La lutte kurde : L’espoir contre le fascisme en Syrie et en Irak

0
1036
Alors que tous les regards sont tournés vers l’Iran, la Turquie massant ses troupes à la frontière syrienne représente un réel danger d’extension de sa guerre contre les Kurdes, dans une région où de nombreuses puissances extérieures se disputent le contrôle.
 
Le 19 juillet dernier était le septième anniversaire de la révolution du Rojava, qui a permis aux Kurdes d’établir une autonomie dans le nord de la Syrie.
 
Pendant presque tout le temps où ils ont construit une société alternative, basée sur une démocratie féministe, multiculturelle et populaire, ils ont également dû lutter pour leur survie contre les attaques extérieures. Maintenant, encore une fois, leur Fédération démocratique de la Syrie du nord-est fait face à un danger existentiel.
 
Alors que de nombreux regards sont tournés vers l’Iran, des étincelles jaillissent déjà dans cette partie de la boîte à poudres du Moyen-Orient. La Turquie a rassemblé ses troupes à la frontière syrienne et, chaque jour, des attaques transfrontalières turques sont signalées contre des villages kurdes.
 
Lundi, la Turquie a déclaré à l’envoyé américain en visite à Ankara qu’elle était prête pour une attaque totale si les Etats-Unis n’obligeaient pas les troupes kurdes à quitter les zones proches de la frontière turque et ne reprenaient pas les armes lourdes qu’ils avaient remises aux Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, pour lutter contre Daesh. Bien sûr, il s’agit d’une position de négociation (…) mais le danger est bien réel.
 
C’est un truisme bien établi qu’un régime en difficulté intérieure peut chercher à unir les peuples qui se trouvent derrière lui en les retournant contre un ennemi extérieur. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan préside une économie en récession et ses alliés politiques le désertent publiquement après la défaite électorale de son parti. La tentation de pousser son attaque contre les Kurdes à un niveau supérieur est peut-être trop grande pour résister. Chaque attaque contre les Kurdes syriens nourrit également ses ambitions impériales et soutient son objectif de faire de la Turquie une superpuissance régionale.
 
Dans cette partie du monde, de nombreuses puissances extérieures se disputent le contrôle, toutes à des fins égoïstes. La Turquie a pris des enjeux très risqués en tentant de confronter les États-Unis et la Russie. Malgré leur appartenance à l’OTAN, ils ont ignoré les menaces américaines et acheté des missiles russes (d’où la menace de sanctions américaines). La nouvelle amitié de la Turquie avec la Russie pourrait-elle se traduire par un accord les laissant libres d’attaquer les Kurdes syriens en échange de l’abandon de leurs alliés djihadistes à Idlib ?
 
Bien que ce soit une nouvelle invasion du territoire syrien, les Kurdes ne peuvent guère espérer recevoir une aide du régime syrien soutenu par la Russie. Ils ont essayé de négocier avec Damas, mais quand Assad reprendra le contrôle du reste de la Syrie, il se sentira encore moins prêt à tolérer un système de pouvoir alternatif à l’intérieur des frontières syriennes. La perte de terres supplémentaires en faveur de la Turquie pourrait sembler relativement un petit prix à payer.
 
Le régime d’Assad a toujours aliéné les Kurdes, allant même jusqu’à leur refuser la citoyenneté, et son manque actuel de sympathie est démontré par leur blocus de la région kurde de Shehba. Ce canton isolé géographiquement, endommagé par la guerre et appauvri abrite la plupart des réfugiés qui ont fui l’invasion turque d’Afrin, la partie la plus occidentale de la Syrie kurde. Même des camions remplis de fournitures médicales indispensables doivent débourser des sommes importantes au gouvernement syrien avant de pouvoir se rendre à Shehba. De nombreuses personnes sont décédées, car les ambulances ne sont pas autorisées à se rendre à Alep, ni les médecins.
 
Mais pour revenir à l’agression turque, leur attaque sur les Kurdes ne se limite pas au front syrien, et des avions à réaction turcs bombardent les montagnes du Kurdistan sud / nord de l’Irak depuis des mois. Ils le font avec l’aide explicite du gouvernement régional kurde (GRK). La partie kurde autonome de l’Irak est officiellement, bien que pas vraiment, démocratiquement contrôlée par le Parti démocratique du Kurdistan (KDP). Économiquement néolibéral et socialement et politiquement féodal, le PDK a fait de cette région riche en pétrole le fief du clan Barzani. Ils n’ont aucune sympathie avec leurs compatriotes Kurdes de Turquie et de Syrie qui suivent les idées d’Abdullah Ocalan et considèrent plutôt la Turquie comme un ami et un partenaire commercial clé. Le GRK impose un boycott à la Fédération démocratique du nord-est de la Syrie,
 
La plupart des Kurdes dans les villages de montagne irakiens sont des partisans d’Ocalan, et c’est ici que les guérillas du PKK se sont réfugiées. Les raids turcs sont apparemment dirigés contre les bases du PKK, mais ils attaquent les civils sans discrimination, et la semaine dernière, ils ont également frappé le camp de réfugiés de Maxmur.
 
La Turquie a toujours repoussé les tentatives du PKK de négocier un règlement pacifique qui permettrait aux Kurdes de Turquie de vivre dans la dignité et la sécurité, et insiste pour que soit poursuivie une solution violente à la question kurde. Pendant ce temps, le PKK a mis l’accent sur la lutte contre Daesh – notamment lorsqu’il a sauvé des milliers de Yazidis piégés sur le mont Sinjar après la fuite des Peshmergas du PDK.
 
Alors que Barzani et le gouvernement régional régional du Kurdistan font la sourde oreille aux cris de leurs compatriotes kurdes, le reste du monde – s’il enregistre ce qui se passe – est heureux d’inscrire les attaques turques contre les Kurdes dans les montagnes irakiennes comme une « guerre contre le terrorisme ».
 
La Turquie a fourni aux combattants étrangers un moyen sûr de rejoindre le Daesh et s’est alliée à certains des groupes djihadistes les plus brutaux et les plus voyous, y compris d’anciens combattants du Daesh, et les a soutenus. Leur invasion du canton kurde d’Afrin, autrefois paisible, l’a transformé en bandes qui combinent un islamisme brutal avec des pillages et des enlèvements, et cela pourrait se reproduire dans ces autres régions. Pendant ce temps, les combattants kurdes ont formé le rempart vital contre Daesh. Mais, bien qu’ils aient libéré la dernière partie du territoire de Deash, le danger demeure. Les cellules dormantes peuvent sortir de la clandestinité, et il y a encore les nombreux prisonniers que les Kurdes sont censés garder. Une attaque turque majeure contre les Kurdes pourrait permettre à Daesh de s’enraciner et de se développer à nouveau.
 
Très peu de tout cela est couvert par les médias britanniques, mais ce qui arrive aux Kurdes en Syrie et en Irak a une importance bien supérieure à celle des personnes immédiatement touchées. Le mouvement kurde a fourni la résistance la plus importante contre le fascisme croissant qui se répand dans tant de régions du monde. Et ils ne se sont pas seulement défendus contre l’État turc de plus en plus fasciste, le fascisme clérical de Daesh et la dictature nationaliste arabe d’Assad, ils nous ont également donné à tous un système alternatif positif (…).
 
Sarah Glynn, membre de Scottish Solidarity with Kurdistan (Solidarité écossaise avec le Kurdistan)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici