L’artiste kurde, Zehra Dogan expose à Tate Modern Exchange

0
219

LONDRES – Le mardi 21 mai, l’artiste kurde, Zehra Dogan a inauguré son exposition à Tate Modern, musé d’art moderne à Londres. Son exposition montre ce que les Kurdes ont laissés derrière eux quand ils ont été chassés par l’armées turque à Nusaybin, Cizre… entre 2015 et 2016.

Questionnée sur son exposition à Tate Modern, Dogan la décrivait ainsi :

« En tant que journaliste couvrant les affrontements dans les villes kurdes de Turquie, de 2015 à 2016, j’exposerai des objets que j’ai recueillis et qui ont été laissés sous les décombres des bâtiments détruits. À travers ces articles, je raconterai l’histoire des gens afin que cette pièce m’aide à mettre en valeur mon travail en tant qu’artiste et journaliste. L’une des pièces les plus touchantes qui sera exposée est un tapis coloré brûlé. Le tapis représente tous les habitants du pays : Turcs, Kurdes, Arabes, etc. Les gens sont tous beaux quand ils sont ensemble, mais pas quand ils sont divisés. Cependant, le tapis est brûlé, ce qui montre que sur la terre, nous avons été divisés et brûlés. Il y aura aussi des vêtements qui font partie de l’identité des gens – comment ils les valorisent et les définissent. Les vêtements qu’ils ont dû laisser derrière eux ont été brûlés et sous les décombres, ce qui montre qu’ils sont morts. Les visiteurs de l’exposition seront accueillis par ces cadavres. »

L’image contient peut-être : intérieur

L’exposition/performance de Zehra Doğan rappelle le siège de Nusaybin, Sur, Cizre en 2015 et 2016.
 
Comme Doğan l’a dit elle-même : « Ce tapis représente tous les habitants du pays : Les Turcs, les Kurdes, les Arabes, dit Dogan, « les gens sont beaux quand ils sont ensemble, pas quand ils sont divisés. Cependant, ce tapis partiellement brûlé montre que nous avons été divisés et brûlés. Il y aura aussi des vêtements qui font partie de l’identité des gens – comment ils se valorisent et se définissent. Ces objets ont été laissés, brûlés et sortis des décombres, montrant qu’il y avait eu la mort… »
 
« E Li Dû Man (laissé derrière) » abrite également une salle de presse expérimentale et participative où Zehra Doğan et son collaborateur, le journaliste Ege Dündar, ainsi que d’autres personnes, rédigent du contenu et coproduisent avec les visiteurs un journal pour les artistes et militants emprisonnés en Turquie.
 
L’installation invite le public à lire les histoires documentées de Zehra Doğan et de ses collègues journalistes, témoignant des personnes déplacées et de celles qui ont perdu la vie. La traduction joue un rôle clé dans cette installation qui a été commandée conjointement avec Tate Exchange en collaboration avec Index on Censorship, English PEN et PEN International.
 
Les vidéos et photos prises par Zehra Doğan pendant le couvre-feu sont montrées projetées lors de l’exposition. Et on lit des histoires de ceux qui ont vécu derrière les barricades. Que s’est-il passé pendant le couvre-feu, que s’est-il passé avant, comment ça s’est terminé ?
 
« Chacun des visiteurs sera informé des événements en 2015-2016 et recevra un texte écrit. Il/elle lira, apprendra et comprendra. Et quand ils partiront, ils emporteront avec eux une copie du journal « Ê Li Dû Dû Man », préparé avec le journaliste Ege Dündar. Dans cet article, ils découvriront les expériences kurdes, les prisonniers emprisonnés, les grèves de la faim, les écrivains, les poètes, les artistes et les enfants. Après tout cela, peut-être que chacun peut rentrer chez lui et agir, en écrivant une lettre aux prisonniers par exemple », a expliqué Doğan.
 
Dans une récente interview, répondant à une question sur les raisons pour lesquelles son art et ses écrits sont si craints par le gouvernement turc, Doğan a déclaré : « Le gouvernement turc considère mon art comme menaçant parce que je dessine ce qu’ils ont fait. Je peins leur honte. Par conséquent, ils détestent mon art mais je n’ai pas le choix, le gouvernement turc m’a donné tant de matériel pour travailler avec lui. Ce gouvernement n’aime pas mon art parce que je documente et fournis des preuves de leurs destructions – comme je le fais dans mes écrits. »
 
Zebra Doğan a été emprisonnée pour « propagande », en raison d’un dessin montrant la ville détruite de Nusaybin.
 
Elle a été envoyée en prison en juillet 2016, libérée en décembre 2016 et renvoyée en prison en juin 2017. Elle a finalement été libérée le 24 février 2019.
 
L’administration de la prison a refusé de lui donner du matériel pour l’empêcher de peindre.
L’activiste britannique, Mark Campbell a écrit au sujet de l’expo de Dogan :
 
« L’artiste kurde Zehra Dogan et le fils de Can Dundar, Ege Dundar, ont monté une installation artistique très puissante avec des images et du son.
 
Le corps principal de l’installation est constitué de preuves quotidiennes de crimes de guerre commis contre les familles en première ligne de la guerre raciste de la Turquie contre les Kurdes. Des objets du quotidien récupérés dans les maisons incendiées des Kurdes. Périodiquement, des textes et des rapports, écrits par Zehra à Nusaybin et à Cizre, sont lus. Des témoignages directs des crimes de guerre commis contre les Kurdes dans ces villes. L’installation est accompagnée d’un projet médiatique qui consiste à créer des « journaux » interactifs et les participants sont encouragés à « écrire des articles » sur leurs pensées et en réactions à l’exposition. Il y a aussi une section interactive « écrire à un prisonnier » où les participants sont encouragés à écrire une carte à un prisonnier d’opinion [emprisonné en Turquie].
 
Un projet très intelligent et une expérience profondément émouvante et j’invite tous ceux qui le peuvent, à Londres et au-delà, à saisir l’occasion d’y assister. J’ai rencontré des gens qui venaient d’Allemagne, de Belgique et de France juste pour voir l’exposition. »
 
L’exposition peut être visitée jusqu’à ce samedi.
 
Installation: «Li Dû Man (laissé derrière)» par Zehra Doğan
Dans le cadre de Who Are You?
21 – 25 mai 2019
Tate Exchange
Tate Modern
Bankside
Londres SE1 9TG
tate.org.uk
Images via Mark Campbell

 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici