Les preuves de la destruction des sites archéologiques d’Afrin

0
853
ROJAVA / SYRIE – La Commission des antiquités de la région d’Afrin a documenté une série de destructions et de pillages des sites archéologiques d’Afrin par l’occupation turque, et cherche à les remettre à l’UNESCO.
 
Les lieux les plus exposés aux violations et aux destructions d’Afrin sont les sites archéologiques qui ont été les monuments historiques de la région d’Afrin, qui témoignent des civilisations qui ont vécu dans la région il y a des milliers d’années.
 
Depuis le premier jour des attaques du 20 janvier 2018 contre Afrin, les forces armées turques et leurs alliés se sont pris aux sites archéologiques stratégiques tels qu’Ain Dara et le temple du prophète Hori (Nebi Hori), classés sur la liste de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture).
 
Après l’invasion d’Afrin, les mercenaires de la Turquie ont lancé une campagne de destruction contre des sites et des lieux de cultes en creusant, en détruisant des sites archéologiques, en volant des antiquités et en les vendant aux marchands turcs et en les sortant de la région.
 
Documenter les violations à l’aide d’éléments de preuve
 
Le Comité des Antiquités de la Région d’Afrin a cherché à documenter tous les sites archéologiques qui avaient été attaqués depuis le premier jour de l’agression turque contre Afrin et les a envoyés à l’Organisation de Protection des Antiquités.
 
Le coprésident du Comité des Antiquités de la région d’Afrin, Hamid Nasir a déclaré : « Le Comité n’a jamais cessé de rechercher les faits et les violations qui ont été commis à Efrin au quotidien et cherchera dans les jours à venir à documenter toutes les violations selon leurs capacités malgré l’interdiction faite à l’occupation turque de s’y rendre dans tout organe ou comité pour enquêter sur ce qui se passe à l’intérieur d’Efrin et [les sites] qui sont exposé aux vols, pillages et destructions. »
 
Nasser a confirmé qu’ils ont documenté un grand nombre de sites archéologiques avec des vidéos, des photos et des rapports.
 
35 des 92 sites archéologiques détruits ont été répertoriés
 
Les sites archéologiques sont exposés au processus de démolition, de destruction et d’excavation à la recherche de monuments et de trésors par l’occupation turque et ses mercenaires.
 
A Afrin, 92 vestiges archéologiques dispersés dans les villages et districts du canton ont tous été détruits. La commission a documenté la destruction de 35 sites archéologiques.
 
L’un des sites récemment documenté par la Commission à l’aide de vidéos et d’images est la colline de Tel Zrafke (un bulldozer travaille et détruit une grande partie de la colline – Tel Abidan, Arab Sheikho, Deir Sawan, Qerba Janders, Tel Ain Darah, qui avait été bombardé par le ligne aérienne turque Tal Astir, Ain Hajar, Kafr Rum, Gamrouk).
 
Destruction de sanctuaires et de mosaïques
 
Parmi les sites archéologiques qui sont volés et vandalisés se trouve l’église de Marmaron, dans l’ancien village de Brad, qui a été placée en 2011 sur la liste de la protection des antiquités.
 
On dit que le fondateur de la communauté maronite, Saint Maron [Maron ou Maroun est un prêtre et anachorète chrétien syriaque ayant vécu à la fin du IVᵉ et au début du Vᵉ siècle.], a été enterré à Brad, où il semble qu’une aile spéciale ait été ajoutée à l’église comme tombeau avec une tombe en pierre du saint Marron.
 
Selon la Commission, l’Église a été vandalisée et détruite par des mercenaires de l’occupation turque.
 
Parmi les antiquités et les sites archéologiques vendalisés d’Afrin se trouvent des mosaïques, dans lesquelles la destruction de la peinture et le vol de pièces ont été documentés, en particulier dans les ruines de Raza dans le village de Tirmsha, le village d’Arbiskeh dans le district Rajo.
 
La plupart des sanctuaires religieux, en particulier ceux des communautés yézidie et alévie, ont été détruits, notamment le sanctuaire de Hanan, Kala Beri, Sheikh Humaid dans le village de Qustal, et le village d’Iska dans le district de Janders.
 
Négliger et ignorer ceux qui s’occupent de la protection des monuments
 
Bien que la Commission des antiquités et l’Organisation des droits de l’Homme d’Afrin aient soumis de nombreux dossiers et rapports documentés aux Nations Unies, à l’UNESCO et à d’autres organisations, il n’est pas fait mention des vols, pillages et destructions des antiquités d’Afrin.
 
Le Directeur général des Antiquités et des Musées de Syrie, Mahmoud Hammoud, a déclaré aux médias que la Turquie avait volé 16 000 pièces d’antiquités de Syrie depuis le début de la crise syrienne, dont à Afrin, et les avait placées dans des musées turcs.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici