Leyla Güven : Les prisons vont briser l’isolement

0
771
« Si ce tyran fasciste veut que nous payions un prix, en tant que femme kurde, je suis disposée et heureuse de payer le prix. » – Leyla Guven
 
TURQUIE / BAKUR – AMED – La coprésidente de la DTK et députée du HDP Hakkari, Leyla Güven, a été libérée il y a deux jours de la prison d’Amed où elle était détenue illégalement. Elle est en grève de la faim depuis 81 jours pour demander la fin du régime d’isolement imposé au leader kurde, Abdullah Öcalan.
 
Leyla Güven a déclaré : « J’ai eu beaucoup de difficulté à sortir de la prison d’Amed. C’est l’endroit où j’ai commencé cette résistance. Ces murs étaient imprégnés de l’esprit de la résistance du 14 juillet. J’ai vraiment ressenti cette spiritualité quand j’ai commencé cette résistance. J’ai revécu ces amis qui ont résisté pendant cette période, selon leurs paroles (elle fait référence à la résistance des prisonniers du PKK du 14 juillet 1984). Je suis à jeun depuis 81 jours. Je me sentais très bien en prison. Mais depuis hier [depuis sa libération], je me sens loin de cette spiritualité. J’essaie de garder ce sentiment. L’eau, l’air ou quoi que ce soit d’autre ici dehors ne me vient pas naturellement. C’est comme si c’était plus naturel à l’intérieur (prison). Comme je l’ai dit, je me sens très étrange. »
 
Je suis prête à payer le prix
 
Leyla Güven a ajouté : « Un autre pilier de cette résistance est le travail effectué à l’extérieur. Ces actions étaient notre source morale. Vous avez exprimé nos revendications, les gens ont parlé, la résistance s’est répandue partout … Un journal allemand m’a envoyé il y a quelques jours des questions pour une interview : « Votre parti vous a-t-il suffisamment soutenu ? » J’ai dit : « Grâce à mon parti, ma voix est arrivée en Allemagne, à vous. »
 
Je félicite tous nos efforts et notre engagement. C’est une lutte que nous devons tous poursuivre. L’isolement est un crime contre l’humanité. Nous avons essayé de le casser et de l’enlever à plusieurs reprises, mais sans succès. Si ce tyran, État fasciste, veut que nous payions un prix, en tant que femme kurde, je suis disposé et heureux de payer le prix.
 
J’ai fait le premier pas, mais maintenant les prisons le poursuivent. Si seulement vous voyiez le moral, la motivation et l’enthousiasme dans les prisons… C’est avec cet enthousiasme que les prisons briseront cet isolement. Personne ne devrait jamais en douter. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici