La Turquie, les Kurdes de Syrie et le changement démographique

0
1070
« Les Kurdes syriens ne veulent pas être annexés à la Turquie, comme cela s’est produit à Afrin, et forcés de quitter leurs foyers. Alors que la Turquie affirme que les YPG ont procédé à un nettoyage ethnique dans des villes comme Tal Abyad pour des raisons douteuses, la situation à Afrin parle d’elle-même. »
 
SYRIE / ROJAVA – Pendant plusieurs années, l’Etat turc a accusé les Kurdes syriens de vouloir opérer un changement démographique dans le nord de la Syrie, en opprimant et peut-être en chassant les Turkmènes et les Arabes.
 
Pourtant, depuis que la Turquie a envahi Afrin en mars 2018, les choses ont changé : Maintenant, les YPG accusent la Turquie de changer la démographie de la région.
 
Peu après que la Turquie ait pris le contrôle d’Afrin, le conseiller du président turc Recep Tayyip Erdoğan, Ibrahim Kalın, a écrit que la Turquie n’avait jamais été impliquée dans le changement démographique, rejetant cette affirmation comme un « mensonge des YPG ».
 
« Les YPG ont mené un changement démographique à Tel Abyad, Kobani et dans d’autres villes arabes de Syrie, ce qu’Amnesty International a qualifié de crime de guerre possible », a déclaré Kalın
 
Un rapport des Nations Unies de mars 2017 réfute ce point de vue, ne trouvant aucune preuve à l’appui des affirmations selon lesquelles les YPG visaient les communautés arabes ou  » cherchait systématiquement à modifier la composition démographique des territoires sous leur contrôle ».
 
Qui plus est, pourquoi les YPG chercheraient-ils à modifier l’identité ethnique de Kobanê, une ville à majorité kurde ?
 
La réalité est que les Kurdes ne sont pas assez nombreux pour changer la démographie des villes arabes. Le bras politique des YPG, le PYD, craint lui-même l’énorme migration kurde vers l’Europe.
 
Lorsque l’on visite des villes kurdes, on voit souvent des graffitis pro-PYD qui comprennent l’expression « Ez Naçim » (« Je ne pars pas » en kurde), ce qui suggère que de nombreux Kurdes syriens sont déjà partis en Europe. Certains détracteurs du PYD ont même soutenu que le PYD protège les Arabes en permettant aux réfugiés arabes de s’installer à Qamishlo.
 
Un habitant de Qamishli a déclaré que le nombre de Kurdes dans sa ville a diminué et que beaucoup sont partis en Europe ou dans la région du Kurdistan irakien, tandis que les Arabes qui ont fui d’autres régions vivent maintenant à Qamishlo. En conséquence, les Kurdes syriens n’ont peut-être plus le nombre nécessaire pour modifier la démographie locale.
 
De manière anecdotique, peu de Kurdes semblent disposés à s’installer dans des endroits comme Tal Abyad, Raqqa, Manbij ou Deir ar Zour, et beaucoup de Kurdes qui vivaient dans ces villes avant l’arrivée de l’État islamique (DAECH) n’ont pas encore regagné leur pays. Par exemple, les Kurdes de Kobanê qui vivaient à Raqqa avant la guerre civile n’ont pas encore regagné Raqqa depuis l’expulsion de DAESH.
 
En outre, les colons arabes amenés par le gouvernement syrien dans les années 1970 pour arabiser les zones frontalières majoritairement kurdes de la province de Hasakah n’ont pas été contraints de partir. L’ancien co-directeur du PYD, Salih Muslim, a déclaré en 2013 qu’une solution pacifique était nécessaire.
 
Mais contrairement aux Kurdes, les Arabes ont le nombre nécessaire pour changer ethniquement les régions à majorité kurde. Quand Assad a pris le contrôle de nombreuses zones d’opposition, des milliers de civils et de groupes rebelles ont fui vers Afrin et d’autres zones syriennes occupées par la Turquie. C’est pourquoi vous pouvez trouver des gens de Ghouta et Homs vivant à Afrin.
 
Les forces de police d’Afrin sont dominées par des groupes amenés par la Turquie. « On dit dans les médias que la police interne à Afrin est kurde. Mais en fait, on peut trouver peut-être 100 à 200 Arabes pour 1 ou 2 policiers kurdes », a déclaré Emin, un Kurde d’Afrin qui y a vécu deux mois sous l’occupation turque, puis a fui.
 
C’est très différent des zones relevant de la Force démocratique syrienne (FDS), où de nombreux postes de contrôle sont occupés par des Arabes locaux. Par ailleurs, la nouvelle administration démocratique autonome (DAA) du nord-est de la Syrie, créée en septembre 2018, ne fait plus référence au Rojava ( » ouest  » en kurde). Initialement, en juillet 2012, lorsque les YPG ont pris le contrôle de la plupart des enclaves kurdes, il l’appelait la Révolution du Rojava, mais aujourd’hui le principal point de référence est la coexistence de différents groupes ethniques, langues et identités.
 
« Les Arabes sont majoritaires [dans le nord-est de la Syrie], et tout le monde le sait », a déclaré Abdul Hamid al-Muhabash, coprésident administratif du DAA, à Ahval.
 
Tout cela rend les déclarations de janvier de Erdoğan plus problématiques. Il affirme que des millions de Syriens reviendraient si la Turquie prenait le contrôle à l’est de l’Euphrate. Cela signifie que la Turquie veut répéter le modèle d’Afrin à l’est de l’Euphrate. Les Kurdes syriens se méfient de l’affirmation faite le mois dernier par Erdoğan dans le New York Times qu’il veut les aider, et craignent une incursion turque plus qu’une incursion du gouvernement syrien.
 
Les Kurdes syriens ne veulent pas être annexés à la Turquie, comme cela s’est produit à Afrin, et forcés de quitter leurs foyers. Alors que la Turquie affirme que les YPG ont procédé à un nettoyage ethnique dans des villes comme Tal Abyad pour des raisons douteuses, la situation à Afrin parle d’elle-même.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici