D’une prison turque à Tate Modern : L’histoire de Zehra Dogan

0
261
D’une prison turque à la Tate Modern : L’histoire de l’artiste et journaliste kurde Zehra Dogan, lauréate du Prix Index Awards 2019, soutenue par Banksy et Ai Wei Wei.
 
Zehra Doğan a été libérée de prison le 24 février 2019. Elle a été emprisonnée pour un tableau qu’elle a adapté d’une photographie de l’armée turque où elle représentait des véhicules blindés dévorant des civils dans sa ville natale, Nusaybin. On lui a refusé l’accès à du matériel de peinture pendant son incarcération et elle a commencé à faire de la peinture à partir de fruits, d’épices et de sang, et a utilisé des journaux, des lettres et des draps de lit comme toile. Elle utilisait des plumes et ses cheveux comme pinceaux. Zehra a également enseigné à d’autres prisonniers à peindre et à utiliser des matériaux alternatifs. Sa situation a été remarquée par des artistes de renom : Banksy qui a peint une grande fresque murale pour elle à New York et Ai Wei Wei Wei qui lui a envoyé une lettre de solidarité. Doğan a récemment remporté le Prix Prix de Liberté d’Expression » 2019 dans la catégorie Arts décerné par « Index on Censorship Freedom of Expression » et est une artiste en résidence avec English Pen.
 
Lancez Riot : Qu’est-ce qui vous a motivé à commencer à critiquer la censure gouvernementale de l’art et les troubles politiques à travers vos peintures ?
Zehra Doğan : Je suis née au Kurdistan et les indigènes y sont témoins de beaucoup de choses dans leur vie. Depuis 1923, le pays a été divisé en quatre avec des frontières faites de fils barbelés et de mines terrestres. Tous ceux qui sont originaires de ce pays grandissent en connaissant et en vivant la guerre. En général, les gens de cette région produisent des œuvres d’art et des histoires qui décrivent la guerre et, en tant qu’artiste et journaliste née là-bas au moment des affrontements, le thème principal de mon art a toujours été la guerre. Je vivais dans un endroit constamment bombardé et des centaines de personnes que je connaissais sont mortes. Les gens ont été désensibilisés par les affrontements et les morts autour d’eux. Les reportages que j’ai écrits n’ont eu aucun effet. J’ai décidé que la seule façon d’exprimer l’immense tragédie qui se déroule autour de moi serait de peindre. Toute mon expérience dans la vie m’a motivé à peindre. Ma ville étant complètement détruite, je n’ai rien trouvé d’autre.
 
RR : Quels artistes ont le plus inspiré votre style de peinture, et qu’en est-il de leur style et de leurs messages qui ont inspiré les messages que vous vous efforcez de communiquer à travers votre art aujourd’hui ?
 
Zehra : Tous les artistes m’inspirent parce que l’art de chacun raconte une histoire différente. Par exemple, Goya a décrit la guerre dans un endroit et à une époque où il n’y avait ni caméras ni enregistrements. Si un artiste comme Picasso n’avait jamais représenté « Guernica », nous ne saurions même pas qu’il existe. Grâce à Frida Kahlo, nous avons pu vivre ce qui se passait au Mexique. Tous les tableaux réalisés par ces artistes décrivent également leur façon de penser politiquement. Je suis très inspirée par l’artiste René Magritte dont la peinture d’une pipe avait écrit « ceci n’est pas une pipe », ce qui la rend très philosophique. Les artistes qui combinent la philosophie et l’art m’inspirent le plus parce que, pour moi, la vie est une combinaison des deux.
 
En tant qu’artiste, vous ne transmettez souvent pas directement votre message, mais moi si. Par exemple, je peins généralement des femmes avec de grands yeux pour montrer leurs expériences dans la vie et ce dont elles ont été témoins. Dans un de mes tableaux, Dorşîn, je représente un enterrement où des femmes aux grands yeux portent le corps d’une autre femme. Les femmes ont un sourire et je l’ai rendu très coloré pour que ce soit comme si c’était un mariage. Mes peintures sont vibrantes et colorées parce que je veux donner un contexte à la douleur et à l’obscurité dans les vies humaines.
 
RR : Comment le public a-t-il réagi pour la première fois à votre art, et comment y réagit-il aujourd’hui ?
 
Zehra : J’ai commencé à partager mes peintures sur les réseaux sociaux [et] j’ai reçu beaucoup d’insultes car j’illustrais la guerre. Ceux qui insultaient mon travail étaient principalement des soldats et des policiers. J’ai souvent dessiné des gens qui ont été tués, et je recevais des menaces sur les réseaux sociaux en disant que quelque chose de semblable m’arriverait. Cependant, je voyais cela comme quelque chose de positif parce que mon art avait un effet. J’ai aussi été emprisonnée car les autorités détestaient mes peintures mais, parce que j’étais emprisonnée, j’ai reçu la solidarité internationale. Des artistes comme Banksy et Ai WeiWei ont entendu mon histoire et m’ont soutenu. J’ai reçu des messages de gens du monde entier me faisant savoir que mon art les avait éclairés sur les atrocités commises en Turquie. Bon nombre des messages que j’ai reçus de personnes s’excusaient aussi parce qu’elles ne savaient pas que de telles choses se produisaient. Mes peintures ont donc commencé à se répandre et les gens ont commencé à les apprécier davantage. C’est grâce à des organisations comme Index on Censorship, English Pen, Pen International et IWMF qui m’ont soutenu et m’ont donné une voix que j’ai eu la même solidarité que lorsque j’étais en prison.
 
RR : Quels sont les thèmes centraux que vous essayez de transmettre à travers votre art aujourd’hui, et comment ces thèmes ont-ils changé au fil du temps ?
 
Zehra : Les thèmes principaux de mes peintures aujourd’hui sont les femmes et la guerre. Parce que je peins ce dont je suis témoin, plusieurs de mes thèmes n’ont pas beaucoup changé avec le temps.
 
RR : Pendant que vous étiez en prison, qu’est-ce qui vous a motivé à continuer votre travail malgré les limites auxquelles vous étiez confronté, et comment vous êtes-vous motivé à continuer à produire de l’art ?
 
Zehra : Quand on m’interdit de faire quelque chose, cela m’inspire à le faire davantage. Si la peinture n’avait pas été interdite en prison, je n’aurais peut-être pas peint autant […]. Être emprisonnée était un test pour moi en tant qu’artiste. Je me suis dit : « Je suis une artiste, je dois le faire ». Je me suis aussi demandée : « Suis-je une artiste qui ne peint que lorsqu’elle en a l’occasion, ou suis-je une artiste qui a une position politique d’opposition ? » J’ai travaillé dur pour réussir ce test en tant qu’artiste, et je l’ai réussi. Ils ont interdit la toile et la peinture, mais comme toile j’ai utilisé des vêtements, des journaux et des draps de lit, et comme peinture j’ai utilisé des feuilles de roquette, des curcuma et autres épices, et mon propre sang menstruel.
 
RR : Comment représentez-vous et défendez-vous les droits des femmes dans vos œuvres d’art ? Quels problèmes liés aux droits des femmes décrivez-vous dans vos œuvres d’art ?
 
Zehra : Je ne dépeins pas les femmes comme étant opprimées ou pitoyables parce que je sais que les femmes sont fortes et je veux montrer cette force. Parfois les femmes sont illustrées de façon érotique mais j’essaie de le faire différemment en peignant la dignité des femmes.
 
RR : Pourquoi le gouvernement turc voit-il vos œuvres d’art comme une menace ?
 
Zehra : Le gouvernement turc voit mon art comme une menace parce que je peins ce qu’ils ont fait. Je peins leur honte. En conséquence, ils détestent mon art mais je n’ai pas d’autre choix, le gouvernement turc m’a donné tellement de matériel pour travailler avec lui. Le gouvernement n’aime pas mon art parce qu’il documente et est la preuve de leur destruction – il en va de même pour mon écriture.
 
Pour les artistes d’aujourd’hui, la Turquie est un pays fertile pour produire de l’art parce qu’il y a tant de sujets qui peuvent être illustrés.
 
RR : Comment avez-vous inspiré et soutenu des artistes qui s’opposent également au gouvernement turc ?
 
Zehra : Je pense que l’inspiration serait un mot trop audacieux pour cela. Nous avons été affectés en tant que prisonniers et nous avons été affectés les uns par les autres, ce qui a eu pour résultat un type d’art différent qui n’aurait probablement pas vu le jour si nous n’avions pas été emprisonnés. Je dirais aux détenus que n’importe qui emprisonné peut faire de l’art. Faire de l’art est facile, c’est comme trouver la beauté dans la vie et la rendre plus esthétique. J’ai rencontré des détenus à qui j’ai parlé et qui ont commencé à avoir leurs propres expositions. J’ai même motivé des enfants emprisonnés à peindre. Les détenus ont commencé à comprendre que l’art est une forme d’expression et se sont efforcés de trouver des alternatives pour le produire. Si vous n’avez pas de peinture, utilisez du sang menstruel ou des légumes. Si vous n’avez pas de pinceau, faites-en une avec vos cheveux. Ils ont vu, à travers moi, que c’était possible et c’était mon but : faire des alternatives et protester à travers l’art. J’ai maintenant des gens autour de moi qui pensent la même chose. Je suis sûr que les enfants qui ont commencé à peindre en prison seront des meilleurs artistes que moi dans 10 ans.
 
Quand je sortais de prison, les enfants venaient me voir et me montraient leurs tableaux. Un jour, j’espère créer un atelier à Mardin (ma ville), pour que les gens puissent y aller et apprendre à peindre gratuitement. Ils apprendront à quel point c’est simple et n’auront plus besoin de moi pour leur apprendre après un certain temps. L’art est, vraiment, très simple. L’art a été commercialisé comme étant quelque chose de divin et inatteignable de sorte qu’il serait précieux, mais il est fondamental et n’importe qui peut le faire. L’art a de la valeur parce qu’il est fondamental, comme l’amour, tout le monde a de l’amour et nous apprécions l’amour de la même manière que tout le monde peut faire de l’art ce qui le rend précieux.
 
RR : Quel a été l’impact de votre expérience en prison sur votre œuvre d’art ? Comment votre expérience a-t-elle donné une voix plus forte aux messages que vous essayiez de faire passer dans vos œuvres d’art ?
 
Zehra : Mon expérience en prison m’a appris qu’il n’y a aucune excuse pour l’art. J’ai appris que les objets n’ont pas un seul usage. La purée de tomates peut donner un meilleur goût aux aliments, mais elle peut aussi être utilisée comme peinture. Même le vêtement le plus intime comme les sous-vêtements peut être une toile. Je ne l’ai pas découvert en étant intelligente, mais c’est quelque chose qui est même transmis par nos mères qui utilisent ingénieusement des vêtements usés comme chiffon de nettoyage. Le sang menstruel m’a montré ses nombreux buts. C’est quelque chose qui a été considéré comme « dégoûtant » pendant des milliers d’années. J’ai été emprisonnée et étiquetée comme terroriste, ce qui a également été considéré comme « dégoûtant » par le gouvernement. J’étais considérée comme dégoûtante quand j’avais mes règles. Ainsi, lorsqu’une terroriste étiquetée vient avec une femme qui a ses règles, vous produisez alors un autre type d’œuvre d’art. Je n’aurais jamais pensé que j’exposerais les choses dégoûtantes que l’État a faites par le biais d’un médium comme le sang menstruel.
 
RR : Pouvez-vous nous parler de votre installation à la Tate Exchange ?
 
Zehra : J’aurai une exposition à la Tate Exchange du 21 au 25 mai avec trois autres artistes. L’événement intitulé « Qui sommes-nous » est organisé par Counterpoints Arts et The Open University avec des artistes et des activistes.
 
En tant que journaliste couvrant les affrontements dans les villes kurdes de Turquie, de 2015 à 2016, j’exposerai des objets que j’ai recueillis et qui ont été laissés sous les décombres des bâtiments détruits. À travers ces articles, je raconterai l’histoire des gens afin que cette pièce m’aide à mettre en valeur mon travail en tant qu’artiste et journaliste. L’une des pièces les plus touchantes qui sera exposée est un tapis coloré brûlé. Le tapis représente tous les habitants du pays : Turcs, Kurdes, Arabes, etc. Les gens sont tous beaux quand ils sont ensemble, mais pas quand ils sont divisés. Cependant, le tapis est brûlé, ce qui montre que sur la terre, nous avons été divisés et brûlés. Il y aura aussi des vêtements qui font partie de l’identité des gens – comment ils les valorisent et les définissent. Les vêtements qu’ils ont dû laisser derrière eux ont été brûlés et sous les décombres, ce qui montre qu’ils sont morts. Les visiteurs de l’exposition seront accueillis par ces cadavres.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici