« Il est irréaliste de croire que la Turquie puisse prendre la place des Etats-Unis en Syrie »

0
445

« Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’un partenaire comme la Turquie vienne prendre notre place, ou qu’un autre partenaire de la coalition prenne notre place. Ce n’est pas réaliste », a déclaré Brett McGurk.

L’ancien envoyé présidentiel américain auprès de la Coalition mondiale, Brett McGurk, a déclaré que les États-Unis n’avaient aucun plan pour la Syrie après son retrait, ajoutant qu’il était « irréaliste » que la Turquie prenne la place des États-Unis en Syrie.

Brett McGurk a démissionné après la décision du président américain Donald Trump de retirer les forces américaines de Syrie, il s’est entretenu avec CBS quelques jours après un attentat à la bombe dans la ville de Manbij, au nord de la Syrie, qui a fait 19 morts, dont quatre Américains.

« Il n’y a pas de plan pour la suite. À l’heure actuelle, nous n’avons pas de plan. Cela augmente la vulnérabilité de notre force. Cela augmente l’environnement sur le terrain en Syrie », a déclaré M. McGurk.

Après la décision de Trump de retirer les troupes américaines de Syrie, le secrétaire à la Défense américain James Mattis a également démissionné. Différents signaux sont venus de l’administration américaine et les responsables américains ont depuis lors fait des déclarations contradictoires. Le Pentagone a récemment déclaré que le processus de retrait avait commencé mais n’a fourni aucun détail sur le temps qu’il faudra pour retirer les forces américaines de Syrie.

« Le Président l’a dit clairement, nous partons. Et cela signifie que notre force devrait vraiment avoir une seule mission : sortir en toute sécurité », a déclaré McGurk

On ne peut s’attendre à ce que la Turquie prenne la place des États-Unis

L’ancien envoyé présidentiel américain auprès de la Coalition mondiale, Brett McGurk, a déclaré que la Turquie n’est pas crédible pour prendre la place des États-Unis : « Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’un partenaire comme la Turquie vienne prendre notre place, ou qu’un autre partenaire de la coalition prenne notre place. Ce n’est pas réaliste », a-t-il ajouté.

« Nous ne pouvons pas ajouter de missions supplémentaires à nos forces alors qu’elles tentent sous pression de se retirer, car se retirer sous pression d’une zone de combat est l’une des manœuvres militaires les plus difficiles que nous puissions demander à nos hommes de faire », a déclaré Brett McGurk.

McGurk a écrit un article pour le Washington Post le 18 janvier, mentionnant dans l’article que la Turquie n’avait pas les capacités militaires pour assumer un rôle similaire à celui des États-Unis en Syrie.

Donald Trump avait également déclaré que les Etats-Unis voulaient donner un rôle à la Turquie, mais McGurk et d’autres spécialistes doutent que cette alternative soit efficace.

McGurk a déclaré précédemment que le retrait des États-Unis de la Syrie renforcera la position de Bachar Al-Assad et affectera négativement l’influence américaine sur d’autres acteurs en Syrie, tels que la Russie et l’Iran.

https://anfenglishmobile.com/news/it-is-unrealistic-to-expect-turkey-taking-us-place-in-syria-32311

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici