Les femmes de l’EI doivent être tenues responsables du massacre des Yézidis

0
1171

Cette semaine, on me rappelait le mois d’août 2014, lorsque l’Etat islamique (EI) avait capturé la ville de Shengal au Kurdistan irakien. J’ai rapidement rejoint un groupe de militants qui se sont précipités pour soutenir les Yézidis qui s’étaient échappés de Shengal, aidant à établir des camps en Irak et en Turquie. Pendant plus d’un an, j’ai travaillé comme bénévole dans les camps yézidis des deux pays et j’ai rencontré de nombreuses femmes yézidies aux histoires horribles. Certains d’entre eux ont laissé des enfants sur le mont Sinjar, d’autres ont été violés par des membres de l’EI puis évitées par leur famille. Certaines ont ainsi vu des membres de la famille se faire tuer devant eux.

C’était des temps difficiles. Il y avait des pénuries de nourriture et d’eau. Les femmes yézidies gémissaient constamment, leurs voix résonnent encore dans mes oreilles aujourd’hui. Ils me montraient des photos de famille de la vie avant DAESH, me racontant ce qu’elles appelaient le bon vieux temps. Les femmes yézidies ont déclaré avoir eu deux vies. leur ancienne vie avant DAESH et leur nouvelle vie après DAESH.

J’ai visité des villages yézidis plus proches de la ville de Mossoul. Baadre était l’un d’entre eux, le plus grand village yézidi de la région. De nombreuses femmes et filles yézidies se sont réfugiées à Baadre durant l’hiver 2015, sous la surveillance de Cheikh yézidi Mir Amar. C’était pendant une nuit froide de janvier 2015 lorsque j’ai rencontré Ilwin, une femme yézidie qui a été violée à plusieurs reprises par des militants de l’Etat islamique. Sa famille a acheté Ilwin à DAESH, mais ce dernier n’a pas vendu ses sœurs. Ilwin m’a dit que l’Etat islamique les avait installées dans une maison gardée par les femmes de ses combattants à Mossoul.

Parfois, a-t-elle dit, ces femmes ont aidé des membres de l’Etat islamique à violer les femmes yézidies, parfois elles ont torturé des femmes yézidies. Ilwin a dessiné un plan de la maison de Mossoul où ses sœurs ont été gardées de force, demandant mon aide. Je l’ai donnée au centre des droits de l’homme de l’autorité régionale du Kurdistan.

Les nuits étaient longues à Baadre. Nous avons dormi dans une grande pièce avec les femmes et les enfants yézidis. Il est difficile de décrire les sons de leurs cauchemars pendant la nuit. Je n’oublierai jamais ces nuits. Je me réveillais souvent à leurs gémissements et je regardais les lumières de Mossoul, toujours contrôlées par l’Etat islamique, et je me demandais: « Où es-tu Dieu? »

Cette semaine, en regardant des vidéos du village syrien de Baghouz, où les Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes se battent pour capturer le dernier territoire du groupe État islamique, je me suis souvenue de mes jours avec les Yazidies. Dans ces vidéos, nous voyons des membres de l’Etat islamique et leurs épouses n’exprimant aucun regret pour ce qu’ils ont fait aux Yazidis. Certaines des femmes défendent même l’esclavage des Yazidis et disent que l’Islam l’autorise. Parmi les épouses, il y a non seulement des Irakiennes et des Turques, mais aussi des Finlandaises, des Françaises, des Norvégiennes, des Afghanes, des Britanniques, des Canadiennes, des Russes, des Belges, des Indonésiennes, des Philippines, des Bosniaques, des Tchétchènes et d’autres ressortissantes.

Dans l’une des vidéos, Fatma Yılmaz, épouse de l’Etat islamique et épouse de cinq combattants différents de DAESH depuis cinq ans, parle confortablement du massacre et de ses viols, pillages et meurtres. Elle a dit qu’elle avait rejoint DAESH / ISIS pour mener une vie confortable. Une vie confortable qui tue les autres !

Dans une autre vidéo publiée par le Daily Mail, une épouse de l’Etat islamique défend le viol et l’assassinat de femmes yézidies par les djihadistes, affirmant que cela est «autorisé dans le Coran».

Nous voyons maintenant des gens débattre de la question de savoir si ces femmes devraient ou non être traduites en justice. Certaines femmes se disent innocentes. En écoutant ces débats, je me souviens de ceux qui ont sacrifié leur vie pour arrêter DAECH. Je me souviens des fosses communes, remplies de milliers de Yazidis. Je me souviens des femmes yézidies de plus de 40 ans qui ont été enterrées vivantes parce qu’elles étaient considérées comme inutiles. Je me souviens des petits enfants yézidis qui ont été vendus et ont perdu leurs familles. Je me souviens des Yazidis qui ont été décapités. Je me souviens d’Ilwin et des autres. Leurs cris et leurs gémissements résonnent encore dans mes oreilles aujourd’hui.

La semaine dernière, une autre femme qui avait fui Baghouz, qui se disait anglaise et s’était convertie à l’islam il y a sept ans, a déclaré que le califat n’était « pas encore terminé ». Sans traduire les épouses de l’EI et ceux qui ont aidé les djihadistes à la justice, l’EI ne sera jamais terminé. De nombreuses femmes et enfants yézidis sont toujours retenus prisonniers par l’Etat islamique, dans l’attente de la liberté et de la justice. Des milliers de Yazidis enterrés dans des fosses communes attendent que justice soit rendue.

Tous ceux qui soutenaient l’EI, y compris les épouses, avaient le choix. Mais ils ont choisi de faire partie d’un massacre, ils ont choisi de faire partie d’un génocide, ils ont choisi d’être du côté du mal et non du bien.

Si le monde veut cesser de témoigner de telles horreurs, la communauté internationale doit alors agir pour responsabiliser les auteurs de ces crimes.

Nurcan Baysal

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici