Saddam, les Kurdes et les leçons à tirer du génocide d’Anfal

0
171
Saddam a choisi le nom d' »Anfal » pour une attaque génocidaire contre les Kurdes irakiens qu’il a lancée en 1986 et poursuivie jusqu’en 1989. Le nom de ce massacre, qui a atteint son apogée en 1988, est tiré d’un verset du Coran. Au cours de cette campagne, menée par le neveu de Saddam, Ali Hassan al-Majid, environ 180 000 hommes, femmes et enfants ont été tués.
 
Ces massacres, perpétrés avec des armes chimiques, représentent un chapitre sombre de l’histoire et ont été officiellement reconnus comme génocide par la Suède, la Norvège, la Corée du Sud et le Royaume-Uni. Récemment, le journal d’information kurde irakien Rudaw a publié un article sur Anfal écrit par David Romano, professeur de politique au Moyen-Orient à la Missouri State University.
 
Dans cet article, qui donne un aperçu important de la politique kurde de la Turquie, Romano raconte ses voyages en 2003 du Canada en Irak pour organiser un vaste effort humanitaire. Il a été surpris par la haine des chrétiens de Bagdad à l’égard des Kurdes :
 

« Au début, je me demandais si je parlais à un groupe de candidats de Tariq Aziz. Tariq Aziz, bien sûr, était le ministre des Affaires étrangères chrétien irakien de Saddam et un Baasiste loyal jusqu’à la fin. Mais il m’est alors venu à l’esprit que ces gens venaient tout simplement de Bagdad, nés et élevés dans la capitale de la propagande d’un régime qui a déshumanisé et diabolisé les Kurdes pendant des décennies. En dépit de leur propre identité en tant que minorité irakienne qui a souvent dû faire face à la xénophobie et à l’intolérance, nombre d’entre eux se sont identifiés et ont cru à un récit qui justifiait les pires crimes imaginables contre les Kurdes. »

Alors que les Kurdes d’Irak [viennent de commémorer] l’Anfal, il peut donc s’avérer utile de réfléchir à certaines des conditions préalables au génocide. L’une des premières conditions préalables est que le groupe cible de victimes soit exclu du reste de la société. Dans le cas de Saddam, il s’agissait de faire passer les Kurdes pour des rebelles, des agents iraniens et même des « infidèles ». Dans le même ordre d’idées, Saddam Hussein a demandé à des érudits musulmans en Irak de publier des fatwas contre les Kurdes, les qualifiant de non-croyants – une demande que de nombreux imams sunnites ont acceptée, alors que les imams chiites ont refusé dans l’ensemble de le faire. Certains des chrétiens de Bagdad qui m’ont accueilli en 2003 ont aussi apparemment accepté ce récit, sans se rendre compte à quel point un tel précédent serait dangereux pour eux plus tard, lorsque d’autres ont décidé de considérer les chrétiens irakiens comme des ennemis également.

 

Une autre condition préalable au génocide repose sur la présence d’un État dictatorial. Lorsqu’il n’existe aucun contrôle sur le pouvoir de l’élite dirigeante et que la primauté du droit dépend simplement des caprices des dictateurs, les pires pulsions et cauchemars de l’humanité deviennent possibles. L’Irak sous Saddam était un tel État, bien sûr, au point que même les tribus kurdes recrutées pour aider à exécuter l’Anfal contre leur famille ne pouvaient pas refuser, de peur que leurs villages soient les suivants s’ils le faisaient.

Une troisième condition préalable tourne autour de l’existence d’une crise ou d’une opportunité qui rend le génocide possible. La guerre Iran-Irak, d’autant plus que la marée s’est retournée contre Bagdad dans les dernières années du conflit, a provoqué une telle crise. Lorsque les partis kurdes en Irak ont coopéré avec les forces iraniennes contre leur ennemi de longue date à Bagdad, la colère de Saddam ne faisait pas la différence entre les civils kurdes et les peshmergas…

 
Une quatrième et dernière condition préalable au génocide mérite toutefois la plus grande attention. Pour que les génocides se déroulent réellement à grande échelle, les spectateurs – d’autres membres de la société dans des endroits comme Bagdad et à l’étranger, ainsi que d’autres États – ne doivent rien faire. Les Kurdes ne s’en souviennent que trop bien : Peu de membres de la communauté internationale ont dit un mot au moment où l’Anfal se déroulait. Saddam a utilisé des armes et des produits chimiques fournis par l’Europe et les États-Unis pour éliminer des pans entiers du Kurdistan irakien, mais les Kurdes n’ont même pas été entendus par les Nations unies à ce sujet. Saddam est resté un allié de l’Europe et de Washington parce qu’il a été utile contre l’Iran…. Ce n’est que lorsque Saddam a envahi le Koweït en 1990 que les rapports de Halabja et d’autres atrocités de l’Anfal ont été récupérés dans les boîtes de classement et sur les étagères où ils se trouvaient ces deux dernières années.
 
Malheureusement, le peuple kurde de Turquie est confronté à une exclusion et une diabolisation similaires. Certains se souviennent peut-être du discours public du président turc Recep Tayyip Erdoğan de 2015 qui illustre cette attitude :
 
« Ces gens n’ont-ils pas brûlé et détruit nos mosquées ? Ces gens sont athées, ce sont des Zoroastriens [faisant référence à une ancienne religion persane]. Ils ne serviront à rien. Ils n’agissent pas et n’agiront pas conformément à nos valeurs. Je crois que tôt ou tard, mes frères de Diyarbakır [une province kurde de la Turquie] leur donneront une leçon dans les urnes. Nous suivons les urnes. Ces gens suivent Qandil [le quartier général du PKK]. Nous prenons notre pouvoir de Dieu et du peuple. C’est ce qui nous différencie. »
 
Lors des récentes élections municipales du 31 mars, Erdoğan a continué d’afficher la même attitude en assimilant les Kurdes et leurs représentants politiques au sein du Parti de la démocratie des peuples (HDP) aux terroristes. Tout comme les chrétiens de Bagdad, les habitants d’Ankara, d’Izmir et d’Istanbul sont façonnés par Erdoğan et la machine de propagande de l’Etat, et ont intériorisé cette rhétorique sur le peuple kurde.
 
Alors que le principal parti kémaliste d’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP), a déclaré la victoire dans plusieurs grandes provinces aux élections du 31 mars grâce au soutien des électeurs kurdes, il a veillé à éviter toute association avec le HDP et s’est abstenu de critiquer les décisions du Conseil électoral suprême, ce qui signifie en fait voler les municipalités kurdes au HDP. Le peuple kurde se retrouve isolé et ostracisé.
 
Il est impossible de défendre l’idée que la Turquie est toujours une démocratie. Actuellement, le pays est gouverné par un système exécutif et judiciaire fondé sur les caprices et les préférences de Erdoğan. La Turquie est sous un régime dictatorial.
 
Une crise existentielle est imminente. La crise que les relations turco-américaines vont probablement connaître, catalysée par l’achat par la Turquie de missiles russes S-400, va détruire une économie turque déjà précaire. La Turquie pourrait tenter de dissimuler de telles crises par une aventure militaire en Syrie contre des milices kurdes ou en trouvant d’autres ennemis extérieurs.
 
Le peuple kurde en Turquie vit sous pression et sous l’oppression, avec un large public à la fois au niveau national et international. Avec le HDP à l’avant-plan, de nombreux acteurs ne font qu’observer la situation à l’écart. La Cour européenne des droits de l’homme fait toutes sortes d’acrobaties pour éviter d’aborder la question kurde. Comme l’Europe n’est pas en mesure de résister à une vague de migration en provenance de Turquie, elle continuera à fermer les yeux sur les violations des droits.
 
Malheureusement, les perspectives pour la Turquie ne sont pas bonnes. Nous devons reconnaître que si nous ne pouvons pas nous unir pour soutenir la vraie démocratie et l’État de droit, si nous nous soumettons à la rhétorique d’Erdoğan, notre pays sera en ruine.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici