15 mai, la Journée de la langue kurde

0
113
A l’occasion de la Journée de la langue kurde, le Comité de formation de l’Union des communautés kurdes du Kurdistan (KCK) a appelé le peuple kurde à œuvrer pour la préservation et le développement de la culture et de la langue kurdes pendant toute l’année. Le KCK appelle également chacun à apprendre la langue kurde et à l’utiliser dans tous les domaines de la vie.
 
Le KCK a publié un communiqué à l’occasion de la Journée de la langue kurde, qui a lieu le 15 mai de chaque année.
 
Voici le communiqué du KCK :
 
« A ce stade, qui est témoin d’une force majestueuse de la volonté représentée dans les grèves de la faim (…), qui a commencé dans les prisons, et s’est répandue dans toutes les parties du Kurdistan et dans le monde, et au moment où la résistance des mères a atteint le sommet, nous accueillons la Journée de la langue kurde, une des raisons importantes pour cette résistance. Ces sacrifices protègent la langue kurde et toutes nos valeurs saintes, et de ces significations, nous félicitons le leader [Abdullah Ocalan], tout notre peuple résistant et tous nos camarades à l’occasion de la Journée de la langue kurde.
 
Le 15 mai 1932, le magazine Hawar fut publié par Celadet Bedir Khan, et fut considéré comme une étape importante dans l’écriture latine. Par conséquent, à partir de 2006, le 15 mai a été considéré comme la fête de la langue kurde.
 
L’un des faits prouvés par les recherches linguistiques, historiques et archéologiques est que la langue kurde est l’une des plus anciennes langues de l’histoire humaine. Si le peuple kurde a historiquement réussi à préserver sa langue malgré les attaques, les persécutions et l’occupation, c’est en raison des racines profondes de cette langue. Notre monde et le grand penseur Ehmedê Xanî (Ahmed Khani) l’ont confirmé.
 
L’ordre mondial qui contrôle le monde aujourd’hui n’agit pas en fonction des faits de la vie, mais nie plutôt ces faits. Par exemple, les Nations Unies n’agissent pas selon la mentalité de « la nation et du peuple, mais selon la mentalité de l’État et de l’autorité. S’il avait été fondé sur le principe des peuples et des sociétés, le peuple kurde, avec sa langue et sa culture, en aurait été membre. Le peuple kurde qui était divisé en quatre pays du Moyen-Orient, s’est répandu dans de nombreux pays du monde et avait une diversité culturelle en termes de langue et de dialectes avec une population de 40 millions d’habitants est soumis à des politiques de déni et de génocide. Cela prouve l’essence et la réalité de l’ordre international dont nous parlons. (…)
 
La phrase « Je ne peux pas parler dans ma propre langue, l’écrire et la comprendre » n’a plus de sens. S’il s’agit de culture et de langue, notre attitude, notre travail et nos efforts doivent être de trouver une solution et de prendre une position historique. Au contraire, nous serons comme quelqu’un qui apporte de l’eau au moulin des régimes d’occupation.
 
Par conséquent, une position sérieuse doit être prise à partir des mots du leader Oclan disant : « Le langage est le corps, la culture est le corps, la géographie est le corps, alors gardez votre corps ».
Cette étape de la vie, à laquelle notre lutte a abouti par le biais de résistances et de sacrifices historiques, nous impose des responsabilités historiques, à savoir préserver, saluer et développer notre culture et notre langue plus que jamais, et nous efforcer d’intégrer notre culture et notre langue à la culture mondiale.
C’est pourquoi nous félicitons nos camarades qui font une résistance historique et félicitons notre peuple à l’occasion de la Journée de la langue kurde. Nous appelons chacun à développer et à maintenir la culture et la langue kurdes non pas en ce jour de l’année, mais tout au long de l’année. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici