Recours de Selahattin Demirtaş devant la Grande Chambre de la CEDH

0
626

Après que le verdict de libération rendu par la Cour européenne des droits de l’Homme concernant l’ancien coprésident du HDP, Selahattin Demirtaş, n’a pas été exécuté, ses avocats ont fait appel devant la Grande Chambre, demandant que son dossier soit examiné sous l’angle des violations de la liberté d’expression.

Turquie – Les avocats de Selahattin Demirtas, l’ancien coprésident du HDP, en prison depuis plus de 2 ans, ont fait appel devant la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui a précédemment décidé que « toutes les mesures nécessaires doivent être adoptées pour mettre fin à sa détention provisoire ».

Dans leur requête à la Cour, les avocats se sont référés à l’arrêt de la deuxième chambre de la CEDH et ont demandé que les violations des droits, qui n’ont pas été examinées soient déclarées irrecevables ou ne soient pas considérées comme des violations des droits dans l’arrêt précédent, soient réexaminées par la Grande Chambre.

Selahattin Demirtaş doit être libéré

Faisant une déclaration au sujet de la décision de la Cour européenne des droits de l’homme, qui n’a pas été mise en œuvre, le gouvernement a également déclaré qu’il ferait appel contre cette décision.

Ministre Çavuşoğlu : Nous interjetterons appel de la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme

La demande de réexamen de l’affaire par la Grande Chambre a été soulevée tant par Demirtaş que par le gouvernement. Dans sa requête au tribunal, le gouvernement a demandé que le verdict de violation soit réexaminé.

Que va-t-il se passer ensuite ?

Le 23 février, les avocats ont fait une déclaration sur la question et ont partagé les informations suivantes au sujet du processus judiciaire :

« Un panel, qui se réunit six ou sept fois par an et se compose de cinq juges n’ayant pas statué sur le verdict de la Chambre, se prononcera sur la question de savoir si l’affaire Demirtaş remplit les conditions pour être réexaminée par la Grande Chambre conformément à l’article 43 de la Convention européenne des Droits de l’Homme.

Si la commission rend une décision positive, l’affaire sera réexaminée par la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme.

En cas de décision négative du groupe spécial, le jugement deviendra définitif conformément à la loi de la Convention et sera renvoyé au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe (CdE) pour suivre ses travaux.

Le Comité des Ministres suivra les mesures nécessaires à prendre par les organes législatif, exécutif et judiciaire du gouvernement pour donner effet à l’arrêt.

Après que la Cour européenne des droits de l’Homme a rendu son arrêt, le gouvernement a affirmé que « tant que l’arrêt ne sera pas définitif, il ne sera pas contraignant ».

L’accent est mis sur la « liberté d’expression » 

Dans la requête soumise à la Grande Chambre et rédigée par les professeurs Başak Çalı et Kerem Altıparmak, il est dit :

« La deuxième chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme a indiqué qu’il n’était pas nécessaire d’examiner la violation de la liberté d’expression, compte tenu des autres violations des droits dans cette affaire.

Toutefois, le principal argument invoqué dans la requête de Demirtaş à la Cour européenne des droits de l’Homme était que son immunité législative avait été levée, qu’une procédure pénale avait été engagée contre lui et qu’il avait été arrêté après avoir exprimé ses opinions dissidentes.

Dans la requête adressée à la Cour européenne des droits de l’Homme, il a été indiqué que tous les résumés des procédures engagées contre Selahattin Demirtaş ainsi que les allégations formulées dans l’acte d’accusation consistant en 31 résumés des procédures déposées contre lui concernent en fait les déclarations qu’il a faites en tant que député au Parlement et à l’extérieur de celui-ci de 2007 et 2016 et ces déclarations étaient dans les limites de la liberté d’expression.

Les avocats ont demandé que la demande de Demirtaş soit examinée par la Grande Chambre en termes de violation de sa liberté d’expression.

BIANET

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici