Erdogan veut une de zone de sécurité contre les Kurdes syriens

0
122

La Turquie a peur qu’il y aie une région autonome kurde en Syrie, comme celle déjà existante en Irak. Erdogan l’a encore répété ce lundi.

The Region rapporte les manœuvres de la Turquie pour envahir le Rojava syrien sous couvert de zone de sécurité avec la bénédiction des Etats-Unis :

Le président Tayyip Erdogan a clairement indiqué lundi que la Turquie ne permettrait pas qu’une zone de sécurité qu’elle envisage de créer dans le nord de la Syrie devienne une base pour les « séparatistes kurdes ».
 
La semaine dernière, à la suite de la décision du président américain Donald Trump, le 19 décembre dernier, de retirer les 2 000 soldats américains de Syrie, Erdogan a déclaré qu’il avait discuté avec Trump de la création par la Turquie d’une zone sûre de 34 km de profondeur à l’intérieur de la Syrie le long de la frontière turque.
 
Erdogan a déclaré que la Turquie travaillerait avec toute personne disposée à lui fournir un soutien logistique pour la zone, mais qu’elle prendrait des mesures en Syrie si les promesses ne sont pas tenues.
 
« Nous n’autoriserons jamais une zone sûre qui se transformera en un nouveau marais pour la Turquie, comme celui du nord de l’Irak [Erdogan fait allusion à la création de la région autonome kurde en Irak après la guerre du Golfe qui a bénéficié du soutien de la coalition américaine et du Conseil de sécurité de l’ONU.], où nous connaissons encore des problèmes », a déclaré Erdogan.
 
« Nous ne parlons pas d’une zone de sécurité (comme protection) contre la Turquie, mais plutôt contre les terroristes. »
 
Des avions turcs bombardent régulièrement les bases dans le nord de l’Irak appartenant au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte depuis trois décennies pour l’autonomie et les droits des Kurdes dans les régions kurdes de la Turquie.
 
Dimanche, Erdogan a déclaré à Trump que la Turquie était prête à assurer la sécurité dans la ville syrienne de Manbij, où deux soldats américains et deux employés civils américains sont morts la semaine dernière dans une attaque revendiquée par l’État islamique.
 
La Turquie s’est félicitée de la décision de Trump de retirer ses forces américaines alors qu’il prépare une offensive dans le nord de la Syrie contre les forces kurdes syriennes du YPG, qui, selon la Turquie, est liée au PKK.
 
Les forces américaines ont aidé les YPG à chasser l’État islamique de certaines régions du nord de la Syrie, et la décision de Trump, qui a déconcerté sa propre équipe de sécurité nationale, a suscité des accusations au pays selon lesquelles il abandonne un allié.
 
« Si les promesses qui nous ont été faites sont tenues et que le processus continue, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, nous avons déjà en grande partie terminé nos préparatifs et nous allons donc commencer à prendre des mesures conformes à notre propre stratégie », a déclaré Erdogan.
 
Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une force alliée aux YPG, ont déclaré la semaine dernière qu’elles étaient prêtes à aider à la création de la zone de sécurité prévue.
 

Image via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici