TURQUIE. 13 Kurdes placés en détention provisoire à Halfeti

0
913

TURQUIE – URFA – Lors d’un conflit armé entre les forces turques et des insurgés kurdes, le 18 mai à URFA / Halfeti, un policier des opérations spéciales a perdu la vie. Suite à l’incident, au moins 54 civils kurdes ont été arrêtés.

13 des civils kurdes arrêtés et torturés à Halfeti ont été emprisonnés. La police a pris les déclarations des détenus sans en informer les avocats. Toutes les procédures judiciaires ont été menées sous la torture. Des femmes détenues ont déclaré : « Plus de choses ont été faites, mais nous avons trop honte pour en parler.»

Sur les 51 personnes détenues le 18 mai dans le quartier de Dergili (Dêrto) à Halfeti, Urfa, 28 ont comparu devant un tribunal.

Celal Ercan fait partie des personnes placées en détention préventive et a eu des problèmes auditifs après la torture qu’il a subis en détention. Son avocat a déclaré qu’Ercan était illettré et qu’il rejetait ses sois-disant déclarations.

Celal Yildirim, qui est en garde à vue depuis 12 jours, a également déclaré qu’il n’acceptait pas la déclaration faite sous la torture pendant sa garde à vue. Son avocat a confirmé que ces déclarations avaient été recueillies après des violences psychologiques et physiques.

Cindi Zincirkiran a également rejeté les déclarations faites pendant sa détention. Son avocat a déclaré que les déclarations avaient été extorquées après la torture.

Les avocats ont également rappelé que certains de leurs clients avaient moins de 18 ans et avaient été menacés et que des déclarations leur avaient été retirées de force.

Une des accusées, Fatma Alakus, a déclaré qu’elle avait beaucoup à dire sur ce qui avait été fait, mais qu’elle ne pouvait pas parler car elle avait honte. « Ce n’est pas la justice. Je n’accepte pas les charges contre moi. La déclaration que j’ai donnée a été faite sous la torture, je ne l’accepte pas. »

Gazaley Alakus a déclaré: « Ils m’ont torturée. Ils m’ont frappé avec un bâton et m’ont torturée à l’électricité. Ils ont fait beaucoup plus mais je ne peux pas le dire ici. »

Zeki Alakus, qui a déclaré avoir lui aussi été torturé pendant sa garde à vue, a déclaré qu’il n’acceptait pas sa déclaration faite sous la torture.

Contexte

Un chef adjoint de la police des opérations spéciales turques a été tué et deux policiers blessés lors d’un affrontement dans le quartier de Dergili (Derto), dans le district de Halfeti, à Urfa, le 18 mai.

À la suite des combats, une opération militaire à grande échelle a été lancée dans la région et des soldats ont ouvert le feu sur une maison. Tous les membres de deux familles de la maison ont été arrêtés.

Les forces turques ont interdit l’entrée et la sortie du quartier et ont effectué une descente dans la maison de Fahri Alakuş, un habitant du quartier. Les soldats turcs ont ouvert le feu et la police a blessé les femmes dans la maison. Des grenades ont été lancées dans la maison et deux personnes à l’intérieur ont perdu la vie.

Après la récupération des cadavres de la maison, les soldats ont mis le feu à toute la maison. Selon des informations fournies par des sources locales dans la région, les forces turques ont également effectué une descente au domicile de Zeki Alakuş, qui vit dans le même quartier, et a arrêté tous les membres de la famille, y compris des enfants.

Selon le rapport publié par l’Association des droits de l’Homme du barreau Antep qui a enquêté sur les faits, les détenus, y compris des femmes, ont été sévèrement battus, insultés, ont reçu un choc électrique et ont été contraints de signer de faux témoignages.

ANF

TURQUIE. Des civils kurdes torturés à Halfeti

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici