La zone de sécurité dont la Syrie du Nord a besoin

0
513
SYRIE – MANBIJ – Le porte-parole du Conseil militaire de Manbij, Shervan Derwish demande à la communauté internationale de veiller à ce qu’une zone de sécurité dans le nord de la Syrie soit garantie par les forces internationales et non par la Turquie dont le but ultime est l’extermination des Kurdes syriens.
 
Par Shervan Derwish, porte-parole du Conseil militaire de Manbij :
 
« Les États-Unis doivent veiller à ce qu’une zone de sécurité soit garantie par les forces internationales et non par la Turquie.
 
La question de savoir si les États-Unis et la coalition internationale contre l’État islamique protégeront Manbij et les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le nord de la Syrie d’un avenir incertain est un test significatif pour leur crédibilité.
 
Je vous écris de Manbij, une ville de 700 000 habitants située dans le nord de la Syrie et régie par une administration civile composée d’Arabes, de Kurdes, de Turkmènes et de Circassiens. Grâce aux combattants kurdes qui ont libéré Manbij en 2016, nous avons pu bénéficier de libertés inimaginables sous le régime de l’État islamique ou du gouvernement syrien.
 
À Manbij, où autrefois les femmes qui étaient achetées et vendues comme esclaves, elles dirigent maintenant des coopératives économiques, siègent au conseil militaire de Manbij et sont représentées à parts égales dans les conseils élus.
 
Pour la première fois dans l’histoire syrienne, nous avons organisé des élections locales libres. Nous avons rouvert ou construit plusieurs hôpitaux et 350 écoles fréquentées par 120 000 élèves. Nous avons donné 2 000 licences à des usines etc. La reconstruction physique de notre ville a été lente mais régulière. Le plus important est que les gens vivent sans peur.
 
Notre administration civile a donné au peuple le courage de reconstruire sa vie et, pour la première fois, de participer à la construction de la démocratie. Nous avons formé le Conseil militaire de Manbij, une force de sécurité composée principalement d’Arabes locaux, pour traquer les terroristes et les cellules dormantes, luttant pour que les groupes terroristes ne puissent plus jamais menacer le peuple syrien.
 
Sans l’appui international, rien de tout cela n’aurait été possible. Les forces de la coalition ont combattu aux côtés des femmes et des hommes des Forces démocratiques syriennes et des avions de la coalition ont frappé l’État islamique alors que nous combattions le groupe sur le terrain. Ensemble, nous avons libéré plus de territoire syrien du groupe terroriste que toute autre force. Les statistiques montrent que de moins en moins de personnes dans le monde meurent chaque année des attaques terroristes depuis 2015 , ce qui est en partie attribuable aux sacrifices consentis par nos forces pour éliminer l’État islamique.
 
Le système politique inclusif et démocratique établi dans le nord-est de la Syrie a sans aucun doute réussi à Manbij et menace les dictateurs et les terroristes qui souhaitent voir notre pays divisé sur des bases religieuses et ethniques.
 
Mais nous nous débattons avec un avenir précaire depuis que le président Trump a annoncé sa décision de retirer les forces américaines de la Syrie. La classe politique américaine ne comprend peut-être pas tout à fait cela, mais ces soldats qui ont servi avec nous le comprennent. Après l’annonce de M. Trump, un officier américain nous a dit : « Je suis à court de mots. Je ne peux pas vous dire pourquoi. (…) Ce sont des ordres ! » Des larmes coulèrent sur son visage.
 
Bien que l’État islamique soit presque vaincu, un nouvel ennemi nous menace tous les jours : le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan. Erdogan a annoncé à plusieurs reprises son intention d’envahir notre région, affirmant que les unités de protection du peuple (YPG) étaient présentes ici.
 
Nous avons insisté à plusieurs reprises sur le fait que les YPG ont quitté Manbij et que nos forces ne représentent aucune menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Nous pensons que Erdogan ne craint ni la présence ni l’absence de toute force militaire, mais la coexistence pacifique et démocratique des Arabes, des Kurdes, des chrétiens et d’autres personnes dans le nord-est de la Syrie.
 
Erdogan ne peut pas exploiter une telle coexistence. Il compte utiliser l’opposition islamiste syrienne soutenue par la Turquie pour envahir Manbij, tout comme il l’a utilisé dans les régions voisines d’Azaz, de Jarabulus et d’Afrin.
 
Alors que la Turquie prétend rendre ces territoires à ses «vrais propriétaires», Erdogan abandonne les Syriens à l’occupation étrangère et au pouvoir de la milice et rend encore plus fictive la perspective de la paix après huit années de guerre brutale.
 
Cela ne peut être plus évident nulle part ailleurs qu’à Afrin, où la Turquie est accusée d’avoir enrôlé d’anciens membres de l’État islamique et des milices liées à Al-Qaïda pour décimer la région pacifique et son administration autonome. L’incursion de la Turquie à Afrin dans le nord de la Syrie a déplacé environ 300 000 personnes et les milices soutenues par la Turquie ont saisi, pillé et détruit les biens de civils kurdes.
 
Si les États-Unis autorisent la Turquie à attaquer Manbij, ce sera également notre destin.
 
Malheureusement, il semble que les puissances mondiales soient toujours disposées à jouer aux jeux de la Turquie. La «feuille de route» d’Erdogan pour Manbij ne sert pas et ne reflète pas les intérêts de sa population. Il propose également la création d’une «zone de sécurité» à la suite du retrait américain, plan que Trump semble avoir accepté sous une forme ou une autre.
 
Nous ne sommes pas opposés au concept de zone de sécurité. Nous pensons qu’il est possible pour les États-Unis de retirer leurs forces de notre région sans abandonner notre peuple. Cependant, nous n’accepterons aucune incursion turque dans les zones que nous avons libérées, quels que soient les mots utilisés pour la décrire.
 
Toute «zone de sécurité» dans le nord-est de la Syrie doit être garantie par les forces internationales et non par les troupes turques et les milices djihadistes se massant à nos frontières. Une zone de sécurité internationale garantirait la protection des frontières de la Turquie sans soumettre les habitants du nord-est de la Syrie à la miséricorde d’Erdogan. Cela faciliterait également les efforts de reconstruction en cours dans notre région, qui sont essentiels à la paix et à la stabilité.
 
Les États-Unis et les autres membres de la coalition doivent soutenir les efforts en vue d’un règlement négocié du conflit syrien et veiller à ce que notre administration soit représentée dans ces discussions. Depuis le début de la guerre, nous nous sommes battus pour construire un avenir stable et équitable pour tous les Syriens.
 
Avec la coalition, nous avons remporté des batailles historiques à Kobanê et à Raqqa. Maintenant que la guerre touche à sa fin, nous pensons que les forces internationales qui ont combattu aux côtés de notre peuple doivent jouer leur rôle moral pour assurer notre dignité, notre sécurité et notre vision de l’avenir de la Syrie.
 
À Manbij, où l’État islamique avait planifié des attaques contre l’Occident, les enfants grandissent maintenant dans un monde sans peur. Le monde a la responsabilité de veiller à ce que leur avenir reste sûr, sécurisé et pacifique. Nous demandons à nos partenaires de se montrer à la hauteur de cette dernière tâche morale. »
 
Shervan Derwish est porte-parole du Conseil militaire de Manbij.
Publié également par New York Times

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici