TURQUIE : Le théâtre kurde – considéré comme une menace pour la sécurité – interdit

0
181
ADANA – Les autorités turques ont interdit un spectacle de théâtre kurde à Adana, dans le sud du pays, au motif qu’il constituait une menace pour la sécurité.
 
L’événement, « Les Journées du théâtre kurde », devait avoir lieu du 10 au 13 février. Il était organisé par le Parti démocratique des peuples (HDP). Des dizaines de parlementaires et de maires du parti ont été emprisonnés pour terrorisme, tandis que les mairies gérées par le HDP ont été remplacés par des administrateurs nommés par le gouvernement.
 
« Le gouvernorat d’Adana a interdit la représentation de nos pièces de théâtre sous prétexte de « prendre des mesures pour assurer la sérénité et la sécurité, l’immunité des personnes et le bien-être public ». Sommes-nous surpris ? Bien sûr que non », a déclaré l’acteur Özcan Ateş du théâtre municipal de Diyarbakır, qui avait prévu de mettre en scène une pièce de théâtre.
 
« Une censure voilée est appliquée au théâtre kurde. Il existe une attitude négative à l’égard non seulement du théâtre kurde, mais de tous les producteurs d’art alternatif« , a déclaré l’acteur.
 
« Les personnes qui organisent des manifestations dans leur propre langue et leur propre culture sont interdites, même si elles devraient être encouragées. Les pièces de Molière, celles de Brecht, sont-elles plus dangereuses lorsqu’elles sont jouées en kurde ? Ou l’événement est-il interdit parce qu’il est organisé par le HDP ? » a demandé Ateş.
 
« Nous sommes dans une période où même ceux qui se définissent comme des dissidents jouent les morts. Les municipalités du Parti républicain du peuple (CHP), le principal parti d’opposition, ne nous laissent pas jouer dans leurs salles. Ils ne peuvent pas dire « c’est interdit » mais ils ne l’ont jamais fait. Des excuses en suspens », a ajouté l’acteur.
 
La langue et la culture kurdes ont été criminalisées par intermittence depuis les premières années de la République turque.
 
En 2012, dans l’espoir de séduire les électeurs kurdes, le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir, a commencé à accorder davantage de libertés à la langue kurde. Pour la première fois dans l’histoire du pays, les autorités turques ont légalisé le kurde en tant que cours à option dans les écoles secondaires.
 
En 2014, la création d’écoles privées dans la langue de la minorité a été autorisée. Mais depuis l’effondrement du processus de paix mi-2015 entre la Turquie et le PKK menant une insurrection dans les régions kurdes, la répression est revenue. Depuis, de nombreuses organisations de médias, associations, écoles de langues et institutions culturelles kurdes ont été fermées.

 

Image (Gazete Karinca) Des acteurs kurdes du Théâtre d’Amed jouent le Tartuffe de Molière

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici