Conseil de l’Europe : « La Turquie est le plus grand geôlier de journalistes au monde »

0
104

Selon un rapport du Conseil de l’Europe et de ses organisations partenaires, la Turquie est le pays où se trouvent la majorité des journalistes emprisonnés. En Europe, plus de 110 journalistes emprisonnés sur 130 se trouvent en Turquie.

Le Conseil de l’Europe a publié un nouveau rapport intitulé :  « Démocratie en danger – menaces et attaques contre la liberté des médias en Europe », dans lequel il déclare que sur les 130 journalistes qui sont derrière les barreaux en Europe, 110 se trouvent en Turquie.

Sur la base de 140 violations graves signalées au Conseil, le rapport évalue l’état de la liberté de la presse en Europe

Le rapport a été préparé par 12 partenaires de la Plate-forme pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe. Le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a annoncé le rapport lors d’une réunion à Strasbourg.

Carte de l’Index mondial de la liberté de la presse par Reporters sans frontières (RSF)

« La liberté d’expression est cruciale pour la réalisation de tous les autres droits de l’homme et mérite la plus grande attention de la part de nos Etats membres « , a déclaré Jagland. Le rapport peut servir de base au dialogue avec les Etats membres sur les moyens d’améliorer l’environnement de la liberté des médias. »

Selon le rapport, le nombre d’agressions de journalistes a considérablement augmenté en 2018 par rapport aux années précédentes. Le nombre de menaces signalées, y compris les menaces de mort, a doublé. En outre, les détentions arbitraires de journalistes se sont poursuivies alors qu’aucun progrès n’a été enregistré dans un certain nombre de cas de longue date d’impunité pour meurtre de journalistes.

De nombreux changement législatifs ont également affaibli la liberté des médias, selon le rapport

Le rapport indique que 140 alertes concernant 32 des 37 Etats membres du Conseil de l’Europe ont été soumises à la plate-forme en 2018.

Le rapport du Conseil mentionne également les assassinats de journalistes qui ont eu lieu l’année dernière : « Les assassinats de Daphne Caruana Galizia à Malte en 201776 et de Ján Kuciak et sa fiancée en Slovaquie en 2018 ont considérablement sensibilisé le public et les autorités de l’UE à la double crise de la sécurité et de l’impunité des journalistes ».

Que dit le rapport sur la Turquie ?

Définissant la Turquie comme « le plus grand geôlier de journalistes au monde », le rapport indique que 130 journalistes en Europe étaient derrière les barreaux et 110 d’entre eux se trouvaient en Turquie à la fin 2018.

« En 2018, les journalistes en Turquie ont continué de faire face à une répression sans précédent. Malgré la fin officielle de l’état d’urgence en juillet 2018, la Turquie reste le premier pays au monde pour le nombre de journalistes emprisonnés et a été considérée comme l’un des pays les moins performants au monde en termes de liberté d’expression et de liberté des médias », indique le rapport.

Depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016 et l’état d’urgence imposé par la suite, plus de 200 journalistes ont été arrêtés ou détenus en raison de leurs publications. Les arrestations de journalistes et de travailleurs des médias se sont poursuivies tout au long de 2018, en particulier dans le sud-est du pays.

Les remarques suivantes ont également été formulées dans le rapport : « Les preuves obtenues sous la torture sont jugées recevables »

. La majorité des journalistes arrêtés font face à des accusations d’appartenance à l’Union européenne ou à la propagande de divers groupes considérés comme des organisations terroristes par le gouvernement turc, y compris le mouvement dit FETÖ ou le PKK.

. Le recours à l’isolement cellulaire prolongé contre les journalistes détenus est un autre problème, avec des journalistes comme Deniz Yücel et Nedim Türfent qui passent des mois seuls, un traitement équivalent à la torture selon la jurisprudence de la CEDH.

. Les preuves obtenues sous la torture ont également été jugées recevables par les juges dans les procès contre les journalistes. »

Le tribunal de première instance n’a pas respecté le verdict de la Cour constitutionnelle : Le rapport mentionne également les cas des journalistes Mehmet Altan et Şahin Alpay.

« Les droits fondamentaux des journalistes Mehmet Altan et Şahin Alpay ont été violés avec leur détention; les deux journalistes doivent être libérés. Malgré le jugement, les tribunaux pénaux ont rejeté la demande de libération des journalistes.

« En vertu de l’article 153 de la Constitution turque, toutes les décisions de la Cour constitutionnelle entrent en vigueur immédiatement et sont contraignantes pour les organes législatif, exécutif et judiciaire, y compris l’administration et les fonctionnaires. La décision du tribunal de première instance semble être le résultat direct de pressions politiques, équivalant à une ingérence dans son indépendance et indiquant une grave violation de l’Etat de droit. »

La Turquie est l’un des quatre pays examinés dans une partie distincte du rapport. Les trois autres étaient l’Italie, la Hongrie et la Russie.

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici