deir Ezzor en mars, nous avons rencontré un certain nombre de membres de la Self Administration. Nous avons visité un hôpital avec un médecin, le docteur Hussam Al-Ali, qui travaille pour l’administration autonome en tant que responsable des services médicaux et de santé. Nous avons également visité une école avec Kamal Moussa, responsable de l’éducation. Il était difficile de ne pas être impressionné par leur professionnalisme et leur détermination à reconstruire leurs écoles et leurs hôpitaux malgré des menaces constantes et peu d’aide extérieure. Les autres membres du CDC comprennent Tariq Rashid, chef des affaires humanitaires, et Said Al-Said, chef du comité de la justice, qui sont tous deux avocats, et Jihad Ligi, chef des services municipaux, ingénieur civil. Ils travaillent pour l’administration malgré les menaces de mort émanant de l’Etat islamique, de Damas et de la Turquie. En résumé, l’affirmation selon laquelle l’administration autonome n’emploie pas de professionnels qualifiés est inexacte.
 
L’auto-administration du nord-est de la Syrie a un travail en cours, en particulier dans les régions nouvellement libérées comme Deir Ezzor, qui a souffert pendant des années sous le règne de l’Etat islamique. Si les États-Unis veulent assurer la défaite durable de l’État islamique, nous devrions encourager les soixante-dix-neuf membres de la Coalition mondiale à accroître leur soutien financier et politique en faveur de la stabilisation et de la reconstruction. La coalition elle-même a reconnu que DAESH cherchait à accroître «le recrutement en exploitant le mécontentement populaire suscité par le manque d’infrastructures dans les zones urbaines déchirées par la guerre». Cela devrait inclure un investissement dans l’infrastructure d’éducation civile de la région, l’alphabétisation dans le cadre de la formation des FDS et encourager la promotion des officiers diplômés des académies militaires des FDS sur la base du mérite. Les responsables de la coalition internationale devraient également faire pression sur la Turquie et l’Irak pour qu’ils ouvrent les frontières pour la livraison de biens humanitaires, y compris des fournitures scolaires, afin que toutes les écoles soient entièrement équipées pour la rentrée scolaire de septembre. L’objectif primordial devrait être de rendre les communautés du nord-est de la Syrie résilient contre toute réémergence possible de l’EI. Cela nécessitera des forces de sécurité professionnelles, inclusives et efficaces. Les États-Unis ont une rare occasion d’avoir un impact positif sur le développement humain de la région. Il est temps d’agir.
 
Article publié en anglais ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici