Les politiciens du HDP exhortent le Conseil de l’Europe et le CPT à agir

0
726
STRASBOURG – De nombreux députés, maires et politiciens du HDP en exil ont organisé un rassemblement devant le Conseil de l’Europe pour attirer l’attention sur les grèves de la faim demandant la fin du régime d’isolement imposé à Abdullah Öcalan.
 
Alors que la coprésidente de la DTK et députée du HDP, Leyla Güven, est en grève de la faim illimitée depuis 76 jours et que plus de 250 prisonniers le sont depuis 38 jours contre l’isolement, des grèves de la faim illimitées solidaires se poursuivent à Hewler, Strasbourg, Pays de Galles, Toronto, Haye…
 
Alors que la solidarité avec les grèves de la faim se développe dans le monde entier, des dizaines de représentants élus du Parti démocratique des peuples (HDP) organisent une manifestation devant le Conseil de l’Europe.
 
La manifestation a pour but d’attirer l’attention sur les grèves de la faim menées à l’intérieur et à l’extérieur des prisons pour protester contre le régime d’isolement imposé au leader du peuple kurde, Abdullah Öcalan. Les membres du HDP exigent et mettent fin à l’isolement d’Öcalan et à la liberté de Leyla Güven.
 
Le communiqué de presse au nom des responsables politiques du HDP a été lu par l’ancienne députée du HDP à Van, Lezgin Botan, et l’ancienne députée de Sirnak, Leyla Birlik.
 
Voici l’appel des politiciens du HDP :
 
« Nous sommes ici aujourd’hui pour faire appel au Conseil de l’Europe en tant que responsables politiques qui ont dû partir pour l’Europe en raison des pratiques fascistes du régime de l’AKP, selon lesquelles des milliers de membres de notre parti, le HDP (Parti démocratique des peuples), y compris le les présidents, les parlementaires et les co-maires ont été emprisonnés sans aucune loi.
 
Leyla Güven est en grève de la faim depuis 76 jours. Leyla Güven a été élue dans la ville de Hakkari, la ville la plus à l’est de la Turquie, avec 70% des voix. Elle était en prison quand elle a été élue. Malgré l’absence de condamnation, elle est maintenue illégalement en prison.
 
Si elle n’était pas en prison, elle pourrait participer aux efforts de démocratisation et de paix de la Turquie déployés par le parlement. Cependant, elle maintient actuellement sa lutte pour la démocratie et la paix derrière les barreaux, en utilisant son corps même.
 
Leyla Güven n’a qu’une demande : elle souhaite que la torture sur l’île d’Imrali soit terminée.
 
Elle souhaite la levée de l’isolement total d’Abdullah Öcalan, qui n’a pas vu ses avocats depuis sept ans et sa famille depuis deux ans et demi.
 
L’isolement est une torture et un crime contre l’humanité.
 
C’est l’un des fondements de la Convention européenne des droits de l’homme proclamée par le Conseil de l’Europe.
 
Le CPT [Le Comité européen pour la prévention de la torture], l’une des principales institutions du Conseil de l’Europe, a été créé pour prévenir la torture et les violations des droits de l’homme dans les prisons.
 
En revanche, Abdullah Öcalan n’est pas un prisonnier régulier. Il représente une volonté politique et est hautement apprécié par le peuple kurde, qui reçoit une pétition de 3,5 millions de signatures indiquant «Öcalan est ma volonté».
 
À l’époque où il a pu voir sa famille et la délégation du HDP, il n’y a pas eu de meurtres commis lors de conflits armés.
 
Les jours où la Turquie était au plus près de la paix, étaient paisibles et pleins d’espoir.
 
Comme Leyla Güven le dit également dans sa lettre envoyée à la manifestation où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées: « L’isolement d’Öcalan est un obstacle sur le chemin de la paix. M. Öcalan est une agence importante dans la construction de la paix », soulignant que son action ouvre la voie à la paix.
 
Après que Leyla Güven ait commencé sa grève de la faim, 239 personnes dans les prisons turques, une personne à Erbil et une à Londres, 14 personnes à Strasbourg ont entamé une grève de la faim à durée indéterminée. Il y a aussi d’anciennes parlementaires du HDP qui sont en grève de la faim. Dilek Öcalan à Strasbourg, Sebahat Tuncel et Selma Irmak à la prison de Kandira en Turquie poursuivent leur grève de la faim.
 
En raison de ces grèves de la faim, Öcalan a pu avoir une courte réunion avec son frère après deux ans et demi.
 
Mais cela ne signifie pas que l’isolement est terminé.
 
Pour lever l’isolement et mettre fin à la torture, Öcalan est tenu de voir ses avocats et les membres de sa famille à des intervalles légaux.
 
Si nous ne pouvons pas arrêter la grève de la faim de Leyla Güven, qui la mène pas à pas à sa mort, dans son 76ème jour, nous serons responsables de la mort de centaines de personnes.
 
Vous, nos collègues, êtes invités à reconnaître et à embrasser Leyla Güven et son action.
 
Nous pouvons la garder en vie, ensemble.
 
Nous pouvons tous protéger les principes du Conseil de l’Europe et la crédibilité de ses institutions.
 
Nous pouvons mettre fin ensemble au chaos, à l’isolement et à la torture sur l’île d’Imrali.
 
Chers membres du conseil,
 
Notre seule attente de votre part est de laisser votre institution faire son devoir.
 
Embrassons Leyla Güven et sa juste demande.
 
Nous vous saluons avec une grande conviction en la démocratie et la paix. »
 
Certains des participants du rassemblement sont :
 
Députés: Ahmet Yıldırım, Besime Konca, Demir Çelik, Faysal Sarıyıldız, Kemal Aktaş, Leyla Birlik, Lezgin Botan, Mehmet Emin Adıyaman, Nursel Aydoğan, Sibel Yiğitalp, Tuğba Hezer Öztürk.
 
Maires : Burhan Kocaman, Fatma Şık Barut , Fırat Anlı, Hüseyin Güneş, Leyla İmret, Orhan Şansal, Veysel Keser,
 

Responsables du parti : Filiz Koçali, Ali Şimşek, Emrullah Bingöl, Hasan Vural, Hayri Ateş, Sabiha Gündüz, İhsan Çelik, Songül Çelik.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici