AccueilMoyen-OrientTurquieTURQUIE. Le massacre des manifestants à Taksim lors de la fête du...

TURQUIE. Le massacre des manifestants à Taksim lors de la fête du 1er mai 1977

ISTANBUL – Les célébrations de la fête du Travail sur la place Taksim en 1977 avaient vu la participation de plus de 500 000 personnes. Beaucoup de travailleurs n’étaient même pas entrés sur la place lorsqu’on a entendu des coups de feu.
 
La plupart des témoins ont déclaré qu’ils venaient du bâtiment de la compagnie des eaux (Sular Idaresi) et de l’hôtel Intercontinental (aujourd’hui appelé le Marmara).
 
Par la suite, les forces de sécurité sont intervenues avec des blindés faisant beaucoup de bruit avec les sirènes et des explosifs. Ils ont également arrosé la foule avec de l’eau sous pression. La plupart des morts ont été causés par la panique créée par l’attaque des forces de sécurité.
 
Les chiffres concernant les victimes font toujours l’objet d’un débat, bien que les chiffres officiels soient de 37 personnes tuées et plus de 200 personnes blessées.
 
Le jour de l’incident, la station de radio d’Istanbul a annoncé que 34 personnes avaient été tuées et 126 blessées. Selon les rapports d’autopsie, seules quatre victimes ont été tuées par balles. Dans trois cas, la cause du décès a pu être soit une balle, soit des blessures à la tête et 27 victimes ont été écrasées. Plusieurs témoins ont déclaré que Meral Özkol avait été écrasé par un véhicule blindé.
 
Après l’attaque, plus de 500 manifestants ont été arrêtés et 98 ont été inculpés. Parmi les 17 accusés, qui avaient été placés en détention provisoire, trois ont été libérés avant la première audience et neuf ont été libérés lors de la première audience, le 7 juillet 1977. Les autres prévenus ont été libérés peu après.
 
Le procès s’est terminé par un acquittement le 20 octobre 1989. Selon diverses sources, une vingtaine de tireurs d’élite placés sur le toit de la compagnie des eaux ont été arrêtés par la gendarmerie et remis à la police. Cependant, aucun d’entre eux ne figurait dans les registres de la police. Ces informations proviennent de l’enquête menée par le procureur sur le massacre de la place Taksim, Çetin Yetkin. Il a déclaré que le lieutenant Abdullah Erim a procédé aux détentions et a remis les détenus aux policiers Muhsin Bodur et Mete Altan (qui, après le putsch militaire du 12 septembre 1980, ont travaillé dans le département politique du siège de la police d’Istanbul).
 
Les deux agents ont rejeté les accusations selon lesquelles ils avaient été impliqués dans le massacre de Taksim. On sait néanmoins que les forces de contre-guérilla ont préparé l’attaque contre la foule.
 
Après trois mois d’enquête, le procureur Çetin Yetkin a été muté ailleurs et a démissionné. Çetin Yetkin a affirmé qu’un sac contenant des explosifs avait été remis à la police, mais avait disparu par la suite. De même, l’avocat Rasim Öz a affirmé qu’il avait tourné un film de l’incident montrant beaucoup de choses, y compris les tireurs d’élite sur le toit de la Société des eaux. Il l’avait remise au bureau du procureur, mais il avait été perdu au siège de la police d’Istanbul.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici