Défenseurs de la vie : Mettez un terme au projet qui engloutira Hasankeyf

0
111
TURQUIE – BATMAN – En lançant un appel international pour la cité antique d’Hasankeyf, qui sera engloutie après le remplissage du barrage Ilısu, les défenseurs de la vie ont déclaré que la région [kurde] était soumise à une destruction irréversible en raison d’intérêts économiques sans fondement.
 
Le projet de barrage d’Ilısu, qui engloutira l’ancienne ville de Hasankeyf, 199 villages et le bassin riche en biodiversité du Tigre, est sur le point d’être finalisé.
 
Les autorités gouvernementales turques ont annoncé précédemment que le remplissage du réservoir du barrage d’Ilısu commencerait le 10 juin, à savoir aujourd’hui.
 
Réunis à Hasankeyf le 8 juin, à l’appel de l’Initiative visant à protéger l’écologique d’Hasankeyf et de la Mésopotamie, les défenseurs de la vie ont condamné le projet qui engloutira la ville antique vieille de 12 000 ans et le bassin du Tigre qui l’entoure.
Extraits du communiqué des défenseurs de la vie d’Hasankeyf :
 
« Le projet Ilısu est un projet qui entraînera des torts et des destructions du début à la fin. L’affirmation officielle selon laquelle « le projet apporterait des avantages socio-économiques à la communauté locale » est une supercherie. Ce projet ne va pas seulement engloutir un important patrimoine culturel en Haute Mésopotamie, en particulier Hasankeyf, mais cela entraînera également environ 80 000 personnes dans la pauvreté et la destruction du bassin du Tigre, qui est encore riche en biodiversité.
 
Il a été détruit de manière irréversible
 
La réduction dramatique de la quantité d’eau sur les marais mésopotamiens inscrits sur le patrimoine de l’UNESCO est le risque le plus important que puisse causer ce projet de barrage.
 
Comme cela a été vu et observé auparavant avec d’autres projets de barrages entrepris dans la région, le projet de barrage d’Ilısu entraînera des destructions sociales, économiques, culturelles et écologiques.
 
Hasankeyf, qui est un site du patrimoine culturel et naturel intégré au fleuve Tigre, a été soumis à une destruction irréversible et multidimensionnelle en raison d’intérêts économiques sécuritaires et sans fondement.
 
L’UNESCO garde le silence sur les destructions
 
Le remplissage du réservoir du barrage Ilısu doit être utilisé comme justification du déplacement et de la migration. Lorsque le remplissage du barrage commencera, l’écosystème naturel du Tigre sera endommagé sur des centaines de kilomètres.
 
L’UNESCO a gardé le silence sur les destructions à Hasankeyf, qui remplit neuf critères sur dix pour être inscrite sur la liste du patrimoine de l’UNESCO.
 
La CEDH devient une partie prenante du crime
 
De même, considérant que le patrimoine culturel n’entre pas dans le champ d’application de la Convention européenne des droits de l’Homme, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) devient également partie prenante du crime de destruction [d’Hasankeyf]. »
 
En conclusion de leurs remarques, les défenseurs de la vie ont lancé un appel à tous pour une lutte sociale participative afin de sauver Hasankeyf et le bassin du Tigre de l’engloutissement.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici