L’occupation turque a muselé les femmes d’Afrin mais la communauté internationale garde le silence

0
156

Alors qu’une année s’est écoulée depuis l’occupation d’Afrin par la Turquie et ses mercenaires, les violations et des crimes contre les femmes se poursuivent. Le monde entier est le témoin de ces crimes et violations flagrants, mais reste silencieux.

SYRIE / ROJAVA – AFRIN – Après 58 jours de résistance et face aux attaques aériennes et terrestres de l’armée d’occupation turque et de ses mercenaires contre le canton d’Afrin, et afin d’assurer la sécurité des civils présents et d’éviter de nouveaux massacres, les habitants d’Afrin ont décidé de se diriger vers le canton de Shehba pour continuer la deuxième phase de la « Résistance du siècle ».

En réponse à la résistance héroïque manifestée par les femmes dans la Révolution du Rojava en général et pendant leur participation à la Résistance du siècle, en particulier le premier jour de l’occupation de la Turquie et de ses mercenaires en Afrique, elles ont imposé les pires pratiques et commis les crimes les plus vicieux contre les femmes de la région.

En imposant la burqa,  le rôle des femmes à Afrin a été marginalisé

Les violations et les abus de l’armée d’occupation turque contre les femmes à Afrin ont commencé avec l’imposition de la burqa, totalement éloignés de la culture et de l’habillement des femmes dans la région kurde d’Afrin. En effet, les femmes ont maintenu leur culture et les vêtements traditionnels, mais la Turquie a délibérément détruit cet héritage.

D’une ville connue pour la volonté des femmes à des rues qui restreignent leur liberté

Les rues d’Afrin, décorées d’images de femmes en lutte et de couleurs de femmes en plus des slogans qui saluaient leur liberté et leur statut dans la société, ont été transformées sous l’occupation turque en une ville noire restreignant la liberté des femmes et abolissant leur rôle dans la société.

Les femmes ont été les premières victimes de l’occupation turque à Afrin

Afrin est devenue une ville fantôme et les femmes ont été les premières victimes de l’occupant turc, car elles ne peuvent plus sortir et visiter librement la ville, les villages et les quartiers par crainte d’être enlevées.

Avant l’occupation turque, la ville kurde d’Afrin accueillait plusieurs peuples et religions : Yézidis, Musulmans, Circassiens et Arméniens qui participaient aux rituels et aux cérémonies sous l’Administration Autonome. Les musulmans avaient l’habitude de participer aux fêtes des Yézidis et vice-versa. Ils coexistaient paisiblement et partageaient les joies et les peines. Lorsque la Turquie et ses mercenaires ont occupé Afrin, ils ont imposé l’Islam sunnite à tous et tué ceux qui refusaient d’abandonner leur religion, par exemple, les habitants des villages yézidis ont été contraints d’adopter l’Islam.

Documentation du viol de 55 femmes et l’enlèvement de 50 autres.

Il ne fait aucun doute que l’armée d’occupation turque et ses mercenaires imposent aux femmes ce qui a été mentionné plus haut sous prétexte d’adhérer à la religion islamique, mais en même temps, ils commettent des crimes et des pratiques sales contre les femmes qui ne sont pas liés à la religion islamique. Selon le membre de la Plate-forme des juristes syriens pour la défense d’Afrin, Avin Hajj Hamo, jusqu’à présent, une statistique a documenté le viol de 55 femmes par l’occupant turc, et l’enlèvement de 50 autres dont le sort est inconnu. C’est ce que la plate-forme a été capable de documenter, mais ce qui se passe en secret est certainement plus que ce qu’elle ne dit.

Dans le contexte des attaques turques, de nombreuses femmes ont refusé les pratiques immorales de la Turquie et ont tenté de quitter Afrin pour l’autre côté de la frontière, notamment comme Huda Morad et plusieurs de ses compagnes, et Loven Khalil Nuri, abattue dans le centre d’Afrin, place Azadi, après avoir été harcelée.

Alors qu’une année s’est écoulée depuis l’occupation d’Afrin par la Turquie et ses mercenaires, les violations et des crimes contre les femmes se poursuivent. Le monde entier est le témoin de ces crimes et violations flagrants, mais reste silencieux.

ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici