Cemil Bayik : Les habitants du nord de la Syrie doivent se préparer à la guerre

0
387
Cemil Bayik, un haut cadre du PKK, décrit l’Etat turc avec son caractère expansionniste comme un problème fondamental pour le Moyen-Orient et dit : « L’Etat turc est un danger pas uniquement pour les Kurdes, mais pour tous ».
 
Selon le coprésident du Conseil exécutif de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), Cemil Bayik, l’État turc attaque le mouvement de libération kurde parce que c’est un rempart contre ses objectifs anti-kurdes. Cependant, les attaques ne sont pas dirigées uniquement contre le PKK (Le Parti des travailleurs du Kurdistan). La Turquie tente de légitimer son agression en dénonçant la présence du PKK au Kurdistan du Sud et en représentant la Syrie du Nord comme une menace pour la sienne. Cependant, cela ne correspond pas à la vérité, dit Bayik et demande : « Le PKK est-il également présent en Méditerranée orientale ou en Libye ? »
 
ANF s’est entretenu avec Cemil Bayik sur les derniers développements. Voici des extraits de l’interview.
 
Selon Bayik, il est clair que l’alliance AKP-MHP avec sa grande image de la Grande Turquie ne peut survivre sans guerre : « L’attitude envers le peuple kurde n’a pas changé. Ils continueront à pratiquer une politique sale contre les Kurdes et poursuivront leur occupation et leurs massacres. L’oppression des peuples en Turquie se poursuivra également. Ils veulent donc détruire tout ce qui porte le nom de « Kurde » ou de « Kurdistan », reconstruire l’Etat-nation, reconquérir le territoire ottoman et atteindre à nouveau les frontières du pacte national. À cette fin, ils mènent une guerre au Moyen-Orient, tentant de renforcer leur position dans la région. Le 23 juin (lors des élections), ils ont subi un coup dur. Puis ils ont fait de la guerre la base de leur politique, pour cacher leur faiblesse, pour paralyser les forces démocratiques et pour rester au pouvoir.
 
Le problème n’est pas le PKK
 
L’État turc essaie d’atteindre son objectif en faisant valoir cela : « Nous n’avons rien contre les Kurdes, nous nous opposons au PKK seulement et nous le combattons. La fragmentation des Kurdes a toujours été une tactique cruciale du fascisme turc. Tout au long de son histoire, le fascisme turc a cherché à détruire les Kurdes. Les acteurs kurdes qui se tiennent à côté de Erdoğan et Bahçeli devraient le savoir très bien. Ils sont dirigés contre eux-mêmes, contre leur propre peuple, pas contre le PKK. Ils ne doivent rien à l’État turc et n’ont pas à le servir. Sans le PKK, ils n’auraient réalisé aucun gain aujourd’hui. (…)
 
La haine de la Turquie n’est pas seulement contre les Kurdes de Bakur (Kurdistan du Nord) ou le PKK, elle est dirigée contre tout le peuple kurde. Cette réalité est clairement visible à Bachour (Kurdistan du Sud) et à Rojava (Kurdistan de l’Ouest). Certains Kurdes du Rojava et du Kurdistan du Sud disent : « C’est vrai, l’Etat turc attaque parce que le PKK est ici. Si le PKK n’existait pas, de telles attaques n’auraient pas lieu. Pour ceux qui le pensent, je voudrais souligner la situation en Libye et en Méditerranée orientale. Il n’y a pas de PKK en Libye, mais tout le monde sait que la Turquie est la cause des problèmes là-bas. Il ne s’agit donc pas de la présence du PKK. Le PKK défend la dignité du peuple kurde. C’est pourquoi la Turquie attaque. Turquie attaques de tous les Kurdes en la personne du PKK. Les Kurdes devraient le voir et ne pas se mettre au service de l’État fasciste turc.
 
La Turquie est dangereuse pour tous
 
La Turquie parle actuellement d’un « corridor de paix ». Actuellement, les peuples du nord et de l’est de la Syrie vivent en fraternité. Ils veulent créer et développer leur propre système démocratique. La Turquie est un ennemi de la démocratie et des libertés. C’est un ennemi de la fraternité et des peuples. La Turquie a conçu son propre plan et agit en conséquence. La base de ce plan est la question de savoir comment diviser au mieux les Kurdes, comment séparer les Kurdes du Bakur de ceux du Bashur et de ceux du Rojava. Dans le cadre de ce plan, les Kurdes doivent être expulsés et remplacés par d’autres personnes que la Turquie considère comme « favorables ».
 
Bien comprendre l’objectif de la Turquie
 
Quand la Turquie continue de parler d’envahir le nord de la Syrie, elle dit aussi : « Nous allons détruire cette région et y installer les réfugiés syriens ». Dans le même temps, elle prévoit d’y déployer ses propres milices. Nous pouvons voir la mise en œuvre de ce plan dans le cas d’Afrin. Le peuple kurde doit comprendre exactement cette réalité et s’y opposer avec toutes ses possibilités. Les peuples du nord de la Syrie doivent également comprendre exactement l’objectif de la Turquie. En ce sens, les peuples de la région doivent concrétiser davantage leur fraternité et développer davantage la lutte à travers leur organisation.
 
Les gens devraient se préparer pour la résistance à l’occupation
 
Il est maintenant nécessaire de construire des forces d’autodéfense contre une invasion turque, la défense et la sécurité. Si ce n’est pas le cas, il y aura un grand danger. Il ne semble pas que la paix sera assurée en Syrie dans un avenir proche. Au Moyen-Orient, la troisième guerre mondiale ravage le Moyen-Orient et elle se poursuivra. Cette guerre peut s’étendre encore plus. C’est pourquoi il ne s’agit pas de trouver une solution pacifique. Personne ne devrait s’accrocher à un tel espoir et se tromper. Par conséquent, le peuple et les forces de défense du nord de la Syrie doivent se préparer à la guerre. La défense doit être étendue à tous les égards. C’est ce qui doit arriver. Il n’y a pas d’autre moyen d’empêcher l’invasion par la Turquie.
 
En cas d’invasion de la Syrie du Nord, ce sera pire qu’à Afrin
 
La coalition, la Russie et la Syrie doivent saisir cette réalité. Les peuples arabes doivent aussi le comprendre. Les Kurdes, avec les Arabes, doivent courageusement s’opposer à l’invasion turque. L’Etat turc veut creuser un fossé entre la population kurde et la population arabe. Ils veulent utiliser des milices et des Arabes coopérants pour l’occupation du nord et de l’est de la Syrie. On dit que des endroits comme Girê Spî, Şêxler et Serêkaniyê ne sont pas des terres kurdes mais arabes. Ils disent qu’ils y installeront les Arabes qui ont fui en Turquie. Ils veulent répéter ce qu’ils ont fait à Efrin. Tout le monde sait ce que l’Etat turc et ses milices ont fait au peuple d’Efrin. Tout le monde voit comment les Kurdes en particulier, mais aussi tous les autres peuples, sont opprimés. Si la Turquie envahit le nord de la Syrie, ce sera pire qu’à Efrin. Tout le monde doit le comprendre. Par conséquent, toutes les options doivent être utilisées pour renforcer la résistance. »
 
ANF
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici