AccueilDroits de l'HommeSoutenir les dictateurs n'est pas l'anti-impérialisme

Soutenir les dictateurs n’est pas l’anti-impérialisme

Pourquoi tant de gauchistes occidentaux sont-ils aux côtés de dictateurs au nom de l’anti-impérialisme ? Un nouveau livre cherche à dépasser l’ancien binaire «l’Ouest et le reste».

Par Meredith Tax*

IMPÉRIALISME ET INSURRECTION

Que signifie « impérialisme » dans le monde globalisé d’aujourd’hui ? Depuis la guerre du Vietnam, beaucoup de ceux qui se disent anti-impérialistes ont simplement pour position par défaut de s’opposer à tout ce que font les États-Unis ou leurs alliés occidentaux. Mais le vieux binaire anticolonial – « L’Occident et le reste » – fonctionne-t-il encore à un moment où la règle économique n’est pas exercée par les gouvernements nationaux mais par une élite néolibérale mondiale d’hommes incroyablement riches, dont la principale allégeance n’est pas envers un pays, mais à leurs comptes bancaires offshore ?

On pourrait voir le néolibéralisme – parfois appelé « fondamentalisme du marché » – comme une forme d’impérialisme, un autre étant un nationalisme plus démodé, par exemple d’un Donald Trump ou de Viktor Orbán, qui veulent revenir en arrière à une époque où les frontières murs et tarifs la règle.

C’est en gros la position de Rohini Hensman, une activiste sri-lankaise vivant en Inde, dont le livre récent Indéfendable : démocratie, contre-révolution et rhétorique de l’anti-impérialisme (Indefensible: Democracy, Counterrevolution, and the Rhetoric of Anti-imperialism, Haymarket Books, 2018), soulève de telles questions. Elle insiste également sur le fait qu’aujourd’hui, les anti-impérialistes doivent prêter attention aux accords économiques et aux aventures militaires russes, iraniens, UAE et Saoudiens.

Indéfendable est un livre important pour tous les membres de gauche soucieux de la politique étrangère et des droits de l’homme. En demandant pourquoi tant de gauchistes ont fini par se ranger du côté des dictateurs, Hensman rassemble les éléments nécessaires pour rompre avec les traditions staliniennes et créer une version de l’anti-impérialisme qui permet à tout le monde, sauf les États-Unis, de se tirer d’affaire.

Dans le livre, Hensman distingue l’impérialisme classique, où les matières premières ont été extraites de force des colonies, et l’économie mondialisée actuelle, dans laquelle la production a été libérée de l’État national et où les entreprises envoient des emplois là où les coûts de main-d’œuvre sont les plus bas, quels que soient les effets sur la productivité. les travailleurs dans la nation d’origine d’une entreprise.

Selon elle, «dans une économie mondiale mondialisée, où la productivité était la clé du succès, le militarisme était devenu un obstacle au pouvoir économique». Cela est particulièrement vrai aux États-Unis, où elle suit Chalmers Johnson en affirmant qu’un budget de défense follement disproportionné a conduit à des privations sociales et à des déficits démocratiques.

« LES PSEUDOS ANTI-IMPÉRIALISTES »

Hensman est franche sur sa position politique: les anti-impérialistes devraient s’opposer à l’oppression d’un pays à l’autre. Les socialistes devraient faire preuve de solidarité avec les révolutions démocratiques et non avec les contre-révolutionnaires qui tentent de les écraser. Les peuples des pays du Sud qui recherchent la démocratie devraient être pris au mot, et non accusés d’être manipulés par l’Occident, comme si personne ne pouvait désirer obtenir les mêmes droits à la liberté d’expression ou de réunion que les peuples d’Europe et d’Amérique du Nord.

Indéfendable présente une typologie de trois types de «pseudo-anti-impérialistes»: «des gens qui pensent que toutes les guerres sont la faute des États-Unis ou de l’Occident; les néo-staliniens qui excusent tout ce que fait la Russie; et de véritables tyrans qui se cachent dans le langage de l’anti-impérialisme chaque fois qu’ils sont critiqués. Elle applique ensuite cette matrice à des études de cas sur la Russie et l’Ukraine, la Bosnie et le Kosovo, l’Iran, l’Irak et la Syrie. Ils ont tous un chapitre sauf la Syrie qui en a deux; l’un se concentrant sur le gouvernement Assad, l’autre sur la guerre civile.

Pour chaque conflit, elle défend de ne pas exagérer le rôle et la force de l’Occident, en particulier des États-Unis; Cet argument est d’une importance cruciale, tout comme le projecteur qu’elle braque sur la forme de domination exercée par l’ancienne Union soviétique.

SOCIALISME ET DÉMOCRATIE

Selon elle, l’Union soviétique n’a jamais été socialiste, car le socialisme réel dépend de la démocratie. Le traitement dictatorial de l’URSS à l’égard de son propre peuple était évident dès le début en réprimant la rébellion de Kronstadt, alors que sa politique d’oppression des nationalités avait été introduite par Staline dès 1922, lorsqu’il avait insisté pour que ce soit une fédération de républiques subordonnées plutôt que de nations indépendantes. À partir de ce moment, l’URSS a traité ses pays voisins de manière aussi impérialiste que celle des États-Unis, utilisant la même combinaison de relations économiques extractives et d’armement politique.

Hensman suit l’analyse de l’Organisation socialiste internationale en considérant l’URSS comme le « capitalisme d’Etat » plutôt que comme un socialiste quelconque. Elle critique également le concept marxiste de révolutions «démocratiques bourgeoises», dans lequel les droits individuels et le capitalisme sont considérés comme mutuellement dépendants. « Loin d’être inextricablement liée à la démocratie, le capitalisme a prouvé à maintes reprises qu’il n’avait aucun problème avec les dictateurs », a-t-elle déclaré. Pour cette raison, au lieu de se concentrer sur la différence entre les systèmes capitaliste d’État et les systèmes capitalistes privés, la gauche devrait se concentrer sur les droits démocratiques, car ce n’est que dans les États démocratiques que les travailleurs ont la possibilité de combattre ceux qui les exploitent et les oppriment.

Les études de cas présentées dans ce livre sont conçues pour illustrer cette approche générale. Comme elle couvre tant de conflits dans seulement trois cents pages de texte, ces études de cas sont nécessairement schématiques, elles se déroulent au galop et rassemblent des interactions complexes et de longues périodes en un paragraphe ou deux. Indéfendable. C’est en partie un long argument historique censé aboutir à sa discussion sur la guerre civile syrienne, et ses méchants sont bien connus bien avant qu’elle n’y parvienne: ce sont la Russie, l’Iran, le régime Assad et les pseudo anti-impérialistes qui les soutiennent et se propagent ment en disant qu’il n’y a pas eu de réelle opposition démocratique en Syrie, seulement des islamistes, ou que la guerre civile a été causée par l’Occident. Mais, même si je suis d’accord avec ses critiques à l’égard de ces gauchistes, son traitement de la guerre civile syrienne est profondément erroné d’une autre manière.

LA GUERRE CIVILE SYRIENNE

Hensman commence sa discussion sur la guerre civile syrienne par ce résumé: « La révolution démocratique pacifique de 2011 déclenchée par les soulèvements arabes est devenue plus tard militarisée en réponse à la répression brutale menée par l’État. La Syrie est un exemple typique de la dégénérescence morale et politique des pseudo-anti-impérialistes qui soutiennent ou ne s’opposent pas à l’écrasement génocidaire d’un soulèvement démocratique par un État totalitaire allié à l’impérialisme iranien et russe. »

Bien que ce soit vrai, ce cadre minimise le rôle des djihadistes et omet le rôle clé joué par la Turquie, qui a non seulement financé des factions de l’Armée syrienne libre, mais a également soutenu directement Al-Qaïda et l’Etat islamique afin de déstabiliser la Syrie. Erdoğan, qui se considère comme le sultan jadis et futur, n’a pas caché son désir d’annexer des parties du nord de la Syrie et l’a envahi à trois reprises. En fait, la guerre civile syrienne est en partie un conflit régional dans lequel les quatre grandes puissances de la région – l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie – sont engagées dans une lutte pour la domination.

Mais Hensman voit la lutte principalement en termes de bons et de méchants. Elle tire tout son récit des sources de l’opposition syrienne et, parce que l’opposition syrienne est soutenue par la Turquie, passe sous silence les aspects les plus sordides de l’intervention turque, méprise les Kurdes et réduit une situation extrêmement complexe à un simple conflit opposant l’opposition syrienne à Assad et ses alliés, parmi lesquels elle cite à la fois l’Etat islamique et les Kurdes.

Sa dépendance crédible vis-à-vis des sources de l’opposition syrienne a conduit Hensman à réitérer de grossières accusations contre les Kurdes du Rojava – appelées par des frappes aériennes russes, s’emparant de «terres arabes» et assassinant quiconque ne les désapprouvant pas. Le résultat est un livre important mais profondément imparfait dans lequel l’auteur contredit son propre conseil sur la manière d’être un bon anti-impérialiste: « Il est utile d’examiner une diversité de sources, pas seulement celles qui confirment ce que l’on croit déjà. »

Je suis d’accord et je souhaite seulement qu’elle ait appliqué ce principe avec suffisamment de cohérence pour reconnaître qu’il y avait deux révolutions démocratiques syriennes – celle de l’opposition civile syrienne et celle des Kurdes du Rojava. Ils méritent tous les deux notre attention et notre solidarité.

Meredith Tax​ est une écrivaine et une organisatrice féministe depuis la fin des années 60. Son dernier ouvrage est :  A Road Unforeseen: Women Fight the Islamic State  (2016). Elle est active au sein du comité d’urgence pour le Rojava à New York.

Image : https://theconversation.com/syria-russia-and-turkey-the-uneasy-alliance-reshaping-world-politics-71079

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici