TURQUIE. Barreaux d’avocats : Une nouvelle constitution peut résoudre la question kurde

0
575

DERSIM – Les représentants des barreaux d’avocats d’Adiyaman, Agri, Batman, Bingol, Bitlis, Dersim, Amed, Hakkari, Mardin, Mus, Siirt, Sirnak, Urfa et Van se sont réunis à Dersim pour discuter de la question kurde.

Les présidents des barreaux ont déclaré : « Il est grand temps que tous les problèmes de la Turquie soient résolus d’une manière démocratique et égalitaire avec une nouvelle constitution ».

Il est temps d’adopter de nouvelles politiques

Dans un communiqué, les associations ont déclaré que le résultat des élections municipales turques devait être soigneusement examiné par tous les acteurs politiques et que des leçons devaient être tirées pour éviter et prévenir les discours de haine.

Le communiqué a souligné la nécessité d’abandonner de cette politique fondée sur la tension, au lieu d’un nouveau langage englobant tous les différents segments de la société et l’élaboration de nouvelles politiques constructives.

« A ce stade, la nécessité d’une nouvelle politique pacifique sur la question kurde est inévitablement apparue. – Il y a eu de nombreuses expériences (…) dans le processus de non conflit et de négociation, qui s’appelle « processus de résolution » et qui a duré entre 2013 et 2015. Nous convenons que ce processus n’a pas été bien géré, mais nous sommes également d’accord avec les critiques selon lesquelles ce processus n’a pas été évalué adéquatement. Il est temps de trouver une solution.”

Le communiqué exigeait la libération immédiate des journalistes, des représentants de la société civile, des universitaires, des politiciens et de toutes les autres personnes emprisonnées à la suite d’enquêtes et de poursuites pour leurs idées. L’importance du respect de la liberté d’expression a été réaffirmée et il a été demandé d’abandonner les enquêtes et les poursuites engagées contre eux.

Les barreaux ont déclaré qu’avec une nouvelle constitution démocratique et égalitaire, il serait possible de résoudre les problèmes de la Turquie, y compris la question kurde, et ont ajouté qu’une nouvelle constitution était nécessaire pour garantir la démocratie.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici